Skip to main navigation

Panorama des pratiques de consolidation des groupes en France - EY - France

Panorama des pratiques de consolidation des groupes en France

La consolidation est à la fois un travail de coordination des acteurs et de gestion des volumes, mais surtout une expertise.

Méthodologie


Cette première enquête a été réalisée entre mai et juillet 2011 auprès de 175 sociétés, à partir d’une liste de 80 questions. 48% des répondants sont des groupes entre 1 000 et 10 000 salariés, et 35% entre 100 et 1 000 salariés. En termes d’actionnariat, 54% des sociétés sont majoritairement détenues par une holding familiale et 16% par un fonds d’investissement. 34% sont des sociétés cotées.

57% des entreprises de l’échantillon ont des filiales dans le monde entier, 21% couvrent l’Europe uniquement et 22% sont implantées sur le seul territoire français.

 

     

       

Les dix points clés du panorama


  1. 47% des groupes consolident au moins trimestriellement
  2. 2,7 consolideurs en moyenne dans les groupes de 1 000 à 10 000 salariés
  3. 15% des groupes font appel régulièrement à des prestataires externes en support des équipes internes
  4. 47% des groupes ont un logiciel de consolidation et de reporting unifié
  5. 39% des groupes opèrent une réconciliation des intragroupes plus fréquente que leur rythme de clôture
  6. 20% des groupes ont recours à la consolidation par paliers
  7. 46% des groupes disposent d'un manuel de consolidation
  8. 57% des groupes envisagent de réduire leurs délais de clôture
  9. 34% des sociétés ont un projet d'amélioration de leur reporting fiscal
  10. 52% des groupes souhaitent améliorer le processus d'élaboration des annexes

 

Notre enquête analyse les pratiques de consolidation au travers de critères multiples tels que les équipes, les outils, les processus, les délais de clôture, la fréquence de consolidation, le degré de satisfaction et les axes d’amélioration attendus.

Aujourd’hui, une ligne de partage claire se dessine entre les groupes cotés (ou ayant des investisseurs financiers avec des exigences similaires) et les groupes non cotés.

Dans le premier cas, l’obligation de présenter tous les semestres des comptes consolidés – et tous les trimestres des indicateurs consolidés – requiert des moyens permanents. Les groupes cotés sur les marchés réglementés publient leurs comptes selon le référentiel IFRS, ce qui introduit une complexité complémentaire.

Dans le deuxième cas, si la consolidation n’est réalisée que pour répondre aux obligations statutaires, les moyens à mobiliser seront très différents. De nouveaux modes de communication permettent, de plus en plus, d’avoir des moyens externalisés, sans perdre la maîtrise de ce processus.

En matière de consolidation et de reporting, chaque entreprise a ses spécificités et ses objectifs internes, mais des pratiques communes se dégagent. Pour les entreprises il est important de trouver l’organisation qui leur convient, l’adapter à leur développement, mais aussi se référer aux bonnes pratiques.

C’est pour répondre à cet objectif que nous avons réalisé cette première enquête nationale relative aux pratiques de consolidation des groupes en France.

L'Equipe Reporting Financier & Consolidation d'EY



 Méthodologie


Suivant »

Sommaire

Les dix points clés du panorama

Contact

Back to top