Les petites entreprises créent 50 % des emplois dans les pays du G20, mais reçoivent seulement 6 % de l’investissement, selon EY

  • Partager

(Montréal, le 18 juin 2012) Bien qu’elles constituent les principaux moteurs de l’économie, représentant 50 % de l’emploi dans la plupart des pays du G20, les petites et moyennes entreprises (PME) n’attirent qu’une mince proportion de l’investissement global, selon le nouveau rapport d’EY intitulé Funding the Future.

Malgré l’intervention de certains gouvernements du G20, il reste difficile d’obtenir des prêts bancaires, surtout dans les premières étapes de la croissance. Et l’investissement total dans les PME des pays du G20 ne dépasse pas 714 G$ US, soit 6 % du total de 11 507 G$ US pour toutes les formes d’investissement.

«L’accès au financement demeure l’un des plus grands défis pour la création, la croissance et la survie des PME, surtout les PME novatrices, déclare Luc Charbonneau, associé des Services de certification et leader des Services à l’entrepreneuriat d’EY pour le Québec. Dans notre sondage mené auprès de plus de 1 000 entrepreneurs des pays du G20, près des deux tiers trouvent que l’accès au financement est difficile dans leur pays.»

Selon le rapport, les PME à chaque étape de la croissance peuvent obtenir un meilleur accès à des capitaux en appliquant les solutions suivantes :

  • Phase de pré-amorçage et de prédémarrage : Gérer soigneusement la trésorerie pour minimiser le recours au financement externe dans les premières étapes et évaluer si les modèles de financement novateurs conviennent à votre entreprise.
  • Phase de démarrage : Examiner les options pour gérer le fonds de roulement, comme le financement de créances, et exploiter les réseaux d’investisseurs providentiels.
  • Phase de développement émergent : Avoir un plan crédible à présenter aux banques, rechercher des banques spécialisées ou des banques à rayonnement local qui sont susceptibles d’avoir un lien plus étroit avec votre entreprise et étudier le potentiel de participation-pari.
  • Phase de croissance : Utiliser les marchés des actions de deuxième rang comme source de financement, s’ouvrir aux marchés internationaux à mesure que des possibilités se présentent et examiner les options de capital-investissement.

«Pour créer un contexte entrepreneurial dynamique, il faut agir sur plusieurs fronts, tant du côté de l’entrepreneur que du côté de son gouvernement. Chaque partie prenante doit jouer son rôle pour que le financement soit accessible à chaque étape du développement de l’entreprise», conclut M. Charbonneau.

– 30 –

À propos d’EY

EY est un chef de file mondial des services de certification et fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. À l’échelle mondiale, les 141 000 membres de notre personnel sont unis par nos valeurs partagées et un engagement indéfectible envers la qualité. Nous nous distinguons en aidant nos gens, nos clients et nos collectivités à réaliser leur potentiel.