Bonnes pratiques et nouveaux standards pour une communication transparente sur la valeur de l’entreprise

Article 225 du Grenelle II

Décrypter les enjeux sociaux et sociétaux

  • Partagez

Aujourd’hui le reporting sur les données environnementales est relativement mature et fournit des éléments pertinents d'appréciation de la performance des entreprises, mais celui sur les thématiques sociales et sociétales est nettement moins abouti.

L’article 225 du Grenelle II de l’environnement, dans le prolongement de la loi NRE de 2001, étend et précise les obligations de reporting des informations environnementales, sociales et sociétales des entreprises cotées et non cotées. Au niveau international, avec l'évolution des standards de reporting, la version 4 de la GRI a été dévoilée en mai 2013 alors que de son côté l’IIRC invite ses parties prenantes à commenter son « Consultation Draft » paru en avril 2013.

Bien que ces trois référentiels ne soient pas encore parfaitement alignés, ils convergent sur les grandes lignes et donnent des indications sur les caractéristiques des futurs rapports. Ces derniers devront être concis, focalisés sur les sujets les plus pertinents pour l’entreprise et témoigneront des liens entre performance RSE et performance économique.

Pour mieux prendre en compte ces sujets souvent plus sensibles et plus complexes à traiter, les entreprises devront donc progressivement structurer leur communication, tant pour se conformer à des réglementations plus strictes que pour répondre aux attentes de leurs différentes parties prenantes, notamment les investisseurs.

Cette étude aide les entreprises à décrypter certaines informations sociales et sociétales requises par l’article 225 et met en avant les bonnes pratiques qui rendent compte de façon claire et efficace de la performance sociale et sociétale de l’entreprise :

  • La performance sociale s’évalue sur la capacité de l’entreprise à fonder son développement sur les compétences, la motivation et le bien-être des collaborateurs.
  • La performance sociétale renvoie à la capacité de l’entreprise à conduire ses activités de manière responsable et dans la durée, avec ses parties prenantes.

À terme, la meilleure prise en compte de ces dimensions va permettre d’enrichir l’appréciation que les dirigeants et les investisseurs ont de la valeur de l’entreprise, au service d’une prise de décision plus éclairée.

::: En savoir plus sur le "Rappel des thématiques sociales et sociétales de l’article 225 du Grenelle II"