Merkur, January 2014

Pour encourager l’esprit d’entreprise et les jeunes à se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat

Concours de l'Enrepreneur de l'Année

  • Share

EY Luxembourg a organisé en 2013 la quatrième édition du concours de l'Entrepreneur de l'Année, qui a pour but de récompenser l’esprit d’entrepreneuriat et d’innovation, mais également de mettre en lumière le parcours d’entrepreneurs exceptionnels basés au Luxembourg.

Interview exclusive avec Yves Even, Associé d’EY Luxembourg en charge du programme Entrepreneur de l’Année au Luxembourg et Robert Dennewald, Président de la quatrième édition.

  1. En quoi se distingue le concours de l'Entrepreneur de l'année des autres compétitions?

Yves Even (YE): Organisé dans plus de 50 pays et récompensant plus de 900 lauréats chaque année, le Prix de l’Entrepreneur de l’Année est reconnu comme la plus prestigieuse des récompenses décernée aux entrepreneurs du Luxembourg et du monde entier pour leur parcours exceptionnel. Si la participation à ce concours permet de révéler des personnalités exceptionnelles qui brillent par leur talent et leur audace, elle constitue avant tout une aventure humaine incroyable, autant individuelle que collective, unique en son genre, mettant en valeur les facteurs clés de succès et potentiel futur d’entreprises, augmentant par la même leur visibilité, tout en les faisant bénéficier d’une forte médiatisation.

  1. Quel est le profil des entrepreneurs candidats?

YE: Il n’y a pas de profil type de candidat. Cependant chaque candidat au prix de l’Entrepreneur de l’Année doit veiller à répondre à certains critères de participation et notamment avoir une participation dans l’entreprise de 10% minimum, diriger une entreprise établie au Luxembourg et ayant au moins 3 ans d’existence et avoir un chiffre d’affaires annuel supérieur ou égal à 2,5 millions d’euros. Notre beau pays n’ayant à blêmir de son vivier d’entrepreneurs, nous avons cette année noté un spectre très large d’entreprises qui allait des services au secteur manufacturier en passant par l'artisanat.

  1. Quel sont les critères de sélection des finalistes et vainqueur de cette année?

YE: Le processus de sélection est, comme à chaque édition, très rigoureux. Chaque entrepreneur candidat doit présenter un dossier de qualité, qui intègre non seulement esprit d’entrepreneuriat et innovation mais encore une stratégie de développement ingénieuse, d’excellentes performances financières ainsi qu’une gestion pertinente de leurs ressources humaines et de leur organisation. Les entrepreneurs sélectionnés en première phase sont ensuite invités à un échange avec des professionnels d’EY, en vue d’établir un diagnostic de leur entreprise et de soumettre un dossier d’analyse aux membres d’un jury indépendant. C’est grâce à ces dossiers que le jury prend sa décision.

RD : Compte tenu du cru remarquable de cette année, le jury que je représentais, a du faire preuve pour cette édition d’une sélection plus stricte, qui intégrait des facteurs tels que le degré d’internationalisation ou de pérennité.

  1. Selon vous, quels sont les qualités du vainqueur de cette année?

RD: Notre choix s’est porté sur une entreprise qui a une certaine assise, une certaine histoire au Luxembourg. Le vainqueur, comme tous les finalistes d’ailleurs, a été celui qui nous a le plus convaincu par sa capacité à prendre des risques, notamment en temps de crise, son courage et son dynamisme. Je pense en effet qu’il est impossible de considérer l’entreprenariat, et surtout l’entrepreneur qui réussit, sans prise de risques et foi dans la capacité à les affronter de façon innovante. Le courage de René Elvinger qui a acquis  le management buy-out d’un groupe mondial à un âge où d’autres gens penseraient à partir à la retraite, nous a particulièrement séduit. Fervent défenseur de l’attractivité du Grand-Duché de Luxembourg et de la valorisation de la production industrielle, René Elvinger a tout à fait le profil pour concourir aux côtés des lauréats des 50 autres pays participant à ce concours.

  1. Y a-t-il un après Entrepreneur de l'Année?

YE: Au-delà du fait que le vainqueur du Prix de l’Entrepreneur de l’Année au Luxembourg défendra les couleurs du Luxembourg lors du concours mondial à Monaco, il se voit ouvrir les portes d’un réseau d’entrepreneurs unique au monde. Après la remise du Prix, nos initiatives ainsi que celles de nos partenaires permettent également aux entrepreneurs de participer à de nombreux événements (Ateliers EY, BGL Breakfast meetings…) abordant des sujets en relation directe avec leurs préoccupations et les défis auxquels ils sont quotidiennement confrontés. Autre point très important à ajouter, le vainqueur bénéficie de la renommée et de la mise en lumière que le concours lui apporte localement et internationalement. Enfin, la participation au concours de l’Entrepreneur de l’Année lui permet d’obtenir un benchmarking complet sur les forces et faiblesses de son entreprise, permettant à ce vainqueur et à ses employés de bonifier leur entreprise.

  1. Peut-on encourager l'esprit d'entreprise au Luxembourg et notamment les jeunes à se lancer dans l'entrepreneuriat?

RD: Il est essentiel de le faire ! Il faut encourager les jeunes à se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat en les y intéressant dès l’école et en réfléchissant ensuite à la façon dont nous pourrions mobiliser des capitaux privés et publics pour les aider dans leurs projets d’entreprise ou de reprise d’entreprise. En effet, le futur de bon nombre d’entreprises luxembourgeoises est souvent dans les mains de repreneurs étrangers qui déplacent parfois leurs centres de décision hors de notre pays. Ce qui est dommage. Réussir à motiver toute une génération de jeunes entrepreneurs pourrait s’avérer très positif.

 

Télécharger l'article (pdf, 125kb).