Les administrateurs se penchent sur la gestion des risques

Savoir-faire

  • Partager

La crise financière des dernières années a laissé dans son sillage une conjoncture économique marquée par l’incertitude et une foule de nouveaux règlements auxquels les conseils doivent se conformer. S’ajoute à l’ensemble une communauté grandissante de parties prenantes, de plus en plus variée et qui s’exprime davantage. La tâche est lourde, les administrateurs doivent faire leurs devoirs et avoir une connaissance assez intime de l’entreprise pour comprendre les risques qui lui sont associés, tout en conservant assez de recul pour être efficaces dans leur rôle «antagoniste» d’évaluateurs pour déterminer si les dirigeants gèrent bien ou non les risques. Et enfin, la manière dont ce risque est géré déterminera si une organisation connaîtra le succès ou l’échec.

Les médias sont remplis d’histoires d’organisations qui ont subi des échecs catastrophiques, non parce qu’elles ont pris trop de risques, mais parce qu’elles n’ont pas su les replacer dans leur contexte et les gérer de manière appropriée.

Nos rencontres avec les membres des conseils d’administration ont confirmé qu’un processus de gestion des risques robuste et rigoureux est impératif, mais que, afin d’être vraiment efficace, il doit reposer sur trois éléments de base : la culture, le savoir-faire et la stratégie. Si les administrateurs peuvent promouvoir une culture d’entreprise ouverte et positive, aider à attirer et à conserver des personnes compétentes et contribuer à mettre en oeuvre une stratégie d’entreprise saine, ils permettront de maintenir l’entreprise prospère, de réduire les risques qui menacent la viabilité de l’organisation et d’offrir une valeur véritable à toutes les parties prenantes.