Dans le monde entier, 1.200 milliards de dollars sont bloqués inutilement en fonds de roulement dans les 2.000 plus grandes entreprises. Pour les entreprises belges, il s’agit de 10 milliards de liquidités immobilisées.

  • Share

Bruxelles, 16 juillet 2012 – Chacun sait que l’économie n’est pas brillante, nul besoin de grandes explications. De ce fait, les entreprises obtiennent plus difficilement des financements, par exemple pour financer leur fonds de roulement, ce qui freine les investissements permettant une nouvelle croissance. Il ressort d’une enquête d’EY que 1.200 milliards de dollars sont immobilisés auprès des 2.000 plus grandes entreprises à travers le monde. Une réduction des fonds de roulement permettrait de consacrer cet argent à des investissements, ce qui stimulerait l’économie.

Malgré une légère amélioration, il reste toujours, auprès des entreprises interrogées – les 2.000 plus grandes entreprises (par le chiffre d’affaires) – 1.200 milliards de dollars inutilement bloqués en fonds de roulement, soit près de 7% de leur chiffre d’affaires. Deniz Ates, responsable Working Capital Advisory Services chez EY : « Les entrepreneurs du monde entier montrent certes des signes de confiance, mais de nombreuses entreprises et institutions financières sont très prudentes en matière de financement et de croissance, en raison de l’incertitude macro-économique qui règne en Europe. Il est grand temps, pour les entreprises, de considérer les prestations de leur fonds de roulement d’un œil critique, et de définir une stratégie efficace pour libérer le surplus de cash. Elles pourront ainsi réduire leurs dettes nettes, financer une croissance ou des transformations et même offrir du rendement à leurs actionnaires. »

La majorité du capital bloqué se situe en Europe
La différence en termes de prestations des fonds de roulement entre l’Europe et les États-Unis a augmenté en 2011, alors qu’en 2009 et en 2010, l’Europe réduisait l’écart par rapport aux États-Unis. En 2011, les prestations des fonds de roulement des entreprises ont stagné par rapport à 2010, tandis que les entreprises américaines ont affiché une légère amélioration (3%), ce qui affaiblit la position concurrentielle des entreprises européennes par rapport aux entreprises américaines. Aux États-Unis, le cycle des fonds de roulement est à nouveau inférieur. Les entreprises américaines présentent de belles prestations en termes de volumes des stocks (15% de moins qu’en Europe). À peine 48% des entreprises européennes ont réalisé de meilleures prestations de fonds de roulement, soit nettement moins que les 57% de 2010. Un nombre légèrement plus important d’entreprises ont enregistré une amélioration des débiteurs et des créditeurs (50% pour les deux) avec une position de stock améliorée (42%).

Bonne performance des entreprises belges
En Europe, ce sont les entreprises belges et néerlandaises qui s’en sortent le mieux pour la gestion de leur fonds de roulement. Parmi les entreprises belges reprises dans cette étude, le cycle cash-to-cash a même diminué de 8% en 2011, par rapport à 2010. Deniz Ates : « Cette amélioration découle principalement de la gestion des débiteurs. En 2011, le nombre moyen pondéré de jours de créance des entreprises belges ayant participé à cette étude n’était plus que de 36 jours, par rapport à 40 en 2010. Cette amélioration compense l’augmentation de 2 jours pour la gestion des stocks. Le nombre de jours des comptes créditeurs reste stable. Les entreprises belges sont parvenues à améliorer leur fonds de roulement grâce à une diminution du nombre de jours nécessaires à l’encaissement des factures. Toutefois, cette étude indique également des efforts devront encore être fournis. »

Perspectives pour 2012
Compte tenu de la situation macro-économique actuelle et les défis sur les marchés financiers, il est essentiel que les entreprises continuent à mener une politique de fonds de roulement durable et efficace. Au cours de l’année écoulée, les entreprises belges ont démontré qu’une meilleure performance de la gestion des stocks a permis une réduction du fonds de roulement.