Questionsfiscales@EY - Novembre 2013

Comptabilité fiscale : tout est une question de données

  • Partager

 

Traduction d’un extrait d’un article publié dans le bulletin Indirect Tax Briefing – numéro 8

Cette année, la fiscalité a fait la manchette partout dans le monde, et les affaires fiscales des entreprises commercialisant les grandes marques populaires sont scrutées à la loupe, particulièrement en ce qui concerne le montant d’impôts sur le revenu qu’elles paient. Bien que les autorités fiscales, les actionnaires des sociétés et les leaders de la fiscalité aient probablement des opinions différentes sur le sujet, ils risquent de s’entendre sur un point : les exigences en matière de déclaration fiscale deviendront inévitablement de plus en plus rigoureuses.

La «transparence fiscale» concerne la façon dont une organisation rend plus claire la manière dont elle communique son approche relative à la fiscalité à ses parties prenantes. Il ne s’agit pas d’une nouvelle notion, mais, jusqu’à récemment, la transparence fiscale était généralement considérée comme une façon novatrice de communiquer avec les parties prenantes d’une organisation en allant au-delà des exigences officielles. Toutefois, les choses ont commencé à changer récemment.

Davantage d’entreprises souhaitent fournir des renseignements de bonne qualité au sujet de leurs affaires fiscales non seulement aux autorités fiscales, mais également, de façon plus large, aux groupes des parties prenantes.

Les données constituent le point de départ et le produit livrable final de toute tâche. Une gestion efficace des données n’est pas seulement la clé de la transparence fiscale, mais également un impératif dans notre monde où les données abondent. Si les entreprises ne saisissent pas l’occasion de gérer efficacement leurs données fiscales, les autorités fiscales s’en chargeront.

Les autorités fiscales changent également. Elles deviennent de plus en plus astucieuses, rapides et efficaces quant à l’utilisation d’outils d’analyse des données pour obtenir, analyser et évaluer les moinspayés d’impôt. Les vérifications qui duraient de trois mois à deux ans peuvent maintenant être faites en quelques semaines grâce à des analyses axées sur les données.

Jusqu’à maintenant, trop peu d’entreprises ont pu relever pareil défi en ce qui a trait à leur propre gestion des données fiscales et à leurs délais de réponse. Les entreprises sont trop souvent en mode réaction et procèdent à l’analyse et à la consolidation de données au moment où les autorités fiscales effectuent des vérifications fiscales. En mettant en oeuvre leurs propres solutions en matière d’entreposage de données et de tableaux de bord, les entreprises favorisent une démarche nettement plus proactive en ce qui a trait à l’analyse des données fiscales et à la compréhension des enjeux. En se servant de pareils outils, le nombre de mauvaises surprises sur le plan fiscal chute considérablement. Les délais de réponse aux demandes des autorités fiscales mondiales sont plus courts, et les processus sont grandement simplifiés.

Pour en apprendre davantage sur les outils de gestion des données et sur les façons dont les solutions en matière de tableaux de bord aident les entreprises à gérer les données fiscales, consultez notre bulletin Indirect Tax Briefing.