Croissance à l’horizon pour les sociétés minières du Canada malgré une baisse de 51 % de la valeur des transactions

Les sociétés veillent à concilier contrôle des coûts et transactions stratégiques

  • Partager

(Montréal, le 15 mai 2014) Le volume et la valeur des transactions du secteur des mines et métaux ont fléchi au premier trimestre de 2014 par rapport à l’exercice précédent. Les résultats représentent néanmoins une certaine amélioration par rapport au quatrième trimestre de 2013, selon le dixième Baromètre de la confiance des entreprises – Mines et métaux (en anglais) d’EY publié chaque semestre.

«Derrière le faible nombre de transactions conclues au premier trimestre se cache en fait un regain de confiance au sein de tout le secteur, assure Zahid Fazal, leader du secteur des mines et métaux d’EY au Québec. Même si la valeur des transactions a baissé de 51 % et le volume de 13 % au premier trimestre par rapport à l’exercice de 2013, nous observons déjà une volonté accrue de conclure des transactions au Canada. L’activité transactionnelle dépendra essentiellement de la présence ou de l’absence de bonnes occasions d’affaires pour les sociétés qui cherchent à conclure des fusions et des acquisitions.»

Cette mentalité qui ne veut que de la croissance pour de la croissance n’est pas près de revenir au sein du sein secteur, précise toutefois monsieur Fazal.

«Les sociétés souhaitant conclure des transactions sont à la recherche de transactions à faible risque qui renforceront leur position dans les marchés existants. Seulement 24 % des sociétés mondiales du secteur des mines et métaux prévoient à court terme des fusions et des acquisitions de transformation. Le contrôle des coûts demeure leur préoccupation première.»

Selon le sondage, 36 % des répondants ont pour priorités la productivité et la réduction des coûts.

«Savoir établir son seuil de tolérance aux risques par rapport au rendement souhaité est extrêmement difficile dans l’économie chancelante d’aujourd’hui, surtout dans le secteur des mines et métaux, où le moindre faux pas peut causer un tort irréparable, explique Zahid Fazal. Les dirigeants abordent ces défis en trouvant un équilibre entre le contrôle des coûts, qui est assuré surtout en optimisant les structures de coûts pour obtenir des marges encore meilleures, et la conclusion de transactions réfléchies.»

Les dirigeants sont en outre convaincus que l’écart d’évaluation entre les acheteurs et les vendeurs, qui semblait auparavant insurmontable, se rétrécit. Près de la moitié (45 %) des répondants croit que cet écart est inférieur à 10 %, alors que 21 % d’entre eux le croyaient il y a six mois. Enfin, 80 % des répondants s’attendent à ce que l’écart reste au même niveau ou qu’il diminue au cours des six prochains mois.

«Nous prévoyons que les volumes de transactions s’accroissent lentement d’ici la fin de 2014 et en 2015, affirme monsieur Fazal. L’optimisation du portefeuille chez les grandes sociétés minières et les grands acquéreurs financiers favorisera la conclusion de nouvelles transactions, tout comme les regroupements parmi les petites et moyennes sociétés. Il sera intéressant de suivre leur évolution au cours de l’année.»

- 30 -

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers et les diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

EY est fière de célébrer 150 ans au Canada. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr ou suivez-nous sur Twitter : @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume‑Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr.