Communiqués de presse

Mark Weinberger nommé Président et Directeur général d’EY Global

  • Partagez

1er juillet 2013 - Paris : Ernst & Young, un des leaders du secteur des services aux entreprises (audit, conseil, fiscalité et droit, transactions), annonce la prise de fonction de Mark Weinberger en tant que Président et Directeur général au niveau mondial et le changement de nom de l’organisation : Ernst & Young devient « EY » [NDLR : prononcer i-waï]. A cette occasion, EY dévoile un nouveau logo accompagné de la signature : Building a better working world.

- Ernst & Young devient EY et dévoile son nouveau logo
- EY adopte une nouvelle signature, qui constitue son ambition : Building a better working world

Un nouveau Président et Directeur général d’EY Global
Mark Weinberger, 51 ans, s’est distingué tout au long de sa carrière, autant au sein d’EY que dans ses autres fonctions. Il a dirigé le département Fiscalité pour la zone Amériques puis au niveau mondial ; il a siégé au Conseil exécutif Amériques et mondial d’EY. En tant qu’associé, il a exercé des missions de conseil auprès des plus grands clients de l’organisation et a joué un rôle majeur au sein des comités Marchés et Service Public d’EY Global. Dans la sphère publique, Mark Weinberger a occupé la fonction de Secrétaire adjoint au Trésor américain, en charge de la politique fiscale, sous la présidence de George W. Bush. Il a également été nommé au Conseil consultatif de la sécurité sociale par le président Clinton. Il remplace, à la tête d’EY Global, Jim Turley.

Un nom simplifié : Ernst & Young devient EY
EY saisit l’opportunité de cette nouvelle étape dans la vie de l’entreprise pour simplifier son nom et repenser son logo. Mark Weinberger précise : « A compter du 1er juillet, notre organisation porte le nom d’EY. Ce nouveau nom sera utilisé uniformément dans tous les pays et par tous nos clients dans le monde. »

Une ambition explicite : Building a better working world
EY adopte une nouvelle signature : Building a better working world. Cette signature permet de mettre des mots sur des actions et initiatives déjà existantes qui s’inscrivent ainsi dans un cadre qui permet de renforcer leur portée. Elle propose ainsi de donner un sens plus global à ce qui nous unit. Cet objectif ambitieux devient la signature d’EY à compter du 1er juillet 2013.

Building a better working world peut être lue de deux façons différentes. Tout d’abord, c’est prendre une part active à la construction d’un monde nouveau, en marche vers le progrès (a better working world) mais c’est également rendre plus juste, plus équilibré le monde du travail dans lequel nous évoluons (a better working world).

Cette ambition, qui est au fronton de l’entreprise, ne constitue pas une rupture avec la précédente signature : La Qualité par principe – qui posait les fondamentaux. Elle intègre l’exigence de qualité dans la réalisation des travaux et propose d’aller plus loin dans ce que la société, les parties prenantes, les clients et les collaborateurs peuvent attendre d’EY.

Jean-Pierre Letartre, Président d’EY en France, commente : « Nos équipes s’attachent à créer un environnement de confiance et à donner les clefs de lecture utiles aux décideurs. Pour contribuer à ce monde en marche, nous avons à cœur de développer des leaders qui, ensemble, accompagnent les démarches de performance des organisations et conduisent les entreprises vers une croissance pérenne dont tout le tissu économique pourra bénéficier. En outre, nous sommes convaincus que nous avons un rôle à jouer au sein de la Cité : observer et analyser la vie économique, participer au débat, tenir des engagements, en particulier aux côtés des entrepreneurs que nous soutenons depuis plus de vingt ans dans notre pays. Ce sont tous les talents que nous souhaitons valoriser.»

Il ajoute : « cette signature constitue une aspiration ; charge à chacun de nous de la faire vivre dans le cadre de nos travaux mais aussi de l’ensemble de nos actions, au quotidien. »