Cahiers n°14 - Anticiper. Prendre un temps d'avance, demander votre exemplaire !

Anticiper. Prendre un temps d’avance.

Les Cahiers Ernst & Young N°14

Prendre un temps d'avance. Quand la complexité est à l'ordre du jour et qu'il devient de plus en plus difficile d'imaginer le monde qui vient, la capacité à anticiper, des hommes, des organisations, est essentielle pour tirer son épingle du jeu et faire la différence, qu'il s'agisse de la vie personnelle, professionnelle, individuelle et collective. Comment l'homme construit-il son rapport au temps, ses représentations de l'avenir ? Tous les individus ont-ils les mêmes aptitudes à anticiper ? Quels sont les ressorts psychologiques qui sont sollicités ? Comment une entreprise, un pays, une société, peuvent-ils espérer apprivoiser collectivement l'avenir ? Autant de questions qui, en ces temps incertains, dessinent un chemin pour les hommes en quête d'un avenir meilleur.
  • Partagez

Chapitre 1 : Vivre avec son temps

Dans un monde dominé à la fois par l'accélération et par la peur de ce qui pourrait advenir, l'esprit d'anticipation fait peur. L'exigence d'immédiateté génère un temps continu peu propice à la réflexion. Le sentiment d'urgence incite à des comportements stressés, stéréotypés, présentés comme sans alternative. Et en s'imposant comme normes de l'action, la simultanéité, le zapping surchargent l'attention. C'est le triomphe du temps présent. Quant à la peur des périls supposés à venir, elle alimente la difficulté à penser l'avenir « comme avant », c'est-à-dire sur le mode de la promesse. Du coup, l'anticipation ne fait plus rêver car on n'agit plus de nos jours pour voir advenir ce que l'on désire mais plutôt pour éviter ce qui n'est pas désiré.

Erik Orsenna

A l’écoute des signaux faibles

Interview d’Erik Orsenna, romancier et académicien, lors de l’Académie des Entrepreneurs 2012 à Séville.

Comment repérer les signaux faibles qui annoncent les changements majeurs, comment en tirer parti pour anticiper les opportunités et orienter la stratégie de l’entreprise ? En marin accompli, Erik Orsenna sait que dans une compétition, sur l’eau comme sur le grand marché planétaire, celui qui gagne, c’est celui qui sait le mieux lire le plan d’eau, la géographie du territoire, les caprices du climat, à commencer par l’endroit où le vent est susceptible de changer. Ce « guetteur » éclairé donne quelques clés pour identifier les « signaux » pertinents et en faire bon usage, en préférant toujours le savoir et la créativité aux fantasmes et aux idées reçues.
:: Téléchargez l'interview
"A l’écoute des signaux faibles"

Pascal Picq

Comment anticiper sans avoir de but ? Une question d’évolution

Contribution de Pascal Picq, maître de conférences au Collège de France.

L’évolution défie toutes formes de modélisation et récuse toute volonté de « planification ». Une évidence pour Pascal Picq, maître de conférence au Collège de France, mais une évidence qui prend clairement la culture française à rebrousse poil. Faut-il pour autant renoncer à tenter d'anticiper ? Certainement pas, plaide le paléoanthropologue avant de faire sienne la conviction de Charles Darwin : « Ce ne sont pas les espèces le plus fortes ou les plus intelligentes qui survivent, mais celles capables de s’adapter ».
:: Téléchargez l'article
"Comment anticiper sans avoir de but ? Une question d’évolution."

Monique Atlan

Voyage aux frontières de l’humain

Interview de Monique Atlan, journaliste-productrice à France 2.

En ce début de 21ème siècle, le bipède sans plumes, l'humain vieux style jette-t-il ses derniers feux pour laisser place à l'avènement d'une « humanité 2.0 »? C'est pour en avoir le cœur net que la journaliste Monique Atlan et l'écrivain philosophe Rogert-Pol Droit ont entrepris un grand voyage dans les labos et les campus du monde entier, à l’affût de ces révolutions technologiques qui vont changer nos vies. Monique Atlan revient ici sur les découvertes et les surprises de cette aventure unique en son genre.
:: Téléchargez l'interview
"Voyage aux frontières de l’humain"

François Hartog

Le présent peut-il être notre seul horizon ?

