L’EY Eurozone Forecast prédit une année difficile pour l’économie belge

  • Share

L’Eurozone s’achemine vers une récession, qui se fera essentiellement ressentir durant les 6 premiers mois de l’année 2012. Dans le meilleur des cas, nous enregistrerons une légère croissance du PIB de 0,1% pour l’ensemble de la zone euro vers la fin de l’année. Telles sont les prévisions de l’EY Eurozone Forecast trimestriel établi en collaboration avec Oxford Economics. Dans ce contexte, la croissance économique de 0,8% sur laquelle le gouvernement belge compte pour l’établissement de son budget 2012 semble être un défi de taille. La Banque Nationale de Belgique vient elle aussi de formuler ses doutes à ce sujet.

La dernière édition de l’EY Eurozone Forecast confirme un peu plus la perspective d’une récession modérée. Malgré les mesures de réforme annoncées par la Commission européenne le 9 décembre, le doute continue à régner sur la manière dont ces mesures seront implémentées et sur leur délai de mise en œuvre. Aucune croissance n’est ainsi attendue pour les six premiers mois de l’année 2012. Ce n’est qu’au deuxième trimestre que l’activité économique dans la zone euro manifestera les premiers signes de relance. Les prévisions de croissance générale pour la zone euro restent limitées à +0,1% pour 2012.

La confiance des consommateurs et des entrepreneurs belges dans une spirale négative

La Belgique n’échappe pas à la pression négative sur la croissance économique. Après une brève reprise de notre économie durant le premier trimestre de 2011, la croissance s’est sensiblement ralentie vers la fin de l’année. La confiance des entrepreneurs et des consommateurs est dans une spirale négative.

« Le fait que nous disposions enfin d’un gouvernement est une bonne chose, explique Rudi Braes, country managing partner EY Belgique, mais l’ensemble des mesures budgétaires annoncées ne semble pas pouvoir relancer la consommation nationale et les entreprises laisseront encore leurs investissements au frigo pendant les prochains mois. » L’EY Forecast table sur une croissance nulle des investissements des entreprises en 2012 et sur un statu quo de la production industrielle par rapport à 2011. En ce qui concerne la consommation des ménages, on prévoit une croissance très limitée de 0,4%, soit un recul de près de 50% en comparaison avec la croissance déjà timide de 0,9% en 2011.

Le taux de chômage augmentera légèrement en 2012...

Le marché du travail n’envoie pas, non plus, des signaux réconfortants. Compte tenu des mesures d’économie inévitables en Belgique et de la croissance quasiment nulle de la production industrielle et des exportations, le taux de chômage belge passera de 7% en 2011 à 7,5% d’ici la fin 2012.

... mais la situation s’améliore à nouveau à partir de 2013

2012 sera, à bien des égards, une année de transition difficile pour l’économie belge. Mais on annonce une amélioration à partir de 2013. Si les mesures budgétaires belges et européennes commencent à produire leurs effets, la confiance repartira à la hausse et cela se traduira rapidement par une relance de la croissance économique. L’économie belge tournée vers les exportations devrait pouvoir en profiter relativement vite. Pour l’année 2013, l’Ernst&Young Eurozone Forecast table par conséquent sur une croissance du PIB, en Belgique, de 2,9% et de 2,5% en 2014.