L'essentiel, 20 mai 2014

Le private equity, secteur financier en expansion

  • Share

De nouveaux métiers font leur apparition dans la finance. Un exemple dans le domaine du private equity.

Private equity? Pour le profane, un anglicisme derrière lequel se cache encore d’opaques montages. En fait, c’est tout le contraire. Il s’agit d’un investissement en capital dans des sociétés généralement pas cotées en Bourse.

«C’est au-delà de ce que fait une banque. Le private equity est le fait d'investir dans des sociétés de manière à les rendre plus performantes en participant
activement à leur management», explique Olivier Coekelbergs qui est responsable du secteur private equity chez EY.

Quel est le profil type du collaborateur dans le private equity? Au Luxembourg, on fait surtout de l’administration de structures. «Il faut faire preuve de dynamisme, d’esprit d’initiative, de flexibilité et d’adaptabilité», poursuit Olivier Coekelbergs.

Quant à la formation, il recherche plutôt des diplômés d’écoles de commerce, d’études de droit, «mais aussi des ingénieurs, des titulaires de MBA ou des scientifiques».

Fort d’une équipe de 200 collaborateurs, il dirige ainsi un département qui a réalisé 24 % de croissance en 2013. Et la courbe est ascendante. Parmi les profils recherchés au Luxembourg dans le private equity, les langues, plutôt exotiques, sont un atout majeur.

Par Patrick Théry.

 

Télécharger l'article (pdf, 229kb).