Interview de François Hartog, historien et philosophe de l’histoire, directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).

Au tournant des années 1980, l'idée de Progrès a cessé d'être notre horizon indépassable, particulièrement en Europe. L'historien et philosophe de l'Histoire, François Hartog, analyse les raisons de cette dévalorisation de l'idée de futur et pointe les risques qui guettent une société désormais dominée par ce qu'il appelle le « présentisme », cette omniprésence du présent, un temps régi par le rythme des marchés financier, le calendrier électoral et la dictature de la communication. Il exhorte dirigeants et leaders d’opinion à réintroduire le temps dans la prise de décision.
:: Téléchargez l'interview
"Le présent peut-il être notre seul horizon ?"

Marc Lhermitte et Bruno Perrin

L'industrie des médias face à « Homo Conexus » : la bataille du temps et du tempo

Contribution de Marc Lhermitte et Bruno Perrin, associés EY.

Jamais sans doute l'innovation dans le secteur des médias et du divertissement n'avait connu un tel rythme et une telle ampleur. Elle consacre l'avènement d'un nouveau consommateur, l' « homo conexus », toujours en quête de nouveaux contenus et de nouvelles facilités d'accès. Un appétit qui bouleverse les modèles des entreprises invitées à concilier ces attentes avec la création d'un véritable patrimoine économique et culturel qui soit créateur de valeur. Entre temps et tempo, ce subtil équilibre constitue pour les professionnels du secteur un grand défi.
:: Téléchargez l'article
"L'industrie des médias face à « Homo Conexus » : la bataille du temps et du tempo."

Nicolas Seydoux

Il faut toujours 3 ans pour faire un film !

Interview de Nicolas Seydoux, président du conseil d'administration de Gaumont.

La création ne fait pas forcément bon ménage avec l’anticipation et si l’innovation est l’essence même de l’art, il ne s’agit nullement, dans l’esprit du créateur, de prendre un temps d’avance. Pour Nicolas Seydoux, il serait en effet aussi extravagant qu’incongru de prétendre que Claude Monet rêvait d’anticiper en composant « Impression, Soleil levant » ! Quand au temps de la création, il est resté le même, en dépit de l’appétit insatiable du nouvel « Homo Conexus » toujours en quête de nouveaux contenus et adepte de l’hyperchoix. Dans cette résistance à la dictature du temps, le président de Gaumont aime discerner le charme discret de la création artistique et de sa rareté, irréductible à toute mesure, dans tous les sens du terme.
:: Téléchargez l'interview
"Il faut toujours 3 ans pour faire un film !"

François Heisbourg

Anticiper, c’est cultiver la pluridisciplinarité et l’anticonformisme

Interview de François Heisbourg, conseiller spécial de la Fondation pour la recherche stratégique.

Dans un monde de plus en plus complexe, il faut se donner les moyens de comprendre rapidement la nature des phénomènes qui sont à l’œuvre, notamment dans les sociétés, pour espérer anticiper les grandes évolutions géopolitiques susceptibles de bouleverser la planète. Modestie, rapidité, travail en équipe, non conformisme... François Heisbourg recense ici les qualités d'une démarche performante en matière d'anticipation stratégique. Il évoque aussi l'effet papillon, le cygne noir et l'épaisseur du monde...
:: Téléchargez l'interview
"Anticiper, c’est cultiver la pluridisciplinarité et l’anticonformisme"



Biographies des intervenants

Erik Orsenna Romancier et académicien (depuis 1998), Erik Orsenna (de son vrai nom Erik Arnoult) débute sa carrière en tant qu’enseignant-chercheur en finance internationale. Après avoir été conseiller technique auprès de Jean-Pierre Cot et Christian Nucci (ministres de la coopération internationale) de 1981 à 1983, il devient conseiller culturel, de 1983 à 1985) à la présidence de la République sous François Mitterrand puis Conseiller d’Etat en 2000. Il est l’auteur de nombreux livres dont L’exposition coloniale qui a reçu le prix Goncourt en 1988.

