9ème Observatoire des Offres Publiques

Paris, le 8 février 2018

  • Partagez

Ricol Lasteyrie Corporate Finance, membre du réseau EY, publie les résultats du 9ème Observatoire des offres publiques. La nouvelle édition recense et analyse l’ensemble des offres publiques intervenues sur les actions de sociétés cotées en France, déclarées conformes en 2017 par l’AMF. A cette analyse s’ajoute celle de l’évolution des marchés d’Euronext (introductions en bourse, retraits de cote, réformes…) et Euronext Growth, ainsi que le recensement des principales augmentations de capital sur le marché boursier français. Si 40 offres ont été recensées, soit une légère hausse par rapport à 2016, le montant de capital acquis a atteint 14,3 milliards d’euros soit le second meilleur niveau depuis 2011.

Parmi les grands enseignements de l’étude :

Une confirmation et une accélération de la reprise

40 offres publiques portant sur des actions de sociétés cotées ont été déclarées conformes par l’Autorité des marchés financiers en 2017, soit 14 % de plus qu’en 2016. L’année aura donc été, malgré l’élection présidentielle qui aurait pu conduire à une certaine frilosité, une année de très bonne facture.
Il s’agit de la deuxième année de hausse depuis 6 ans, mais le nombre reste encore inférieur de 26 % à celui de 2011 qui reste l’année la plus active depuis la création de l’observatoire. Après une année faible en 2016 avec 5,4 milliards d’euros, le montant de capital acquis à la suite des opérations de 2017 est reparti à la hausse et a atteint 14,3 milliards d’euros soit le second meilleur niveau depuis 2011.
« 2017 a été l’année la plus active depuis 5 ans, qui confirme la reprise des opérations de toutes tailles et concernant des secteurs très différents. Les offres publiques ont profité  du dynamisme du marché des fusions acquisitions. 9 sociétés cibles d’offres en 2017 ont une valorisation qui dépasse 1 milliard d’euros. En 2017, les 5 opérations les plus importantes représentent un total de 12,6 milliards d’euros et 2 opérations représentent à elles seules 76% du montant des actions acquises en 2017. L’année 2018 qui débute fort, confirme la tendance de l’année passée. » détaille Sonia Bonnet Bernard, Associée gérante, Ricol Lasteyrie Corporate Finance, membre du réseau EY.

Des offres toutes amicales et principalement initiées par l’actionnaire de référence ou par la société

22 opérations, soit 55 % du total, ont été initiées par l’actionnaire de référence historique ou par la société elle-même, tandis que 18 opérations (45 %) font suite à un changement de contrôle, niveau similaire à celui de 2016 (44 % des opérations initiées par un tiers).

Des primes d’acquisition en progression

La prime médiane par rapport au dernier cours de bourse est de 19,8 % en 2017, en baisse par rapport à 2016 (22,2%). Les primes par rapport aux autres références sont cependant supérieures aux niveaux observés en 2016.
Cette année, une convergence moins importante entre les valeurs intrinsèques calculées par les initiateurs des opérations et celles des experts indépendants a été constatée (un écart de 3,3 points en 2017 et de 1,6 point en 2016).

Introductions en bourse et l’évolution du stock de sociétés cotées

La Bourse de Paris a enregistré 14 nouvelles introductions en 2017 : 9 opérations sur Euronext et 5 sur Euronext Growth. Ces chiffres marquent un recul par rapport à l’année précédente où 17 introductions en bourse avaient été réalisées : 8 sur Euronext et 9 sur Euronext Growth. Il est à noter qu’aucune introduction par placement privé n’a eu lieu sur Euronext Growth cette année.
Parallèlement 6 transferts (contre 3 en 2016) d’un marché vers un autre ont été réalisés montrant ici la fluidité entre les différents segments : 4 d’Euronext vers Euronext Growth et 2 d’Euronext Access (ex-Marché libre) vers Euronext Growth. Ces opérations se sont accompagnées de levées de fonds totalisant 2 429 millions d’euros, à comparer avec les 909 millions d’euros de 2016. Par ailleurs, on note une forte dégradation du flux net entre les entrées et les sorties de cote, qui atteint son point le plus bas depuis 3 ans à -19 avec 33 sociétés françaises radiées de la cote d’Euronext Paris en 2017 (23 retraits suite à une offre publique et 10 faillites).

« Les différentes introductions à Paris ont profité d’un véritable retour de la confiance en France mais également d’un retour croissant des investisseurs qui ont surpondéré la classe d’actifs actions au cours de l’année 2017. La réallocation s’est également accélérée en termes géographiques puisque l’Europe, dont la France, a bénéficié d’un afflux de liquidités d’investisseurs étrangers issus des bassins de liquidité américains et asiatiques. L'année 2017 a été une année de référence pour les introductions en bourse dans le monde. Au sein de cet ensemble la France a eu de meilleures performances en montants levés (3ème meilleure année depuis 2007) qu'en nombre d'introductions qui sont restés à un niveau perfectible, les opérations n'ayant véritablement débuté qu'après les élections présidentielles. L'année 2018 se présente sous de meilleurs auspices. » ajoute Marc Lefèvre, Associé France EY.