Baromètre de l’entrepreneuriat du G20 2013 d’EY : Canada

Analyse SWOT

  • Partager

 

L’écosystème canadien est solide, mais les options de financement pourraient être améliorées.

La performance économique solide du Canada par rapport à nombre de ses pairs en pleine maturité du G20 a été favorable aux entrepreneurs, et le gouvernement cherche à offrir une aide supplémentaire au moyen d’un ensemble d’initiatives réglementaires et de systèmes fiscaux et réglementaires favorables aux entreprises. Pourtant, les entrepreneurs se plaignent que le soutien ne leur parvient pas toujours et que l’accès au financement demeure un obstacle potentiel à la croissance. Le pays continue à offrir un contexte entrepreneurial de classe mondiale, mais un mentorat plus fort et le redoublement des efforts pour soutenir la recherche et le développement («R-D») ne nuiraient pas.

Forces

  • Le gouvernement est un allié précieux des entrepreneurs et leur offre des régimes réglementaires et fiscaux qui ont permis à des entreprises en démarrage et à des entreprises en croissance de prospérer.
  • Le système éducatif canadien profite de dépenses publiques plus élevées et comprend des programmes conçus pour encourager l’entrepreneuriat, y compris en mettant l’accent sur la formation professionnelle.
  • La culture entrepreneuriale au Canada est forte. Les entrepreneurs ont moins peur des échecs et un grand nombre d’articles de journaux techniques et scientifiques soulignent l’accent qu’ils mettent sur l’innovation et la recherche.

Faiblesses

  • Le Canada obtient de piètres résultats quant au soutien coordonné qu’il offre à ses entrepreneurs. Les entrepreneurs sont tout particulièrement critiques à l’égard des incubateurs canadiens, qu’ils soient publics ou privés, et du manque de disponibilité des mentors.
  • L’accès au financement au Canada est fort par rapport à de nombreux autres pays du G20, mais le tableau est encore très inégal. Le capital de risque et le capital‑investissement progressent, mais le financement bancaire est encore faible.

Possibilités

  • Le taux relativement bas de travail indépendant au Canada suggère une nette marge de manoeuvre pour encourager un grand nombre de personnes à tirer profit du contexte propice aux entrepreneurs au Canada.
  • La politique fiscale du Canada est moins limitée que celle de nombre de ses rivales du G20 et son économie continue à donner de meilleurs résultats, étant donné la plus grande liberté octroyée par le gouvernement pour investir1.
  • Tandis que l’infrastructure vient appuyer les entrepreneurs au Canada, le besoin d’une ligne de communication plus directe entre le milieu entrepreneurial et le gouvernement se fait nettement sentir.

Menaces

  • Les dépenses de R-D des entreprises ont diminué depuis 2006.
  • Dans la foulée des initiatives gouvernementales visant l’amélioration du soutien coordonné à la disposition des entrepreneurs, cette assistance ne semble pas avoir encore une incidence suffisante.

1. Canada Dollar Rises as Sales Data Signal Faster Economic Growth, site Web Bloomberg, bloomberg.com, visité le 18 juillet 2013.