Tendances dans les PAPE pour l’année à venir : se préparer d’avance, puis bouger vite, selon EY

  • Partager

(Montréal, le 7 août 2012) Malgré une croissance timide et les turbulences persistantes de l’économie mondiale, les marchés des premiers appels publics à l’épargne (PAPE) ont fait preuve d’une résilience remarquable en 2011, mais les entreprises prêtes à s’introduire en bourse doivent attendre le moment propice, soutient EY. 

«Les possibilités de réussir une transaction s’ouvrent et se referment rapidement, car le marché des PAPE fonctionne beaucoup par cycles, explique Sylvain Boucher, associé de certification d’Ernst & Young. Les entreprises qui envisagent un PAPE doivent s’assurer d’avoir un dossier clair et attrayant à présenter aux investisseurs. Il est important de se préparer longtemps d’avance pour être en mesure de bouger rapidement dès que s’ouvre une possibilité viable sur le marché.»

Compte tenu de l’évolution du marché au deuxième semestre de 2012, les entreprises qui envisagent un PAPE cette année devront tenir compte des autres tendances actuelles suivantes, relevées dans la neuvième édition du rapport d’EY intitulé Global IPO trends.

  • Apprendre à composer avec la volatilité. Malgré les perspectives de stabilité pour l’économie canadienne, la persistance de la crise de la dette en Europe, l’instabilité politique mondiale, la mollesse des perspectives de croissance et le caractère imprévisible du marché inviteront les décideurs des PAPE canadiens à la prudence pendant au moins les 12 prochains mois.
  • Gérer le risque d’exécution. Les conditions d’évaluation et d’établissement des prix continuent de changer rapidement, et un nombre record d’entreprises ont dû abandonner leurs plans d’introduction en bourse. L’accroissement du risque d’exécution amène les entreprises à changer leur façon de planifier leur PAPE.
  • Garder un esprit ouvert. De nombreuses entreprises font leur PAPE sur des marchés étrangers, plutôt que de s’inscrire sur leur marché national par défaut. De plus, les entreprises cherchent de nouvelles formes de financement par capitaux propres, comme les portails de financement participatif («Crowdfunding»), pour élargir leurs options de financement.
  • Les banques centrales sont les principaux intervenants. La dette souveraine en Europe a pesé lourd sur les marchés mondiaux des PAPE l’an dernier, mais plus on avance en 2012, plus les perspectives devraient s'améliorer. Cependant, la clé d’une reprise soutenue des PAPE demeurera en grande partie entre les mains des banques centrales du monde et des chefs d’États.
  • Les entreprises se révèlent rentables. Il convient de noter que de nombreuses entreprises ont enregistré une forte croissance de leurs bénéfices, et on prévoit une augmentation des taux de croissance au deuxième semestre de 2012. Des entreprises rentables à la recherche de capitaux est un ingrédient aussi important que la confiance des marchés financiers pour assurer le dynamisme du marché des PAPE.
  • Tirer des leçons des PAPE du secteur des technologies et des réseaux sociaux. Les entreprises qui veulent s’introduire en bourse peuvent apprendre beaucoup en étudiant les expériences des nouveaux émetteurs, notamment ceux du secteur des technologies et des réseaux sociaux (comment ils ont évalué leur entreprise, comment ils l’ont financée et comment ils ont géré le risque d’exécution).
  • Les PAPE reçoivent un coup de pouce du capital-investissement. Les sociétés de capital-investissement sont devenues plus agiles : lorsque des possibilités se sont ouvertes sur le marché, elles étaient prêtes à bouger rapidement. Par exemple, aux États-Unis, neuf des dix plus importants PAPE de l’année étaient le fait d’entreprises financées par des fonds de capital-investissement. En matière de capital de risque plus spécifiquement, le nombre de PAPE adossés à ce type de capital a augmenté en 2011 à l’échelle mondiale, et cette tendance devrait se poursuivre en 2012.

À propos du rapport
Le neuvième rapport annuel d’EY sur les tendances mondiales dans les PAPE présente les perspectives des marchés des PAPE et une analyse des principales tendances de 2011. Il renferme les points de vue de certains des plus grands banquiers d’affaires du monde, que nous tenons à remercier de leur temps et de leur appui.

– 30 –

À propos d’EY

EY est un chef de file mondial des services de certification et fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. À l’échelle mondiale, les 141 000 membres de notre personnel sont unis par nos valeurs partagées et un engagement indéfectible envers la qualité. Nous nous distinguons en aidant nos gens, nos clients et nos collectivités à réaliser leur potentiel.