Private Equity, de vous à moi…

  • Share

Agefi Luxembourg

December 2012

Au cours de ces quatre dernières années, les établissements de crédit et le système financier ont montré une vulnérabilité inattendue: certaines banques se sont vues déclarées en faillite et d’autres ont dû être recapitalisées en urgence afin d’éviter de suivre le même sort. Sans le soutien des états, un grand nombre de banques auraient emporté dans leur débâcle une part de l’épargne publique.

L’aide gouvernementale apportée au travers des recapitalisations ou d’octrois de garanties étatiques ne pouvaient à elle seule suffire pour apurer les pertes des banques et redresser leur situation financière. En complément à ces mesures de recapitalisation, les banques ont alors procédé à la cession de certains de leurs actifs et resserré leurs conditions d’octroi de crédit.  Ainsi, alors que la relance économique dont l’Europe avait besoin nécessitait un accès plus facile au crédit pour les entreprises, les mesures prises par les banques ont eu l’effet inverse.

Une telle situation offrait pour les opérateurs des opportunités à deux niveaux dans la mesure où ils pouvaient, d’une part acquérir d’établissement de crédits des actifs à des conditions favorables et, d’autre part, se substituer aux banques et octroyer des crédits. En favorisant le développement de projets par l’octroi de tels crédits ces opérateurs ont contribué au développement d’un système bancaire parallèle.

C’est dans ce contexte que l’on a vu se multiplier les fonds de dettes qui sont devenus au fil des mois un moteur partiel de la relance économique.

Les fonds de dettes se différencient des établissements de crédits notamment en adoptant une approche plus ciblée au niveau des emprunteurs qui permet ultimement de mieux anticiper et contrôler le risque de défaut.  Enfin, il n’est pas rare d’assortir les dettes d’Equity Kickers afin de pousser l’alignement des intérêts entre l’emprunteur et le fonds de dettes au maximum.

Le processus de sélection, le premier pas vers une dette saine…

Les fonds de dettes ont généralement une vision très sectorielle des emprunteurs qu’ils souhaitent soutenir. Le choix du secteur est dicté par l’équipe de gestion qui a la connaissance approfondie nécessaire pour identifier les entreprises qui ont suffisamment de potentiel pour honorer la dette octroyée. De plus, l’octroi du crédit est subordonné à un processus robuste de sélection qui inclut des travaux de due diligence détaillés et différents niveaux de revue et de validation interne à l’équipe de gestion.

Le monitoring de la dette, le garant d’une dette performante…

Le fonds de dette ne se limite pas à apporter des capitaux aux entreprises. Son équipe de gestion opère d’une part un suivi continu de la dette et de la performance de l’entreprise et d’autre part un accompagnement rapproché de l’emprunteur. Sur ce point, on remarque que le modèle des fonds de dettes est similaire à celui des fonds de Private Equity. Tout deux recherchent l’amélioration de la performance opérationnelle des entités en portefeuille. Au delà des moyens de financement que les fonds sont en mesure d’apporter, leur contribution se caractérise également par des actions précises destinées à améliorer la performance, le plus souvent mesurée par le résultat brut d’exploitation (« EBITDA ») des entités détenues.

L’alignement des intérêts par les Equity Kickers

Par cette technique, la part la plus variable du rendement  pour le fonds de dettes est perçue à la maturité de la dette sous forme d’actions de l’émetteur. Outre l’alignement direct opéré via un intéressement du fonds sur l’augmentation de la valeur de l’entreprise emprunteuse, un alignement temporel sur la maturité est également structuré et limite ainsi toute action à des fins spéculatives à court terme.

Les restructurations

Les ventes de portefeuilles de dettes défaillantes détenus par des banques à des fonds de dettes ont également un impact positif sur le crédit et la solvabilité des emprunteurs. Certes le processus sélectif décrit plus haut ne trouve pas à s’appliquer et certaines décisions difficiles de restructuration accompagnent généralement le transfert du portefeuille. En revanche, la capacité des gestionnaires à initier ces opérations de restructuration des entités emprunteuses ont dans de nombreux cas permis de sauver des entreprises de la faillite.

Le fonds de dettes, une nécessité

Que ce soit au travers de l’octroi de nouveau crédits ou dans la gestion de crédits existants, les fonds de dettes sont appelés à jouer un rôle important dans le contexte économique difficile actuel.  Au delà du support financier, leurs processus de sélection et de monitoring constituent les bases d’une gestion saine de la dette et permettent d’éviter ou d’anticiper les difficultés. Dans un environnement ou la marge d’erreur est réduite, leur rôle est crucial…

Olivier Coekelbergs, Private Equity Leader, EY, Luxembourg