Panorama de l’économie de la culture et de la création en France

  • Partagez

Panorama de l’économie de la culture et de la création en France

Ce second panorama mesure la diversité et la contribution, encore mal connue, de la culture et la création à l’économie et à l’emploi en France.

La culture et la création sont des forces économiques essentielles pour notre pays, d’une grande diversité avec pas moins de dix secteurs clés : les arts visuels, la musique, le spectacle vivant, le cinéma, la télévision, la radio, le jeu vidéo, le livre, la presse et la publicité et communication.

Les arts visuels

EY - Les arts visuels

La radio

EY - La radio

La musique

EY - La musique

Le jeu vidéo

EY - Le jeu vidéo

Le spectacle vivant

EY - Le spectacle vivant

Le livre

EY - Le livre

Le cinéma

EY - Le cinéma

La presse

EY - La presse

La télévision

EY - La télévision

La publicité et la communication

EY - La publicité et la communication

Le panorama des ICC propose cette année trois nouveautés majeures :

  • Il élargit son périmètre à une 10e industrie : la publicité et la communication, force économique reconnue à l’échelle mondiale,
  • Il mesure l’impact de la culture et de la création au sein des territoires
  • Il recense les métiers et parcours professionnels créatifs

Participant à la fois du dynamisme des territoires et d’un rayonnement international exceptionnel, les secteurs de la culture et de la création constituent un vivier d’emplois autour d’une grande diversité de métiers souvent non délocalisables et attractifs notamment pour les jeunes.

« La culture et à la création sont porteuses de valeurs autres que purement économiques : elles donnent du goût, du sens et de la couleur à la vie dans un monde atteint par la morosité.
Elles participent à notre émancipation collective, elles créent du lien social, elles sont les vecteurs de notre démocratie en action, reflets à la fois de valeurs universelles et de regards individuels uniques sur le monde qui nous entoure
»

Cette étude illustre la nécessité de soutenir nos secteurs pour confirmer et développer leur potentiel social et économique.

Points clés de l’étude

Cette seconde édition confirme la place prépondérante et le dynamisme des industries culturelles et créatives (ICC) au sein de l’économie française en 2013 : elles ont généré plus de 83 milliards d’euros de revenus, employé 1,3 million de personnes et ont affiché une croissance de 1,2%, supérieure aux taux de croissance du PIB et de l’emploi en France sur la même période.


« Dans la musique, le cinéma, l’architecture, la publicité, le spectacle vivant ou encore le design, nos créateurs, producteurs, techniciens et entrepreneurs rayonnent à l’international par leur savoir-faire et sont autant d’ambassadeurs de l’attractivité de la France »

Si les chiffres de ce panorama confirment le dynamisme, la compétitivité et l’attractivité des ICC, ils laissent également entrevoir une économie de la culture et de la création sous tension, dont l’équilibre social et économique est parfois menacé. La concurrence que se livrent des acteurs du numérique, les vifs débats sur la propriété intellectuelle et le bouleversement des modèles économiques sont aujourd’hui au coeur de la transformation des métiers et des sources de revenus de cette France créative.

Le soutien à l’entreprenariat culturel, la formation et l’accompagnement des créateurs, l’intégration des ICC dans les stratégies de développement des territoires et le rapprochement avec les écosystèmes de l’innovation technologique sont autant de leviers à renforcer pour maintenir et faire croître la France culturelle et créative dans un contexte international tendu.

Ce second panorama dessine les contours subtils des équilibres économiques et sociaux qui sous-tendent la vitalité et la pérennité de la France créative.


Revenus

EY - Revenus

Les revenus de l’économie de la culture et de la création ont représenté 83,6 milliards d’euros en 2013, dont 72,7 milliards de revenus directs. Les secteurs des arts visuels, de la publicité et de la télévision représentent près de 50 milliards d’euros, soit 59% du total des ICC.

L’évolution des revenus entre 2011 et 2013 a été légèrement supérieure à celle du PIB de la France sur la même période, avec une augmentation de 1,2% de l’ensemble des revenus, contre une croissance de 0,9% du PIB sur la période.

Les revenus directs représentent 87% du total des revenus de la filière des ICC.

 

Emplois

EY - Emplois

À la fin de l’année 2013, l’économie de la culture et de la création employait 1,3 million de personnes.
Les arts visuels, la musique et le spectacle vivant sont les 3 principaux employeurs, avec 64% du total des effectifs.
Les effectifs directs des ICC ont augmenté de 1,5% sur la période, quand le total de l’emploi en France n’évoluait que de 0,2%.
96% des emplois sont directs, la production de matériels électroniques (emplois connexes) étant largement délocalisée.

 

Secteurs en hausse

EY - Secteurs en hausse

Quatre secteurs ont vu leurs revenus directs augmenter entre 2011 et 2013 :

  • les arts visuels (+8%),
  • la musique (+3%),
  • le spectacle vivant (+3%),
  • la publicité (+1%).

