Baromètre attractivité de la France : Agir et convaincre

Attractivité de la France 2014 : points clés

  • Partagez

Attractivité 2013 : la France ne décroche plus...

Avec 514 implantations nouvelles et extensions en 2013, portant la création de 14 122 emplois, le site France ne retrouve pas son niveau d’avant-crise, mais semble inverser la tendance à la baisse observée depuis 2010.


... dans une année record pour l’attractivité européenne

42 pays européens ont attiré 3 955 implantations et plus de 165 000 emplois. Par sa résilience, l’Europe fait figure de valeur refuge face aux fragilités des économies émergentes.


L’écart se creuse avec l’Allemagne et le Royaume-Uni...

Pour la 3e année consécutive, la France reste sur la 3e marche du podium européen en nombre de projets, derrière le Royaume-Uni (799 projets, +15%) et l’Allemagne (701 implantations, +12%).


... malgré la confiance des européens, l'attentisme américain et la prudence des émergents

Les entreprises américaines portent encore un quart des projets et plus de la moitié viennent des entreprises européennes. La performance reste décevante en ce qui concerne les investissements en provenance des BRIC (19 projets contre 107 en Allemagne et 87 au Royaume-Uni).


Les implantations industrielles progressent, mais restent peu créatrices d’emplois

La France demeure la 1re destination européenne pour les implantations industrielles, avec 166 projets (contre 127 en 2012), mais elle est largement devancée par 7 pays européens pour la création d’emplois associée à ces implantations. Par ailleurs, 61% des investisseurs déclarent vouloir y maintenir des activités de production sur la prochaine décennie, contre 89% au niveau européen.


R&D et fonctions stratégiques en berne

Quoiqu’en légère progression, les implantations de centres de R&D restent à un faible niveau (26 projets en 2012 et 39 en 2013), ce qui place la France en 3e position européenne derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. Par ailleurs, la France continue à décevoir sur sa capacité à retenir les centres de décision (5e position).

EY Baromètre de l'attractivité de la France 2014 - R&D et fonctions stratégiques en berne


La France, investissement d’avenir ?

34% des investisseurs estiment que l’attractivité de la France va s’améliorer dans les cinq prochaines années, chiffre cependant inférieur au niveau britannique (54%) ou allemand (49%). Les investisseurs restent critiques sur le niveau élevé de la fiscalité (pour 43%, cela reste la priorité n°1), le coût du travail (34%) et l’environnement juridique des affaires (32%). 40% des dirigeants pensent que la capacité d’innovation de la France est l’un de ses principaux atouts (30% en 2013).

EY Baromètre de l'attractivité de la France 2014 - La France, investissement d’avenir ?


Les secteurs moteurs de l'attractivité française selon les investisseurs étrangers

L’excellence française dans le secteur de l’énergie et des utilities apparaît cette année très clairement, pour les investisseurs étrangers, comme le fer de lance de notre attractivité (1er rang avec 18% de citations). L'énergie est suivie par le numérique et l'industrie des transports (10%), puis les éco-activités (8%).

EY Baromètre de l'attractivité de la France 2014 - Top 3 des secteurs