EY prévoit une augmentation de 3,5 % des ventes de la période des Fêtes au Canada

  • Partager

(Montréal, le 30 octobre 2012) Des signes de rétablissement de la confiance des consommateurs laissent présager une augmentation de 3,5 % des ventes au détail de la période des Fêtes 2012 au Canada par rapport à l’année dernière, selon EY.

«L’Halloween n’est pas encore passée que déjà les magasins de détail canadiens ont un air du temps des Fêtes, affirme Daniel Baer, associé et leader du secteur national Commerce de détail et produits de consommation chez EY. Après les résultats de vente modérément bons de la période de rentrée scolaire de cette année – en partie attribuables à l’anticipation de la saison de magasinage – sur le plan des ventes, les détaillants devraient continuer de bénéficier d’une tendance qui est positive, à défaut d’être exaltante.»

Les détaillants doivent toutefois composer avec les préoccupations des consommateurs à l’égard de leur niveau d’endettement personnel et avec l’état général des économies canadienne et américaine. Les consommateurs restent prudents et continuent de se soucier surtout des prix. Les détaillants continueront de se livrer à une dure guerre de prix, tâchant de battre la concurrence dans les magasins et dans le cyberespace. Comme ils s’efforceront d’avoir l’exclusivité dans le choix des produits, une augmentation des stocks de produits de marques privées est à prévoir.

À de multiples égards, la prochaine période des Fêtes sera aussi marquée par la poursuite de l’«américanisation» du marché de détail. «Conjuguées à l’augmentation du nombre de voyages de magasinage transfrontaliers d’une journée et du nombre de concurrents américains, les promotions annoncées par leurs homologues américains amèneront les détaillants canadiens à faire jouer leur appartenance canadienne et à harmoniser leur calendrier de campagnes promotionnelles avec celui des détaillants américains», explique M. Baer. 

Dans ce contexte de concurrence, les détaillants auront tout intérêt à se montrer proactifs et à recourir à tous les moyens à leur disposition pour tirer parti de chaque possibilité de vente. «Le service à la clientèle reposant sur de multiples canaux est un concept désuet, explique M. Baer. De nos jours, la tendance au commerce omnicanal pousse les détaillants à utiliser tous les canaux disponibles pour joindre le consommateur et lui faire connaître leur engagement à satisfaire ses besoins selon les modalités qui lui conviennent le mieux.»

Cette année, la tendance au commerce omnicanal soutiendra la croissance des ventes en ligne, de même que la croissance des ventes par l’intermédiaire de réseaux sociaux et d’applications mobiles. «Dans ce contexte commercial, bien qu’il soit toujours très important d’offrir les bons produits au bon prix, les détaillants qui sauront utiliser le bon média, non seulement pour joindre les consommateurs, mais également pour vendre leurs produits, obtiendront un avantage concurrentiel», souligne M. Baer. Les détaillants qui bénéficieront d’un avantage concurrentiel continueront :

  • d’adapter l’environnement graphique et la plateforme de leur site de commerce mobile de façon à faciliter l’expérience de magasinage par l’intermédiaire d’applications mobiles;
  • d’investir dans l’intégration de leurs plateformes en magasin et en ligne,
  • d’améliorer leurs gammes de produits accessibles en ligne;
  • de tirer parti des réseaux sociaux pour joindre les consommateurs frileux, ainsi que pour susciter leur intérêt et leur enthousiasme, car les jeunes acheteurs s’appuieront de plus en plus sur l’information diffusée sur les réseaux sociaux au moment de prendre leurs décisions d’achat.

Au Canada, les tendances de consommation varieront selon la région. L’Alberta et les Prairies devraient afficher les meilleurs résultats de vente, tandis que l’Ontario et les provinces maritimes devraient se situer dans la moyenne. On s’attend à ce que le Québec et la Colombie-Britannique affichent des résultats sous la moyenne nationale.
En ce qui a trait à la popularité des produits, les détaillants de vêtements et de produits électroniques devraient obtenir une part satisfaisante du budget de dépenses des consommateurs, de même que les vendeurs de consoles de jeu. La mise en marché récente de nouveaux produits pour tablettes électroniques et téléphones intelligents contribuera à stimuler l’achalandage. «Cela tient au fait que ces articles sont désormais considérés comme étant essentiels», relève M. Baer.
Bien que la popularité des cartes-cadeaux se maintienne cette année, le marché est en voie de maturité, et on s’attend à ce que le volume des achats réglés par carte-cadeau soit stable pour une deuxième année de suite.

 

– 30 –

À propos d’EY

EY est un chef de file mondial des services de certification et fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. À l’échelle mondiale, les 167 000 membres de notre personnel sont unis par nos valeurs partagées et un engagement indéfectible envers la qualité. Nous nous distinguons en aidant nos gens, nos clients et nos collectivités à réaliser leur potentiel.