La télévision (+6%), les arts visuels (+3%), la musique (+3%) et le spectacle vivant (+2%) sont les secteurs qui ont le plus augmenté leurs effectifs directs sur la période.

 

Secteurs en baisse

EY- Secteurs en baisse

Les secteurs du cinéma (-9%), de la presse (-6%), de la télévision (-4%) et du livre (-3%) ont enregistré des baisses significatives de leurs revenus directs sur cette période.

En termes d’emplois, l’industrie du livre (-10%), de la presse (-8%) et de la radio (-4%) ont vu leurs effectifs directs diminuer, principalement en raison de pertes d’emplois dans les filières de distribution physique.
 

10 secteurs à la loupe

La culture et la création sont des forces économiques essentielles pour notre pays, d’une grande diversité avec pas moins de dix secteurs clés : les arts visuels, la musique, le spectacle vivant, le cinéma, la télévision, la radio, le jeu vidéo, le livre, la presse et la publicité et communication.

Arts visuels - Une vitrine de la France à l’international
Les arts visuels affirment leur place de premier employeur culturel, malgré la crise de l’architecture et de la photographie.

EY - Mds

21,4 Mds € (+8%*)

EY - Emplois

313 808 Emplois (+3,3%**)

Musique - À la recherche d’un second souffle dans le live et les exportations
Le secteur musical englobe la musique enregistrée, le spectacle vivant musical privé et public mais aussi les marchés connexes comme les appareils numériques. L’économie musicale affiche en 2013 une croissance de 5,9%, essentiellement portée par les revenus connexes des ventes de supports numériques (+25%).

EY - Mds

8 Mds € (+5,9%)

EY - Emplois

241 813 Emplois (+3,3%)

Spectacle vivant - Une offre diversifiée et ancrée dans les territoires
Si le spectacle vivant est en croissance, en termes de revenus et d’emplois, celle-ci est avant tout portée par les secteurs qui lui sont connexes, en particulier par le secteur touristique.

EY - Mds

7,9 Mds € (+3,9%)

EY - Emplois

235200 Emplois (+0,1%)

Cinéma - Le pari de l’innovation et de la qualité
L’industrie du cinéma a subi en 2013 une chute des revenus de billetterie, conséquence directe de la baisse de la fréquentation annuelle des salles de cinéma. Le modèle de financement de la production cinématographique française permet de soutenir la résistance économique du secteur.

EY - Mds

3,9 Mds € (-5,8%)

EY - Emplois

105465 Emplois (+0,3%)

Télévision - Se connecter pour mieux diffuser
Avec presque 12,7 milliards d’euros générés en 2013, la télévision est le premier média en France. Les revenus des chaînes de télévision s’élèvent à 9,5 milliards d’euros et demeurent stables par rapport à 2012. Le multi-screening, a naturellement favorisé l’émergence de nouvelles plateformes en concurrence avec la télévision traditionnelle.

EY - Mds

12,7 Mds € (-10,4%)

EY - Emplois

142284 Emplois (+2,8%)

Radio - Beaucoup plus que de l’audio
Avec 43,3 millions de personnes qui écoutent la radio chaque jour, la radio reste plus que jamais un média de masse et de confiance ancré dans le quotidien et plébiscité par les Français.

EY - Mds

1,6 Mds € (-1,5%)

EY - Emplois

17113 Emplois (-4,3%)

Jeu vidéo - Le succès des jeux mobiles, une production française compétitive
Le marché du jeu vidéo est en pleine recomposition avec la très forte croissance des marchés mobiles et des productions dématerialisées quel que soit le support de jeu. La part du dématérialisé a désormais très largement dépassé en volume les ventes physiques qui devraient à terme ne représenter qu’une part marginale du chiffre d’affaires des éditeurs.

EY - Mds

4,6 Mds € (+6,6%)

EY - Emplois

25091 emplois (-3%)

Livre - L’édition fait de la résistance
Le prix unique du livre, transposé au numérique (loi de 2011), permet la sauvegarde d’une offre de livres diversifiée et plurielle dans un secteur qui a vu les modèles économiques et les circuits de rémunération des auteurs bouleversés par les nouveaux acteurs du numérique. La révolution du numérique a profondément modifié le rapport des individus à l’information. Les groupes de presse doivent encore inventer les nouveaux modèles économiques qui permettront de rentabiliser leurs applications et leurs solutions mobiles.

EY - Mds

5,6 Mds € (+4,5%)

EY - Emplois

74280 Emplois (-7%)

Presse - Le papier ne paie plus
Avec un chiffre d’affaires global de 11,3 milliards d’euros et plus de 110 000 employés, le secteur de la presse (journaux, magazine et agences de presse) reste la 4e ICC en termes de chiffre d’affaires et la 5e en termes d’emplois. Néanmoins, la presse numérique ne permet pas de compenser les pertes sur les ventes physiques.

