Panorama des industries culturelles et créatives

Au coeur du rayonnement et de la compétitivité de la France

EY Panorama des industries culturelles et créatives - Les industries culturelles et créatives en France : des acteurs nationaux… d’envergure mondiale
EY Panorama des industries culturelles et créatives
  • Partagez

Pour la première fois, les neuf secteurs des Industries Créatives et Culturelles (ICC) ont été étudiés à travers l’analyse de 134 critères d’impacts, directs ou indirects, sur l’économie française.

Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication

Le panorama économique présenté ici participe au renouvellement de la description de la réalité économique de la culture en mettant en évidence la contribution de l’un des pôles d’excellence français… Lire la suite

Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication

Cette étude est née de l’intuition que le monde de la culture et de la création peut s’affirmer comme un formidable vecteur économique pour notre pays.

Le panorama met en lumière la valeur économique (75 milliards d’euros) et sociale (près de 1,2 million d’emplois) dans les neuf univers des industries culturelles et créatives : les arts graphiques, la musique, le cinéma, la télévision, la radio, le spectacle vivant, la presse, l’édition et le jeu vidéo.

Ces activités sont connues pour être essentielles à la vitalité et à la diversité culturelle de la France, à son attractivité et son rayonnement, mais aussi au lien social, mais on oublie trop souvent que leur production (biens et services) est aussi une source considérable d’emplois pour notre territoire, pour la plupart non délocalisables.

Ce 1er « Panorama des Industries Créatives et Culturelles en France » a été réalisé grâce au soutien de treize organismes représentant les acteurs économiques des secteurs étudiés, rassemblés autour du collectif « France Créative* ».



Points clés de l’étude



Chiffre d’affaires 2011

Les industries culturelles et créatives ont généré, en 2011, un chiffre d’affaires global de plus de 74 milliards d’euros.

Près de 80 % de ce montant sont portés par les acteurs centraux de la filière (création, production, distribution…) et 20 % dans les activités indirectes et induites par chacun des 9 secteurs. Une satisfaction inégale du rattachement hiérarchique.

EY Panorama des industries culturelles et créatives - Chiffre d’affaires 2011
 

Emplois 2011

Les industries culturelles et créatives employaient en 2011 1,2 million de personnes en France, soit 5 % de l’emploi intérieur total français, dont 92 % en emplois directs et 8 % dans les activités connexes.

EY Panorama des industries culturelles et créatives - Emplois 2011
 

Les 9 marchés culturels et créatifs de la France
 

Arts graphiques et plastiques

Le premier employeur et le plus important chiffre d’affaires des industries culturelles et créatives.
 

19,8 Mds€
307 716 emplois
 

Musique

Une des premières pratiques culturelles des Français, dont l’écosystème et la consommation sont transformés par le numérique.

8,6 Mds€
240 874 emplois
 

Spectacle vivant

Un marché porté par le spectacle musical, qui doit faire face à la baisse des subventions publiques en trouvant de nouveaux relais de croissance.

8,4 Mds€
267 713 emplois
 

Cinéma

Des spectateurs toujours assidus en France, mais une industrie qui doit conforter son rayonnement international.
 

4,4 Mds€
105 890 emplois
 

Télévision

Le 2e plus important chiffre d’affaires des marchés culturels et créatifs pour une industrie qui sait s’adapter aux nouveaux usages.

14,9 Mds€
176 467 emplois
 

Radio

Un média de confiance qui cherche sa croissance dans des stratégies numériques intégrées.
 

1,6 Mds€
17 450 emplois
 

Jeux vidéo

Champion à l’exportation, un secteur qui diversifie son public et vit une transition vers le jeu connecté.
 

5 Mds€
23 635 emplois
 

Livres

Une stabilité remarquable dans un contexte tendu, et un livre numérique qui prend une place croissante.
 

5,6 Mds€
79 613 emplois
 

Presse / journaux et magazines

Un secteur qui subit durement les effets de la crise mais qui relève activement le défi du numérique.
 

10,7 Mds€
101 933 emplois
 


Comparaison des impacts directs des industries culturelles et créatives avec quelques filières économiques en France
 
EY Comparaison des impacts directs des industries culturelles et créatives

Source : INSEE, base Esane (chiffres 2011) pour le chiffre d’affaires des branches d’activités et EY pour l’estimation des impacts des industries culturelles et de la création.




Temps et consommation

Un Français passe 9 heures par jour en moyenne sur les différents supports numériques. Ses dépenses pour la culture et les loisirs ont connu depuis 20 ans des évolutions contrastées. A titre d’exemple, les dépenses liées à l’informatique et aux jeux vidéo ont été multipliées par quatre et les ventes de disques ont baissé de plus de deux tiers.



Balance commerciale

La balance commerciale 2011 des biens culturels en France était excédentaire de plus de 300 millions d’euros.

Exportations et importations de biens culturels en France en 2011 (millions d’euros)

Exportations et importations de biens culturels en France en 2011

Source : Ministère de la Culture et de la Communication - Chiffres clés 2013 – Commerce extérieur




Méthodologie et échantillon

Indicateurs d’analyse et d’impacts

Face à la complexité de l’exercice, nous avons souhaité proposer un tableau aussi simple et lisible que possible, et fait ainsi le choix de deux indicateurs d’analyse : le « chiffre d’affaires (CA) » (et son équivalent « budgétaire » pour le secteur non marchand) et les « emplois », c’est-à-dire la totalité des individus tirant un revenu, sous diverses formes, des activités directes et connexes.

A l’instar des études de filières classiques ou des études économiques, notre panorama présente deux niveaux d’impacts des industries culturelles et créatives : « directs » et « connexes ».

Par impacts « directs », on entend toute la valeur économique et les emplois portés par les acteurs directement producteurs de biens et services culturels et créatifs. Ces impacts sont appelés directs car ils relèvent de l’activité centrale et génératrice, allant de la production intellectuelle de l’oeuvre à sa distribution, et sont souvent recensés comme tels par les filières ou organisations qui les représentent.

Les impacts « connexes » regroupent les effets indirects et induits :

  • Les effets indirects sont les revenus des fournisseurs de biens et services pour le compte des producteurs culturels et de création, ainsi que les emplois nécessaires à la réalisation de ces prestations. Ces effets indirects recouvrent des activités telles que la vente de matériels et équipements, la sous-traitance ou la presse spécialisée. Les effets indirects s’appliquent à toutes les branches analysées sauf le spectacle vivant.
  • Les effets induits résultent des dépenses des personnes directement ou indirectement concernées par l’activité des sous-filières.

Ce sont les impacts du tourisme générés par les festivals et autres représentations qui ont été pris en compte dans le calcul des effets connexes du spectacle vivant. On notera l’emploi large du terme « connexe » qui cherche à restituer la chaîne étendue des retombées de la culture et de la création dans les secteurs et territoires qui les abritent.

×

* France Créative est une plateforme qui regroupe les acteurs des industries culturelles et créatives à l’origine du Panorama économique. Pour en savoir plus, rdv sur www.francecreative.fr