Les sociétés du secteur canadien de la biotechnologie résistent – mais le financement stagne et se maintient à 733 M $US en 2012

  • Partager

(Montréal, le 23 mai 2013) Malgré la solidité des connaissances scientifiques et l’immensité des talents, le financement des sociétés du secteur canadien de la biotechnologie n’a pas progressé en 2012, de sorte que les sociétés doivent se concentrer davantage sur l’efficacité et les résultats si elles veulent attirer de nouveaux investissements, selon le 27e rapport annuel sur le secteur de la biotechnologie d’Ernst & Young.

«Dans le contexte d’affaires actuel, l’amélioration de l’efficacité constitue un énorme défi pour les sociétés du secteur canadien de la biotechnologie, explique Sylvain Boucher, associé d’Ernst & Young. Bien que le financement total se soit maintenu à 733 millions de dollars américains en 2012, le financement de capital de risque a chuté de 60 % pour s’établir à 68 millions de dollars américains.»

Le rapport d’EY intitulé Beyond borders: matters of evidence révèle que, bien que l’importance de démontrer la valeur soit clairement reconnue, bon nombre de sociétés du secteur de la biotechnologie investissent relativement peu pour recueillir les données probantes qui seront essentielles à leur réussite.
Lara Iob, associée d’Ernst & Young, précise : «L’autre défi consiste à faire la transition à des systèmes de santé fondés sur les éléments probants et axés sur les résultats partout dans le monde. Les investisseurs financiers et stratégiques veulent présenter une preuve irréfutable aux personnes qui, en fin de compte, assumeront les coûts. Les sociétés du secteur canadien de la biotechnologie doivent relever ce défi, sinon elles devront continuer de se battre pour obtenir du financement.»

Voici les autres faits saillants du secteur canadien contenus dans le rapport mondial :

  • Encore une fois en 2012, aucun premier appel public à l’épargne n’a été réalisé.
  • Les dépenses de recherche et développement des sociétés ouvertes ont reculé de 12 % en 2012, pour atteindre 405 millions de dollars américains.
  • Les revenus sont demeurés inchangés par rapport à 2011, soit 619 millions de dollars américains.
  • Le nombre de sociétés ouvertes a diminué de 7 % au Canada pour s’établir à 63 sociétés.
  • Le niveau global d’emploi dans le secteur a aussi reculé de 5 % en 2012.
  • Les sociétés québécoises ont reçu 70 % de l’ensemble du financement de capital de risque.
  • La répartition par province est la suivante :
    • Colombie-Britannique : 37 % du financement total, soit 270 millions de dollars américains
    • Ontario : 30 % du financement total, soit 219 millions de dollars américains
    • Québec : 23 % du financement total, soit 169 millions de dollars américains
    • Alberta : 6 % du financement total, soit 47 millions de dollars américains
    • Autres provinces : 4 % du financement total, soit 28 millions de dollars américains

- 30 -

À propos d’Ernst & Young
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. À l’échelle mondiale, les 167 000 membres de notre personnel sont unis par nos valeurs partagées et un engagement indéfectible envers la qualité. Nous nous distinguons en aidant nos gens, nos clients et nos collectivités à réaliser leur potentiel.

Pour en savoir plus sur notre organisation, visitez ey.com/ca/fr. Suiviez-nous sur Twitter @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients.