Forte hausse des Investissements Directs Etrangers (IDE) en Inde au cours des dix prochaines années

  • Share

Tandis que les investissements américains en Inde sont en baisse, les investisseurs européens et asiatiques prennent le relais

Selon la première étude d’EY consacrée à l’attractivité de l’Inde, 68 %des répondants prévoient de maintenir voire d’élargir leurs opérations sur le marché indien. Malgré la crise et la baisse générale des IDE à travers le monde, l’étude met en lumière une stabilité des projets d’investissements en Inde, qui se maintiennent autour de 750 entre 2009 et 2010.

Si le nombre de projets d’implantations et d’emplois créés reste bien en deçà du record de 971 projets enregistré en 2008, la tendance pour les dix années à venir est à la hausse. Selon les investisseurs interrogés, cette hausse devrait être régulière, à défaut d’être spectaculaire. Depuis 2003, le nombre de nouveaux projets a crû de 60 % et s’accompagne d’une hausse de 30 % des créations d’emplois générés par ces IDE.

Au terme d’une période de crise à laquelle a succédé une récession, l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale renouent avec une croissance économique modeste, voire fragile, tandis que les pays à forte croissance comme l’Inde avancent tambour battant et ne sont plus qu’à quelques encablures des taux de croissance d’avant la crise. Les décideurs se sont de nouveau mis en quête d’opportunités de croissance. Ils sont donc plus que jamais prêts à se concurrencer pour profiter des perspectives de développement que leur offre le marché indien.

Principaux investisseurs en Inde

Les États-Unis sont toujours au premier rang des pays qui investissent sur le marché indien, avec 30 % des projets d’IDE en 2009, contre 45 % en 2003. Ils sont suivis du Royaume-Uni et de l’Allemagne, avec respectivement 87 et 75 projets en 2009.

Les secteurs les plus attractifs

Bien que perçu par les investisseurs comme le secteur le plus attractif, le secteur de l’informatique (logiciels et services) est celui qui enregistre aussi la plus forte baisse à moyen terme. Malgré cette baisse, il reste pour 31 % des décideurs interrogés le secteur le plus attractif pour les investissements. Dans les faits, il a été rejoint par d’autres secteurs moteurs de l’économie, comme l’automobile, les biens de consommation et les infrastructures. Outre les résultats de ces secteurs, l’étude fait état d’une forte croissance de l’investissement dans la santé (209 %), la défense et l’espace (180 %), l’industrie du plastique (142 %), les énergies renouvelables (105 %) et les équipements médicaux (87 %). L’éventail des opportunités offertes aux investisseurs étrangers est donc large.

Les pays concurrents de l’Inde

Selon les répondants, les principaux concurrents de l’Inde en termes d’attractivité des IDE sont la Chine (pour 60 % des répondants) et le Brésil (9 %) sur les marchés à croissance rapide, et les États-Unis (17 %) et l’Allemagne (9 %) parmi les pays développés. Les principaux avantages concurrentiels de l’Inde sont la taille du marché intérieur et l’accès à la clientèle. Avec un PIB prévu à la hausse et un revenu disponible accessible plus facilement pour les classes moyennes, le marché indien se caractérise par l’énorme potentiel de son marché intérieur, comme en jugent 55 % des décideurs interrogés.