Pascal Picq Chercheur scientifique, Pascal Picq devient maître de conférences à la Chaire de paléoanthropologie et préhistoire au Collège de France en 1991 puis membre de la Société d’anthropologie de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont deux récents L’Homme est-il un grand singe politique ? Essai de primatologie politique et de pataphysique (2011) et Que reste t-il du propre de l’Homme ? (2012)

Monique Atlan Journaliste et animatrice de télévision, Monique Atlan a collaboré au journal d’Antenne 2 de 1977 à 1993. Elle a également dirigé la rubrique des livres du mensuel Sciences et Avenir. En 1993, elle crée le programme court Un livre, des livres et fonde le premier prix littéraire de France 2 en 1994. Elle est co-auteure, avec Roger-Paul Droit de l’essai Humain. Enquête philosophique sur ces révolutions qui changent nos vies paru en janvier 2012.

François Hartog Historien et écrivain, François Hartog est un ancien élève de l’ENS Ulm et il est docteur en Histoire. Il commence sa carrière en tant que professeur d’histoire grecque à l’Université de Metz (1984-1987). Depuis 1987, il est directeur des études de l’EHESS (école des hautes études en sciences sociales). Depuis 2012, il est membre du comité d’orientation scientifique de la Maison d’Histoire de France. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont La Chambre de veille qui vient de paraitre début 2013.

Marc Lhermitte Marc Lhermitte est associé au sein des équipes conseil d’EY. Spécialiste des questions d’implantation internationale, il intervient auprès du secteur public et du secteur privé sur des problématiques liées à la stratégie, l’ingénierie financière, la conduite du changement et la transformation. Administrateur de la fondation Europe +, destinée à porter les recommandations du monde économique pour une Europe attractive et compétitive, il coordonne depuis plusieurs années les Baromètres EY de l’Attractivité, réalisés au niveau européen et dans plus de 15 pays.

Bruno Perrin Associé chez EY depuis 25 ans, Bruno Perrin est un spécialiste de l’industrie des médias. Il a longtemps été auditeur de Publicis Groupe et responsable de plusieurs acteurs majeurs du marché français dans les secteurs du cinéma, de l’édition, de la télévision ou du net… Il a participé à la réalisation de différentes études EY pour le Forum d’Avignon notamment, Monétiser les médias numériques, Maîtriser le tempo, les études sur la fiscalité ainsi que l’étude Propriété intellectuelle, une valeur universelle.

Nicolas Seydoux Président de Gaumont depuis 2004, Nicolas Seydoux est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. D’abord conseiller financier à la banque d’investissements Morgan Stanley à New York jusqu’en 1974, il se lance par la suite dans la production de cinéma (Don Giovani et La Traviata) avant de devenir Vice-président-Directeur-Général de Gaumont en 1974. Aujourd’hui il est également Président de l’Association de la lutte contre la piraterie Audiovisuelle et depuis 2003, Vice-président du Conseil de Surveillance d’Arte France. Il préside également, depuis 2008 l’Association Forum d’Avignon.

François Heisbourg Spécialiste de géopolitique et du renseignement, François Heisbourg est diplômé de l’ENA (promotion Malraux 1975-1977). A partir de 1977, il intègre le Ministère des Affaires étrangères puis devient secrétaire de la Mission permanente de la France auprès de l’ONU de 1979 à 1981. En 1981, il rejoint le cabinet du Ministre de la Défense Charles Hernu. Depuis 2001, il est Président de l’Institut international d’études stratégiques de Londres. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Espionnage et renseignement : le vrai dossier (2012).