Etude Exane BNP Paribas / EY

MiFID2 : les sociétés aussi s’attendent à être impactées

Paris, le 20 décembre 2017

  • Partagez

Exane BNP Paribas et EY publient aujourd’hui les résultats de la seconde édition de l’étude dédiée à MiFID2, intitulée «Access & Accessibility », réalisée en partenariat avec les principales associations de Relations Investisseurs en Europe (France, Allemagne, Italie, Espagne, Belgique, Pays-Bas, Suède, Finlande et Danemark). Ce second volet, basé sur un échantillon de plus de 300 responsables de Relations Investisseurs en Europe, dresse le panorama des principales questions soulevées par les départements de Relations Investisseurs : les impacts sur les budgets IR, sur l’intensité et la qualité de la couverture Recherche, sur l’accès aux études des analystes, sur les consensus ou encore sur le corporate access.

MiFID2 entraîne de profonds bouleversements pour les actions européennes. Le monde dans lequel les courtiers étaient en contact avec tous les investisseurs et où leurs notes de recherche étaient quasiment disponibles gratuitement est désormais révolu. La littérature sur MiFID2 et ses impacts sur l’industrie buy-side / sell-side est extrêmement fournie. En revanche, les impacts indirects pour les sociétés cotées sont moins couverts.

Parmi les principaux enseignements de l’étude :

  • La majorité des sociétés interrogées estiment que les coûts inhérents à la communication financière vont augmenter ;
  • 90% des sociétés s’attendent à une diminution du nombre d’analystes financiers ;
  • A contrario, la plupart d’entre eux pensent que la qualité de la recherche va s’améliorer ;
  • Le recul du nombre d’analystes financiers aura probablement des impacts négatifs sur la qualité des consensus sans que ceci ne modifie à court terme les procédés internes de collecte au sein des sociétés cotées ;
  • Dans un marché plus concentré, les sociétés répondantes prévoient d’allouer de manière plus systématique leurs roadshows aux analystes les plus influents ;
  • Les sociétés prévoient également de réduire la liste des personnes qui ont un accès à la recherche Sell-side en interne;
  • La qualité de la couverture recherche et des relations établies avec les analystes aura un poids plus important dans l’allocation des roadshows ;
  • Certains départements de communication financière envisagent d’organiser davantage leurs propres roadshows ; les brokers resteront en revanche leur premier partenaire externe ;
  • Les  départements de Relations investisseurs envisagent d’être plus directifs dans le ciblage des listes investisseurs dans le cadre de roadshows.

D’après Vincent Rouvière, Responsable du Cash Equities d’Exane BNP Paribas : « MiFID2 est une véritable révolution, le modèle qui en émergera sera probablement concentré autour d’un nombre restreint d’acteurs. Pour nous, MiFID2 représente aussi l’opportunité de faire évoluer notre relation avec les sociétés en créant un lien plus direct et équilibré entre l’intelligence de marché que nous leur fournissons et le temps de management qui nous est alloué. »

Hermin Hologan, associé EY au sein du département Financial Services en France, ajoute : « MiFID2 n’affecte pas seulement le secteur financier. De manière plus générale, dans un monde où le volume d’informations ne cessera d’augmenter, les investisseurs doivent pouvoir se reposer sur une information financière encore plus fiable. »