La nouvelle banque

Etude d'EY: Building the bank of 2030 and beyond

  • Share

View this page in Dutch

À présent que la poussière soulevée par la crise financière retombe peu à peu, il est temps d’aller de l’avant. Dans son rapport « Building the bank of 2030 and beyond », EY identifie huit tendances qui vont redessiner le paysage bancaire mondial au cours des décennies à venir.

  1. Nationalisme et globalisation
    Le modèle de la banque globale se heurte à ses limites. Après la dérégulation des années 80, les gouvernements montrent à nouveau les dents.
    Malgré l’introduction d’un organe de surveillance européen, l’heure est plutôt à un retour des tendances nationalistes et à une réglementation plus stricte, qui contraignent les banques à redéfinir leur stratégie et leur empreinte globale.

  2. Un capitalisme dirigé par l’État
    Le modèle du capitalisme dirigé par l’État gagne du terrain depuis la crise. La banque de 2030 devra plus que jamais rendre des comptes à l’autorité publique. Cette évolution n’est pas que négative.
    Les banques à même de faire preuve d’innovation dans la gestion de cette nouvelle relation, plus intime, avec l’État, peuvent en récolter les fruits. Nous pensons ici à des partenariats approfondis dans le domaine des pensions et des soins de santé, de l’infrastructure et du logement, ou du développement économique.

  3. Croissance des flux commerciaux intrarégionaux
    La globalisation nous fait souvent oublier que les flux commerciaux intrarégionaux sont plusieurs fois supérieurs à ceux de leurs pendants interrégionaux. La croissance des flux intrarégionaux mène à l’émergence d’entreprises fortes, des « champions régionaux » qui opèrent en symbiose avec des banques ayant développé leurs activités à l’échelle mondiale. Être à même de répondre aux attentes locales des clients avec des banques globales constituera dès lors le grand défi du futur, comme le révèle l’étude EY « Successful corporate banking: focus on fundamentals ».

  4. Nouveaux marchés, nouveaux investissements
    L’arrivée à maturité des économies des pays du BRIC engendre un nouveau boom d’investissements.
    Leurs successeurs, les nouveaux pays émergents d’Amérique du Sud, d’Asie et d’Afrique, se démarquent déjà. Les grandes banques qui veulent participer au développement des nouveaux marchés émergents doivent d’ores et déjà prendre position.

  5. Vers une génération urbaine, plus vieille
    Depuis le début de l’année 2008, plus de la moitié de la population mondiale vit en ville. La population a également tendance à vieillir : la tranche des 15 à 65 ans gagnera encore en importance durant des décennies. Les banques doivent d’ores et déjà prendre en compte la future réalité d’une démographie différente et d’une génération de plus en plus urbaine. Une opportunité pour le développement de nouveaux produits et services à destination de ce groupe cible.

  6. Des clients adeptes du shopping et du surmesure
    Les clients changent plus souvent de banque et font leur « shopping » dans un nombre croissant d’établissements. Cette préférence pour un service personnalisé va encore s’amplifier à court terme. Répondre à ces attentes constitue un énorme défi.
    Mais d’ici 2030, les nouvelles technologies multiplieront les possibilités d’élargir et d’approfondir les relations avec les clients.

  7. Paiements : conclure des partenariats
    Dans le secteur des paiements, les évolutions technologiques se font déjà sentir aujourd’hui. Les banques ne disposent pas en interne des compétences et technologies indispensables pour couvrir la totalité du marché. Si les banques veulent continuer à jouer un rôle déterminant sur ce marché, leur capacité à conclure des partenariats avec diverses parties sera cruciale.

  8. Investir dans l’énergie
    La demande énergétique croissante, les avancées technologiques – pensez au gaz de schiste, aux nouveaux champs de pétrole en haute mer et à l’énergie renouvelable – et une dimension politique complexe bouleversent le marché de l’énergie. Pour les banques, partenaires traditionnels des grands travaux d’infrastructures, ces évolutions sont également génératrices de nouvelles opportunités.