Observatoire des politiques publiques

L’argent de la politique de santé est mal dépensé pour 2 Français sur 3

  • Partagez

L’amélioration de l’accès aux soins sur l’ensemble du territoire et la diminution des coûts figurent en tête des priorités exprimées par les personnes interrogées par l’Ifop pour Acteurs publics et EY. Les Français font plus confiance aux professionnels de santé, aux mutuelles et assureurs privés qu’aux pouvoirs publics pour moderniser le système de santé.

Mieux maîtriser les dépenses de santé et améliorer l'accès aux soins

Bruno Gérard, associé EY, responsable du secteur “Santé”
Dr Patrice Van de Woestyne, associé EY, responsable du secteur “Santé” pour les activités conseil

La santé reste une préoccupation majeure pour des Français inquiets de la capacité de la nation à financer un système de soins coûteux. L’attention du public sur des dysfonctionnements du système de santé ou encore sur des alertes sanitaires récentes (affaires du Mediator, des prothèses PIP, du bisphénol, des risques liés au H7N9 ou encore au coronavirus) est particulièrement forte et renforce la spécificité aux yeux de l’opinion de la politique de santé, un domaine d’action du gouvernement particulièrement “surveillé”.

Dans ce contexte, l’Ifop a interrogé pour Acteurs publics et EY un échantillon représentatif de la population française sur leur perception de la politique de santé en France.

Déserts médicaux

Le premier constat est sévère : 35 % seulement des personnes interrogées estiment que les sommes annuellement consacrées par la France à la politique de santé sont utilisées de manière efficace. C’est plus que ce que l’Ifop mesurait en début d’année s’agissant de la politique du logement (18 %) ou encore de celle de la formation professionnelle (24 %), mais cela reste minoritaire. Les catégories socioprofessionnelles inférieures sont les plus dures (28 % soulignent l’efficacité) alors que les CSP + sont un peu plus clémentes (41 %).

cliquez pour agrandir
+ agrandir

Apparaît également sur cette question un clivage politique, les proches de la droite faisant preuve d’une moindre mansuétude (29 %) que les sympathisants de gauche (44 %). On relève aussi, signe d’un ressenti négatif dans ce que l’on appelle traditionnellement les “déserts médicaux”, que les habitants des zones rurales sont les moins nombreux à considérer que l’argent est utilisé efficacement (31 %), comparativement aux habitants des villes de province (36 %) ou à ceux de l’agglomération parisienne (39 %).

Plus grande justice

Invités à dégager les priorités que devrait se fixer la politique de santé publique en France, les interviewés sont partagés entre quatre objectifs qui recueillent des niveaux significatifs de mentions : l’amélioration de l’accès aux soins sur l’ensemble du territoire (citée par 50 % de l’échantillon), la diminution des coûts de la santé afin de baisser les cotisations (49 %), une meilleure coordination entre hôpitaux et médecine de ville (40 %) et une amélioration de la prévention (30 %). Les progrès dans l’information sur la santé (17 %) ou encore le meilleur remboursement des soins quitte à augmenter les cotisations (14 %) sont nettement moins souvent évoqués.

cliquez pour agrandir
+ agrandir

Il semble ainsi que les souhaits des Français se concentrent majoritairement sur une plus grande justice dans l’accès aux soins ainsi que sur une rationalisation des dépenses de santé. Les priorités sont toutefois nettement différentes selon la proximité politique : ainsi les proches de la gauche mettent en tête à 57 % un égal accès sur le territoire, tandis que les sympathisants de droite privilégient la diminution des coûts (58 %) devant une meilleure coordination ville-hôpital (43 %). On relève, s’agissant de la prévention, une attention plus grande portée par les CSP + (36 % l’évoquent, contre 23 % seulement des CSP -).

Médecin traitant

En ce qui concerne, pour terminer, les acteurs les plus susceptibles de moderniser le système de santé en France, les personnes interrogées mettent nettement en avant les professionnels de santé, cités au total par près d’un Français sur deux (47 %). Viennent ensuite, à des niveaux très proches, les mutuelles et assurances complémentaires (16 %), l’État (15 %) et l’assurance maladie (14 %). Les collectivités locales sont quant à elles marginalement citées (8 %).

cliquez pour agrandir
+ agrandir

On connaît l’attachement traditionnel des Français aux professionnels de santé, et en particulier à leur médecin traitant ; il n’est donc pas étonnant que ces acteurs arrivent en tête dans toutes les catégories de la population. Derrière eux, la hiérarchie des réponses varie sensiblement selon la proximité politique : les sympathisants de gauche restent, pour 26 % d’entre eux, attachés au rôle de l’État, contre seulement 7 % des proches de la droite. L’État est par ailleurs nettement plus cité par les CSP + (25 %) que par les CSP - (12 %).

Damien Philippot, directeur des études politiques au département “Opinion et stratégies d’entreprise” de l’Ifop

* * * * *

Sondage Acteurs publics/EY réalisé par l'Ifop pour l'Observatoire des politiques publiques auprès d'un échantillon de 1 007 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l'interviewé) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI – Computer Assisted Web Interviewing) du 14 au 16 mai 2013.

Article publié dans ACTEURS PUBLICS, Juin 2013.