EY - Mds

11,3 Mds € (+-3,6%)

EY - Emplois

110610 Emplois (-2,3%)

Publicité et communication - Le futur sera numérique ou ne sera pas
En 2013, le secteur de la publicité a injecté 10,5 milliards d’euros vers les médias sous forme de recettes publicitaires, constituant ainsi une source importante de revenus pour les industries culturelles.

EY - Mds

14,4 Mds € (+1%)

EY - Emplois

127607 Emplois (+0,8%)


* Evolution des revenus entre 2011 et 2013

** Evolution des emplois entre 2011 et 2013

Métiers culturels et créatifs

Les ICC se caractérisent par un éventail unique de métiers et de compétences. Au total, ce sont plus de 982 métiers qui sont recensés dans l’économie culturelle.

Nombre de fiches métiers par secteur

EY - Nombre de fiches métiers par secteur

 

Ces métiers sont répartis en trois catégories :

  • Les métiers de création, comprenant les auteurs, les compositeurs, les plasticiens, les comédiens, les réalisateurs, les chorégraphes, les concepteurs, les metteurs en scène, les interprètes ;
  • Les métiers de production, qui accompagnent l’artiste du développement de l’œuvre à sa réalisation, correspondant aux éditeurs, producteurs, post-producteurs et professionnels techniques intervenant dans la production ;
  • Les métiers de diffusion, permettant de faciliter la rencontre de l’œuvre avec le public, tels que les métiers de distribution des œuvres, de gestion des salles de spectacle, des musées ou des galeries d’art.

Appliquée à l’ensemble des industries créatives et culturelles, cette classification met en évidence la part prépondérante des métiers de création (52% des emplois du secteur culturel).

Passerelles intersectorielles

Les métiers de l’économie culturelle se distinguent par une porosité importante entre métiers, mais également entre industries, notamment entre le spectacle enregistré et le spectacle vivant. 72% des intermittents du spectacle ont exercé des activités dans au moins deux branches en 2010. Cet enrichissement des parcours professionnels a souvent une incidence positive sur l’œuvre.

Itinéraire créatif et interactif

Dans la pratique, la trajectoire d’une œuvre culturelle, du travail de l’artiste à son public, n’est ni linéaire, ni séquentielle. Contrairement aux autres secteurs économiques, analyser la chaîne de valeur de ces industries ne permet, ni de saisir le parcours créatif d’une œuvre, ni l’intervention des différents acteurs.

L’écosystème d’une oeuvre culturelle : des interactions permanentes entre création, interprétation, production et diffusion

EY - L’écosystème d’une oeuvre culturelle : des interactions permanentes entre création, interprétation, production et diffusion

Emplois culturels et délocalisation

Si la plupart des emplois de l’économie culturelle ne sont pas délocalisables (en particulier dans le spectacle vivant), certains secteurs n’hésitent pas à rechercher une production créative à moindres coûts en délocalisant certaines de leurs activités.

Un environnement réglementaire favorable et un régime fiscal compétitif sont donc essentiels pour maintenir l’attractivité de la France, attirer et surtout retenir les talents des industries culturelles et créatives.

Profils culturels et créatifs

Les industries culturelles et créatives employaient 47% d’actifs de moins de 40 ans en 2011, soit 3 points au-dessus de la moyenne nationale.
Cette tendance est particulièrement marquée dans les secteurs en expansion comme les arts graphiques ou la décoration.
Les carrières culturelles et créatives se distinguent par leur grande longévité. En 2011, 13% d’artistes plasticiens, 8% d’auteurs littéraires et traducteurs, et 5% des architectes avaient plus de 65 ans, contre 1% dans l’ensemble des emplois en France.
En 2010, 47% des professionnels sont des femmes. Ce chiffre masque néanmoins de fortes disparités entre les différents secteurs.

Qualification et apprentissage

Distribution de la formation continue par type d’activité dans l’industrie du spectacle vivant (2012)

EY - Distribution de la formation continue par type d’activité dans l’industrie du spectacle vivant (2012)

Les parcours professionnels des ICC sont marqués par une spécialisation continue et un apprentissage permanent, grâce à la collaboration de l’ensemble des intervenants.
La formation continue occupe dans ces métiers une part de plus en plus importante et participe à la professionnalisation du secteur. Tous les types d’activités sont concernés, avec une dominante dans les activités artistiques (37%) et technico-artistiques (28%).
Malgré la complexité inhérente à l’économie des projets culturels, la création reste un métier de passion.

 

L’écosystème d’une oeuvre culturelle : des interactions permanentes entre création, interprétation, production et diffusion

EY - L’écosystème d’une oeuvre culturelle : des interactions permanentes entre création, interprétation, production et diffusion ×