La valeur des transactions dans le secteur des mines et métaux au Canada est en baisse de 41 % et le volume, de 26 % depuis un an, selon EY

  • Partager

(Montréal, le 20 août 2012) La hausse croissante des coûts d’investissement et le fléchissement des prix entraînent les sociétés du secteur des mines et métaux à repenser leurs décisions d’investissement, surtout lorsqu’il s’agit de transactions, selon un nouveau rapport d’EY.

«L’incertitude économique mondiale et la volatilité des marchés ont atténué la valeur et le volume des transactions au premier semestre de 2012 au Canada, déclare Zahid Fazal, leader de l’équipe affectée au Plan Nord et du secteur des mines et métaux d’EY au Québec. Au cours du premier semestre de 2012, la valeur et le volume des transactions au Canada ont chuté respectivement de 41 % et de 26 % en regard de la période correspondante de 2011.»

Le rapport Mergers, acquisitions and capital raising in the mining and metals sector  révèle qu’une baisse de valeur et de volume des transactions est également observée dans le secteur à l’échelle mondiale. On y apprend qu’il y a eu 470 transactions dans le monde au premier semestre de 2012, et que leur valeur totale s’élevait à 55,7 milliards de dollars US, soit une baisse de valeur de 19 % et une baisse de volume de 38 % par rapport à la période correspondante de 2011.

Cependant, le regain d’activité dans le secteur au mois de juin dernier indique un retour de conditions favorables pour les fusions et acquisitions, alors que les transactions conclues ont atteint plus de 10 milliards de dollars US. Un autre signe positif est l’augmentation des volumes au cours du premier semestre de 2012 par rapport au deuxième semestre de 2011. Des bilans solides parmi les sociétés productrices, des facteurs fondamentaux favorables à long terme et des évaluations plus basses créent un environnement attrayant pour les fusions et acquisitions.

«La réalité est que les sociétés du secteur des mines et métaux tirent déjà avantage des changements récents apportés aux conditions du marché grâce à des transactions synergiques, explique M. Fazal. Pour l’instant cette année, nous avons constaté 20 mégatransactions conclues (d’une valeur totale de 1 milliard de dollars ou plus), une hausse par rapport aux 15 de la même période au cours de l’exercice précédent.»

Selon Zahid Fazal, nous devrions nous attendre à une augmentation du nombre de transactions dans le secteur des mines et métaux dans le monde au cours des prochains mois. Les possibilités de fusions et acquisitions qui se présentent aux acheteurs bien capitalisés pourraient entraîner un déplacement des stratégies d’affectation des capitaux de la construction vers l’acquisition. Mais les acheteurs prudents auront à consacrer du temps et des ressources considérables à la validation de la transaction, au contrôle préalable et à la négociation pour trouver et conclure des transactions de qualité et y accéder.

Au-delà de la volatilité du marché et de l’incertitude géopolitique, les acheteurs devront aussi prêter une attention toute particulière aux risques commerciaux importants, notamment le nationalisme en matière de ressources et les pénuries de main-d'œuvre qualifiée, les deux risques principaux identifiés dans le dernier rapport d’EY intitulé Business risks facing mining and metals.

– 30 –

À propos d’EY

EY est un chef de file mondial des services de certification et fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. À l’échelle mondiale, les 152 000 membres de notre personnel sont unis par nos valeurs partagées et un engagement indéfectible envers la qualité. Nous nous distinguons en aidant nos gens, nos clients et nos collectivités à réaliser leur potentiel.