EY - Meilleur équilibre, liens plus solides
  • Partager

L'histoire de Cindy et Garnet Amundson a peut-être commencé tout bonnement lorsqu’ils se sont rencontrés dans le programme de comptabilité à l’université et qu’ils sont entrés en stage chez EY en 1984. Mais depuis, le couple se distingue dans tout ce qu’il fait. Qu’il s’agisse de Cindy qui replonge dans le monde des affaires grâce à une relation avec un ancien ou de Garnet qui démarre son entreprise, les conjoints ont réussi des carrières équilibrées — Cindy comme directrice de l’information financière à Pembina Pipeline Corporation, et Garnet à titre de président et chef de la direction d’Essential Energy Services — et formé une famille tricotée serrée tout au long de leur parcours.

Le soutien dès le départ a aidé à lancer une belle carrière

Cindy a commencé sa carrière au bureau d’EY à Calgary, mais elle a tôt fait d’être mutée temporairement au bureau de Toronto. Cette mutation s’est révélée être un véritable tremplin pour sa carrière.

«À Toronto, j’ai beaucoup élargi mes horizons», affirme-t-elle.

Et le soutien de l’un des associés en particulier a été un facteur clé de son succès. Elle se rappelle que Ron Buckle non seulement l’encourageait, mais lui ouvrait aussi des possibilités d’avancement. Travaillant aux côtés de Ron, Cindy a rapidement été promue chef d’équipe senior.

«Ron m’a poussée et m’a insufflé la confiance de prendre des risques, poursuit Cindy. Il m’a confié beaucoup de responsabilités et a contribué ainsi à mon perfectionnement professionnel et à mon épanouissement personnel.»

Un petit pas difficile, mais un pas de géant

Il faut parfois un petit pas imprévu pour vous placer sur la voie de la réussite professionnelle. Garnet l’a appris à la dure.

Contrairement à Cindy, le parcours de Garnet en comptabilité n’était pas prévu. Il est allé travailler dans les champs pétrolifères en Alberta dès la fin du secondaire, mais sa carrière d’ouvrier a pris fin soudainement. Un jour, alors qu’il grimpait sur le devant d’un gros moteur diesel, son pied gauche a glissé dans un gros ventilateur et son pied a été sectionné.

Il a donc été forcé de trouver un nouveau type d’emploi, et un comptable de la région a eu la générosité de communiquer avec lui. Ce comptable, a-t-il appris plus tard, était un ancien d’EY et avait un cabinet d’expertise comptable à Red Deer. «J’ai découvert que j’aimais vraiment la comptabilité des PME et j’ai décidé d’aller à l’université.» C’est peu de temps après, en 1984, qu’il s’est joint à EY, où il a passé les dix années suivantes.

Mais Garnet avait la fibre entrepreneuriale et souhaitait retourner dans les champs pétrolifères. En 2004, il a cofondé Builders Energy Services Trust. «Je voulais voir si je pouvais rassembler toutes mes connaissances et les mettre en pratique», explique-t-il. L’entreprise a fini par devenir Essential Energy Services Ltd., dont il est le président et chef de la direction depuis neuf ans.

Garnet a appris bien des leçons sur sa route. «En tant qu’entrepreneur du secteur pétrolier et gazier, j’ai appris que les choses ne tourneront jamais comme prévu. Il y aura toujours un obstacle politique ou réglementaire dans votre avenir rapproché.»

L’attention particulière que Garnett accorde aux gens dépasse de loin les personnes qu’il côtoie tous les jours à son bureau de Calgary. «Nous comptons environ 1 100 employés dans l’Ouest canadien, et j’ai rencontré les personnes parmi les plus brillantes, les plus impressionnantes et les plus intègres de ma carrière au sein de cet effectif. Et pas seulement les personnes qui travaillent dans le bureau, mais aussi les personnes solides et dévouées qui travaillent dans le froid.»

Réécrire les règles

Les Amundson ont réussi à trouver un équilibre entre leur famille et leur carrière. Mais le projet d’élever une famille n’a pas toujours été facile pour le couple ambitieux. Quand ils ont fondé leur famille, les longues heures à consacrer au travail sont devenues un défi, et ils ont cherché ensemble un équilibre — faisant même oeuvre de pionniers en la matière.

En 1993, Garnet est devenu le premier homme de l’histoire d’EY à se prévaloir du congé de paternité en partageant le congé parental de six mois avec Cindy. «Les gens me disaient que je sabotais ma carrière, dit-il. Mais c’était le bon choix à faire pour notre famille.»

Quelques années plus tard, l’un de leurs enfants est tombé gravement malade, et Cindy a dû quitter son emploi pour s’occuper de sa famille en priorité. Quatorze ans plus tard, en 2010, les enfants étant devenus grands et autonomes, Cindy s’est sentie prête à relever un nouveau défi et à réintégrer le monde des affaires. «La transition a été exaltante, et j’ai vécu une expérience vraiment positive», affirme Cindy.

Bien que le temps passé en dehors du monde du travail puisse représenter un obstacle pour quiconque essaie d’y revenir, Cindy attribue la réussite de sa transition au fait d’avoir gardé confiance dans les compétences de base acquises et l’éthique professionnelle développée au cours des dix premières années de sa carrière, ainsi qu’aux cours suivis, aux contrats réalisés de temps à autre, au bénévolat et au maintien des relations.

«Il ne faut pas se laisser intimider par le changement», conseille-t-elle. Pendant la période où elle n’a pas travaillé, elle a suivi l’évolution des normes comptables, comme la loi Sarbanes- Oxley et les Normes internationales d’information financière pour se tenir à jour dans son domaine jusqu’à ce qu’elle soit prête à réintégrer le monde du travail.

«J’étais au match de basketball de mon fils et j’ai mentionné à Mick Dilger, président et chef de l’exploitation de Pembina Pipeline — et ancien d’EY — que je songeais à retourner travailler, raconte-telle. Il m’a téléphoné six mois plus tard pour m’informer d’un poste à pourvoir au service des finances de son entreprise.»

Cindy et Garnet prouvent que la voie de la réussite et de l’épanouissement emprunte parfois des détours — mais que le maintien de liens étroits avec les anciens d’EY s’inscrit indéniablement dans les meilleures pratiques.