Sondage de la FRDFC : les entreprises canadiennes misent sur la rentabilité pour alimenter l’investissement dans la croissance

Les entreprises se montrent optimistes quant à l’accès au crédit, mais restent prudentes

  • Partager

(Montréal, le 22 novembre 2013) Même si les entreprises canadiennes se montrent plus optimistes quant à l’accès au crédit, elles exercent tout de même une gestion serrée de leurs coûts avant d’investir dans la croissance. De fait, 60 % des entreprises prévoient que la réduction des coûts et l’efficacité des processus seront des secteurs privilégiés au cours des deux prochaines années lorsqu’il sera question de l’amélioration des activités. Ce sont là les conclusions d’une nouvelle étude réalisée par la Fondation de recherche des dirigeants financiers du Canada (FRDFC) et commanditée par EY.

«Les entreprises sont toujours méfiantes. Pendant la récession de 2008 et de 2009, elles ont connu de près la rapidité à laquelle l’accès au crédit peut devenir limité, explique Michael Conway, chef de la direction et président de Dirigeants financiers internationaux du Canada. Elles demeurent donc attentives aux signes précurseurs d’une diminution à court terme du flux de crédit, tout en restant très prudentes quant à la façon et au moment d’investir dans leur croissance.»

Malgré des indicateurs positifs, le contexte économique demeure incertain. L’étude Optimizing for Growth: Working Capital & Credit Availability (en anglais) révèle que, même si les dirigeants financiers du Canada se montrent optimistes au sujet des perspectives économiques et de l’accès au capital en vue d’une croissance, 56 % d’entre eux affirment tout de même ne pas avoir atteint leurs objectifs d’augmentation des revenus au cours de la dernière année, tandis que 55 % d’entre eux se concentreront uniquement sur une croissance interne dans les douze prochains mois.

«En dépit des taux d’intérêt extrêmement bas actuellement en vigueur, les entreprises canadiennes sont relativement timides lorsque vient le temps d’investir dans leur croissance, dit Tim MacDonald, associé des Services consultatifs transactionnels chez EY. Ils misent davantage sur des projets générateurs de trésorerie, comme les projets de réduction des coûts, de mise à niveau technologique et d’optimisation des fonds de roulement, qui ont pour effet de soutenir les réinvestissements dans la croissance interne principalement.»

Les résultats de l’étude concordent avec ceux du plus récent Baromètre de la confiance des entreprises d’EY au Canada, lequel a démontré que l’efficacité et le contrôle des coûts, suivis par la gestion des risques, continuent de faire partie des priorités du conseil d’administration de nombreuses entreprises au pays. Ces résultats laissent également entrevoir des signes annonçant une augmentation des activités transactionnelles, et ce, même si les entreprises canadiennes centrent leurs efforts sur leurs activités principales en optimisant leurs structures de capital.

 «Les flux de trésorerie doivent être gérés minutieusement, même en périodes économiques soi‑disant “bonnes”, dit Michael Conway. Les finances peuvent jouer un rôle de premier plan lorsque vient le temps de stimuler la croissance de notre entreprise, que ce soit pour obtenir des fonds, chapeauter des initiatives d’amélioration des fonds de roulement ou explorer diverses possibilités de croissance externe.»

- 30 -

À propos du sondage
L’étude Optimizing for growth: working capital & credit availability présente les résultats d’un sondage en ligne qui a été mené auprès de dirigeants financiers du Canada entre le 17 septembre 2013 et le 11 octobre 2013. Un total de 121 participants ont répondu au sondage. De l’information supplémentaire a été recueillie auprès des dirigeants ayant participé à des tables rondes qui se sont déroulées à Montréal et à Toronto de façon simultanée par vidéoconférence le 9 octobre 2013. Près de la moitié (45 %) des répondants sont des chefs des finances, tandis que 18 % d’entre eux exercent des fonctions de vice-président, Finances. Les participants ont été puisés d’un large éventail de groupes sectoriels et de secteurs; 49 % d’entre eux étant issus d’entreprises à capital fermé et 37 %, de sociétés ouvertes.

À propos de la FRDFC
La FRDFC est l’institut de recherche sans but lucratif de DFI Canada. Son mandat est de promouvoir la profession et les pratiques de gestion financière par la voie de la recherche. La FRDFC réalise des projets de recherche objectifs qui répondent aux besoins des hauts dirigeants financiers du Canada en faisant la promotion de l’efficacité des entreprises au Canada. Pour plus de détails, visitez le www.feicanada.org.

À propos de DFI Canada
Dirigeants financiers internationaux du Canada (DFI Canada) est une association professionnelle intersectorielle regroupant des hauts dirigeants financiers. Elle compte 11 sections régionales réparties dans l’ensemble du Canada et 1 700 membres auxquels elle offre des services de perfectionnement professionnel, de leadership éclairé et de défense des intérêts. Les membres de l’association, comprenant des chefs des finances, des membres de comité d’audit et des hauts dirigeants financiers, des contrôleurs, des trésoriers et des conseillers en fiscalité, représentent un nombre important d’entreprises parmi les plus influentes et les plus prospères du Canada. Pour plus de détails, visitez le www.feicanada.org.

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers et les diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour plus d’information, veuillez visiter le site ey.com/ca/fr. Suivez-nous sur Twitter : @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d'Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr.