• Partager

Concilier efficacement les responsabilités d’un poste de haute direction et celles du rôle de mère de trois adolescentes exige une gestion de temps rigoureuse et un travail d’équipe, des compétences que Sarah Davis, ancienne d’EY, déclare avoir acquises dès le début de sa carrière chez EY.

«J’ai appris à être très efficace, dit-elle en se remémorant ses débuts en tant que comptable junior. Il fallait consigner ses heures, respecter des délais serrés et étudier en soirée.» Comme plusieurs autres jeunes comptables, Sarah Davis a obtenu le titre de comptable agréé tout en apprenant les rudiments du métier chez EY.

Aujourd’hui chef de la direction financière de Loblaw, la plus importante entreprise de distribution alimentaire au Canada et l’un des employeurs les plus importants du secteur privé du pays, Sarah Davis dirige une équipe d’environ 1 000 employés, regroupant les services des finances, de l’immobilier et des fonctions de la stratégie.

«À mes débuts, on m’a donné ce conseil précieux : personne ne réussit tout seul. Il faut être soutenu par ses collègues», évoque-t-elle. Mme Davis se fixe comme priorité de rester en contact avec son équipe quotidiennement afin d’être toujours bien informée, et recourt fréquemment à des rencontres au sommet et à des séances de discussion pour laisser les membres du personnel s’exprimer et discuter des stratégies gagnantes pour le succès de l’entreprise.

Maintenir son avance sur la concurrence

Donc, à quoi ressemble le travail à Loblaw?

«Chaque jour est différent, lance Mme Davis. Tant mieux, parce que j’aime la nouveauté!»

La concurrence dans le secteur de la vente des aliments au détail est féroce et les marges sont serrées. Comme la concurrence s’étend au-delà du cadre traditionnel — Walmart a agrandi la superficie de ses magasins pour y aménager des sections alimentaires et Target vient d’arriver au Canada —, la valorisation de la marque est essentielle. La qualité de la marque a une incidence sur le profit et la fidélisation de la clientèle.

«Qu’il s’agisse de nos bannières Loblaw, Real Canadian Superstore ou nofrills, nos clients savent à quoi s’attendre. Quant aux produits, nous estimons aussi que nos marques nous distinguent — le Choix du Président, Menu bleu, sans nom ou Joe Fresh — et que les gens nous choisissent à cause d’elles», soutient Mme Davis.

«La clientèle d’aujourd’hui cherche toujours le meilleur prix, ajoute-t-elle. Dans ce contexte, il nous faut axer notre stratégie sur nos clients et améliorer notre offre, en offrant les meilleurs prix, le meilleur service et les meilleurs produits.»

Or, Loblaw est en bonne position pour se démarquer de la concurrence, grâce à ses bannières, ses marques et ses produits qui plaisent à un large éventail de consommateurs — des chasseurs de bonnes affaires aux amateurs de produits d’épicerie fine.

La culture entrepreneuriale de la société, inspirée par ses origines d’entreprise familiale, est cruciale pour son succès. «Nous gardons certaines de nos bannières séparées, telles que Joe Fresh, pour favoriser leur esprit entrepreneurial. Puisque nous considérons chaque magasin comme une entreprise distincte et que nous avons des franchisés, notre société est composée d’entrepreneurs.» Cette philosophie préserve la souplesse de la société et permet à cette dernière de répondre aux besoins changeants des consommateurs.

L’importance du mentorat

Sarah Davis a bâti sa carrière dans le secteur des télécommunications, occupant diverses positions stratégiques en finance à Rogers et Bell Canada avant de se joindre à Loblaw en 2007.

Elle souligne l’importance de ses mentors tout au long de sa carrière et prend à son tour le temps d’offrir du mentorat à Loblaw et au Réseau des femmes exécutives (RFE).

Un chef de la direction financière pour qui elle travaillait en tant qu’analyste financière a eu une influence majeure sur sa carrière. Il a vu son potentiel et lui a donné l’occasion de le prouver — en l’assignant à des mandats importants, en l’instruisant des différents aspects de l’entreprise et en la présentant aux hauts dirigeants.

«J’aimais surtout recevoir de la rétroaction», dit-elle, se rappelant que son mentor la rencontrait après chaque réunion du conseil pour lui fournir de la rétroaction directe sur son travail.

«Ça me plaisait beaucoup, résume Mme Davis. De cette expérience, je retiens l’importance de fournir régulièrement de la rétroaction aux gens qui travaillent pour nous, qu’elle soit positive ou non.» Fine observatrice, Sarah Davis a très rapidement noté l’influence des comportements des dirigeants sur leurs employés et ces observations lui ont permis de façonner son propre style de gestion.

«Je notais mentalement ces constatations — si j’étais témoin de faits et gestes remarquables, je m’assurais de m’en rappeler pour pouvoir un jour les reproduire. D’autres fois, toutefois, lorsque je déplorais des agissements, je me jurais de ne jamais les répéter. En somme, en s’inspirant des autres dirigeants, on découvre plusieurs petites astuces de gestion.»

Un modèle pour les femmes

À titre de cadre responsable du programme Femmes@Loblaw, un réseau pour les employées de l’entreprise qui vise le développement professionnel, la rencontre de cadres supérieurs et le réseautage, Sarah Davis intervient pour encourager les femmes à accéder à des postes de direction.

«Nous souhaitons augmenter le nombre de directrices de magasin, affirme Sarah Davis. La composition de l’équipe de gestion devrait être à l’image de l’ensemble du personnel, où l’on trouve à peu près le même nombre d’hommes et de femmes.»

Actuellement, environ 22 % des directeurs de magasin sont des femmes, soit une augmentation de 12 % par rapport à 2008. Pour poursuivre cette tendance, une série d’initiatives ont été mises sur pied, notamment des événements de réseautage et de développement personnel.

«C’est un travail difficile, déclare-t-elle. Plusieurs de nos magasins sont ouverts jour et nuit, ce qui peut être éprouvant pour une mère, mais nous devons nous assurer que les femmes ont des occasions d’avancement et des modèles féminins.»

Trouver l’équilibre

Mère dévouée, Sarah Davis ne voudrait manquer un souper en famille pour rien au monde. «Nous faisons tout en nos moyens pour partager un repas ensemble chaque soir», confie‑t‑elle. Les placards sont remplis de produits de Loblaw et il ne manque donc jamais de nourriture appétissante chez Sarah Davis!

Personnellement, elle recommande l’humus au chipotle et au poivron rouge le Choix du Président. «Sans compter que c’est bon pour la santé!», ajoute-t-elle en riant.

Dans une famille de neuf — Sarah Davis, son époux, trois adolescentes, deux chats et deux chiens, l’action ne manque jamais. «Dans nos temps libres, nous conduisons nos enfants à des activités diverses en toute hâte, comme du patinage artistique ou du hockey. Nous aimons aussi skier et regarder des films, puisque ces activités se pratiquent en famille.»

Quoiqu’elle admette qu’elle aimerait parfois dormir un peu plus, Sarah Davis se plaît dans sa vie équilibrée. «J’ai la chance d’avoir une carrière enrichissante et de passer de précieux moments en famille», conclut-elle.