Saurez-vous servir les trois prochains milliards de consommateurs?

(Article paru dans Premières en Affaires, février 2013)

  • Partager

«Retour à la liste

Par Lily Adam, associée, Certification, Ernst & Young, EY

Ce n'est plus une surprise pour personne: le terrain de jeu des entreprises d’aujourd’hui n’a pas de frontières. Réussir en affaires n’est plus simplement une question de vendre ses idées, ses services ou ses produits… mais plutôt d’être les premiers à le faire et d’oser s’aventurer hors de son territoire d’origine.

La capacité de voir au-delà des frontières immédiates, d’être prêt à passer du local au régional, du régional au national ou du national au mondial peut offrir d’innombrables possibilités aux entrepreneurs québécois. Et en le faisant avant leurs concurrents, ils pourront établir leur marque dans l’esprit des clients ou des consommateurs.

À l’heure où les principaux marchés développés ont du mal à maintenir un environnement économique stable et en croissance, il est facile d’oublier que des occasions d’affaires abondent dans d’autres parties du monde. Pourtant, les marchés émergents en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient continueront à croître rapidement et devraient jouer un rôle de plus en plus dominant à l’échelle mondiale. Déjà, plusieurs de ces économies deviennent des pôles majeurs pour l’entrepreneuriat, l’innovation et le commerce, et attirent de plus en plus d’investissements d’entreprises étrangères.

Selon le rapport d’Ernst & Young, Innovating for the next three billion, The rise of the global middle class — and how to capitalize on it, la prochaine décennie sera marquée par une réorientation de la croissance des marchés émergents, jusqu’à maintenant axée notamment sur les infrastructures et l’exportation, qui s’appuiera davantage sur la consommation privée. En effet, nous constatons dans plusieurs coins du monde l’explosion d’une classe moyenne qui épargne moins et dépense plus. Cette nouvelle réalité est source de nombreuses occasions d’affaires pour les entrepreneurs qui peuvent servir cette nombreuse clientèle et qui l’osent.

Ces marchés sont vastes. Par exemple, en Asie seulement, la classe moyenne compte 525 millions de personnes, ce qui représente plus que la population de l’Union européenne dans son ensemble. D’ici 2030, trois milliards de consommateurs additionnels dans le monde s’ajouteront à cette «classe moyenne».

Chez Ernst & Young, nous croyons que ce groupe démographique émergent, que nous appelons «les trois prochains milliards», offre aux entreprises une rare et très précieuse occasion de saisir un nouveau marché d’une ampleur sans précédent, à condition d’accepter de réaligner ses activités et d’innover en fonction des besoins de ces consommateurs.

Par exemple, le rapport cite le cas d’une société de téléphonie mobile occidentale qui a réussi à percer des marchés émergents en améliorant son produit et à se tailler ainsi une part de marché importante. Après avoir réalisé que, dans les pays émergents qu’elle ciblait, trois personnes en moyenne partagent le même appareil, elle a adapté le logiciel qu’il contient pour qu’il puisse offrir cinq listes de contacts!  

Bref, à plus long terme, nous sommes d’avis que cette explosion du pouvoir d’achat a le potentiel de faire une différence importante sur le plan de la reprise économique mondiale tant attendue, et que les entrepreneurs québécois possèdent l’ingéniosité et le talent pour suivre la vague. Bien que l’émergence de ce groupe démographique soit encore à un stade précoce, les entreprises d’ici devraient agir maintenant en adaptant les produits et services qu’elles offrent ou en en créant de nouveaux, plus  attrayants, et être les premières à établir leur présence afin de gagner des parts de marché. À qui la chance?


Haut