Skip to main navigation

L’avenir du site France - Objectif monde - Baromètre de l’attractivité du site France 2012 - EY - France

Objectif monde - Baromètre de l’attractivité du site France 2012

  • Partagez
36% des investisseurs étrangers estiment que l’attractivité du site France s’améliorera dans les 5 années à venir (contre 31% en 2011).

42% estiment que la France doit s’appuyer sur ses spécificités sectorielles pour renforcer son rôle dans l’économie mondiale.

68% jugent que la réindustrialisation de la France est possible.

40% des investisseurs considèrent que l’innovation est — avant les coûts — une affaire de culture et d’esprit d’entreprise.

Les 10 premières destinations européennes des investisseurs étrangers en nombre de projets en 2011

Source : European Investment Monitor 2012, EY.

Lorsqu’ils se projettent dans l’avenir, les investisseurs expriment des craintes quant à la capacité d’adaptation du modèle français aux exigences d’une économie mondialisée.

43% des investisseurs estiment que le pays est moins adapté à la mondialisation que ses concurrents

Cette réserve mérite d’autant plus d’être soulignée qu’elle émane, en premier lieu, des investisseurs étrangers déjà implantés en France (56%). Les investisseurs internationaux reconnaissent à la France des atouts singuliers qui expliquent sa relative résistance à la crise. Mais, à leurs yeux, ces atouts ne suffisent pas aujourd’hui à la propulser en « division mondiale ».


Selon vous, quels sont les atouts qui permettront à la France de renforcer son rôle dans l’économie mondiale ?(3 réponses possibles)

Source : Baromètre EY de l’Attractivité du site France 2012 (205 répondants)

Repenser les moteurs de l’attractivité : les secteurs stratégiques de la France : diversité ou dispersion ?

Les investisseurs estiment que notre pays doit s’appuyer davantage encore sur ses spécificités sectorielles (42%) et la qualité de son innovation (29%). En revanche, 20% seulement célèbrent l’entrepreneuriat à la française et notre pays peine à convaincre que le niveau de formation de ses diplômés de l’enseignement supérieur est à la hauteur de ses ambitions : deux investisseurs étrangers sur trois considèrent que l’Hexagone ne fait pas la différence sur ce critère par rapport à ses concurrents.


Selon vous, quel sera le secteur moteur de l’attractivité française
en 2012 / 2013 ?

Source : Baromètre EY de l’Attractivité du site France 2012 (205 répondants)

Un nouvel écosystème ouvert au monde

Pour les grands groupes internationaux interrogés, cela suppose davantage de soutien à la recherche et à l’innovation (56%), une amélioration de l’écosystème économique et de l’environnement d’affaires (54%), une plus grande ouverture de la main-d’œuvre française à l’international (32%). Les PME, elles, souhaitent avant tout être mieux accompagnées à l’international (46%).

Les voies de la réindustrialisation : les attentes portent autant sur la qualité que sur les coûts

Des coûts plus compétitifs (attendus par 35% des sondés), une amélioration de la qualité de la main-d’oeuvre (21%) et un accent mis sur la recherche et l’innovation (18%) — qui permettrait une sérieuse montée en gamme de l’offre de biens et services — sont les conditions nécessaires d’une ambition industrielle, jugée possible pour 70% des décideurs interrogés.

Selon vous, que doit faire la France pour améliorer sa compétitivité face à la concurrence mondiale ?


Source : Baromètre EY de l’Attractivité du site France 2012 (205 répondants)

Dans le monde d’aujourd’hui, la réindustrialisation de la France vous semble-t-elle possible ?



Source : Baromètre EY de l’Attractivité du site France 2012 (205 répondants)

Des métropoles tournées vers l’étranger : l’attractivité relayée par les grandes agglomérations

Pour près de 40% des investisseurs interrogés, l’existence d’un pôle universitaire de renommée internationale constitue le premier facteur de réussite d’une grande métropole régionale. 30% soulignent également la nécessité pour les grandes villes françaises de renforcer et d’améliorer leur offre dans le domaine de l’immobilier d’entreprise. Quant à l’accessibilité internationale — atout historique du site France — elle reste un avantage essentiel, mais est perçue comme insuffisamment développée : 37% des investisseurs en font encore le principal levier d’une amélioration de l’attractivité des métropoles françaises.


Sur quels leviers les métropoles françaises doivent-elles s’appuyerpour développer leur compétitivité au niveau européen ?

Source : Baromètre EY de l’Attractivité du site France 2012 (205 répondants)

 

 


<< Précédent | Suivant >>

Sommaire

Téléchargez Baromètre de l’attractivité du site France 2012 en version imprimable

En savoir plus

Découvrez notre Baromètre de l'attractivité européenne 2012 en ligne

10 ans d’attractivité du site France, et maintenant ?
Back to top