Wanted : de beaux exemples inspirants du secteur public

  • Share

View this page in Dutch

Le 20 février 2014 aura lieu la toute première remise des prix de l’Organisation publique de l’Année. Ceux qui souhaitent tenter de remporter l’un de ces awards tant convoités peuvent se porter candidat jusqu’à la fin du mois de novembre.

« Et si on nommait une administration ‘Entreprise de l’Année’ ? ». C’est la question que s’est posée Hendrick Bogaert, Secrétaire d’État à la Fonction publique et à la Modernisation des Services publics, et qui a séduit EY (anciennement Ernst&Young). C’est ainsi qu’est née cette idée. « Chez EY, nous pensions déjà depuis un certains temps à introduire un prix pour le secteur public », explique Rudi Braes, Managing partner chez EY Belgique. « Le prix de l’Entreprise de l’Année mesure toutefois la croissance : en termes de chiffre d’affaire, de valeur ajoutée, d’emploi… Des aspects qui ne font pas particulièrement partie des priorités des administrations. Nous voulions en outre aller plus loin, de sorte que même les sous-départements ou équipes puissent participer. L’efficacité des administrations pour notre économie et les citoyens est par ailleurs récompensée par un prix distinct. Voilà comment notre contre-proposition a donné naissance à l’Organisation publique de l’Année. »

Admiration mutuelle

Outre EY, les autres organisateurs de l’Entreprise de l’Année (L’Écho/De Tijd et BNP Paribas Fortis) comptent également parmi les partenaires de ce projet. « Il s’agit d’un prix du secteur privé pour le secteur public. C’est pour cela qu’il est si spécial », poursuit Hendrik Bogaert. « Nous voulons faire tomber les barrières spirituelles et susciter l’admiration mutuelle. Les fonctionnaires accompagnent les gens dans les différents moments de leur vie. Des valeurs telles que le sens des responsabilités, le respect et la liberté sont essentielles. Par le biais de ce concours, nous sommes dès lors à la recherche de modèles, d’organisations qui veulent mettre en avant leur valeur ajoutée. D’importantes réformes ont eu lieu, et il est à présent temps de passer à l’étape suivante : montrer quelle est la nouvelle norme en communiquant ! »

« Des administrations qui fonctionnent bien peuvent être un levier important pour générer une croissance économique dans notre pays. Nous devons poursuivre les efforts consentis au cours des dernières années en vue de moderniser les prestations et le fonctionnement des administrations. Grâce à l’initiative de l’Organisation publique de l’Année, nous souhaitons renforcer cette dynamique positive », ajoute Rudi Braes.

Comment participer ?

Lors des présélections, ce seront surtout l’orientation client et le rapport efficacité/efficience qui seront pris en compte. La durabilité et la stratégie sont également importantes. « Nos experts Advisory ont établi un questionnaire », explique Rudi Braes. « Les candidats peuvent le télécharger sur www.organisationpubliquedelannee.be et s’auto-évaluer. Les participants seront ensuite évalués par les experts d’EY et par un groupe d’universitaires spécialisés dans les organisations publiques. »

Jury indépendant

À l’issue de la procédure de sélection, 3 finalistes seront proposés au jury indépendant pour chacun des 5 prix : organisation fédérale, organisation régionale de Flandre, de Wallonie (Fédération Wallonie-Bruxelles, Région wallonne, Communauté germanophone) et de Bruxelles, et organisation locale. Ce jury est entre autres composé du président de la FEB et du président du jury de l’Entreprise de l’Année. « J’ai la conviction que nous pourrons trouver de beaux exemples qui méritent cette reconnaissance positive », conclut Rudi Braes.