Secteur minier canadien : hausse du volume des transactions en 2016 et perspectives prometteuses pour 2017, selon un rapport d’EY

En 2017, la reprise des prix des produits de base contribuera à accroître l'activité transactionnelle

  • Partager

(Montréal, le 6 mars 2016) Malgré la volatilité et l’environnement macroéconomique en constante évolution, le volume des transactions conclues au Canada a progressé de 16 % l’an dernier, passant de 132 à 153 transactions. Toutefois, la valeur des transactions est restée pratiquement inchangée, reculant de 1 % par rapport à 2015 pour s’établir à un peu plus de 6 milliards $ US en 2016. C’est ce que révèle le rapport trimestriel d’EY intitulé Mergers, acquisitions and capital raising in mining and metals – 2016 trends, 2017 outlook.

«On observe le même mouvement de recul à l’égard des mégatransactions qui s’était opéré au cours du dernier cycle, déclare Zahid Fazal, leader du secteur des mines et métaux pour le Québec. En 2016, il y avait une seule transaction évaluée à plus de 1 milliard $ US et plusieurs, à 0,5 milliard $ US ou plus. Nous prévoyons que la tendance caractérisée par un nombre plus grand de transactions, mais de moindre envergure, se maintiendra.»

Retour sur 2016

  • L’or conserve sa primauté – En 2016, tout comme en 2015, l’or a été le produit de base de prédilection. Toutefois, les opérations conclues au Canada étaient plus diversifiées en 2015 comparativement à 2016, où neuf des dix principales transactions ont été conclues dans le secteur aurifère.
  • Transactions à des fins de diversification – La moitié des transactions au Canada ont été conclues à des fins de diversification géographique ou des produits de base.
  • Des acquisitions et non des désinvestissements – Neuf des dix principales transactions consistaient en des acquisitions ou des regroupements d’entreprises. Manifestement, les prévisions de désinvestissements massifs à bas prix ne se sont pas confirmées, les perspectives s’étant tellement améliorées au cours de l’année.

«Les principaux vecteurs de transaction en 2016 comprenaient la diversification, le renforcement du bilan par des regroupements d’entreprises et des investissements dans des projets d’exploration minière au moyen d’acquisition de petites sociétés de prospection», a ajouté M. Fazal.

Tendances pour 2017

  • Alors que le volume des transactions de moindre envergure pourrait augmenter au Canada, un mouvement de consolidation des producteurs locaux pourrait entraîner des transactions plus volumineuses en Chine.
  • L’insuffisance des dépenses d’exploration résultant de l’accès restreint au capital réduira inévitablement les sources d’approvisionnement futur, ce qui pourrait pousser quelques petites sociétés de prospection à chercher de nouveau du financement à la fin de 2017.
  • Des signes avant-coureurs de marché baissier inciteront les sociétés ayant renforcé leur bilan à envisager des acquisitions stratégiques. Les sociétés intermédiaires consolideront leur position sur le marché à l’aide de transactions fondées entièrement sur des capitaux propres, en vue de devenir des joueurs importants dans leurs créneaux respectifs au sommet du prochain cycle.
  • La persistance prévue de la consolidation des prix des produits de base en 2017 favorisera les perspectives sectorielles et ranimera la confiance des investisseurs, améliorant du même coup l’accès aux capitaux.
  • Toutes les émissions d’obligations convertibles additionnelles, bien que probables, devraient être limitées, en termes relatifs, compte tenu du contexte de financement global.
  • Les PAPE devraient reprendre en 2017, quoique timidement, traduisant le sentiment d’optimisme prudent qui continue d’animer les investisseurs.
  • Le retour à la croissance en 2017 devrait entraîner une hausse régulière du volume des transactions, les sociétés minières ayant recommencé à financer des projets de dépenses d’investissement à long terme.

«En 2017, nous prévoyons que des perspectives sectorielles plus positives et un meilleur accès aux capitaux contribueront à stimuler l’activité transactionnelle», ajoute M. Fazal. 

– 30 –

À propos du rapport
Mergers, acquisitions and capital raising in mining and metals – 2016 trends, 2017 outlook, est le fruit de l’analyse des transactions conclues en 2016 et des mobilisations de capitaux effectuées avant le 31 décembre 2016. Toutes les données liées aux fusions et acquisitions et à la mobilisation de capitaux proviennent de Thomson ONE et sont analysées par EY, et ne visent que les transactions conclues.

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Depuis plus de 150 ans au Canada, nous offrons les points de vue et les services de qualité qui contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers ici et dans diverses économies du monde entier. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr ou suivez-nous sur Twitter : @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst &Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr.