The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Impulse: the latest news and inspirational stories from and for entrepreneurs

>> Digital >> Impulse

« EY mène la danse de la robotisation »

Digital

EY mène la danse de la robotisation

« Aucun des autres Big Four ne réalise ce qu’EY accomplit. Nous prenons la tête de l’automatisation robotique des processus (ARP) à l’échelle internationale. Épinglons deux raisons à cela : des quatre groupes, nous sommes, d’une part, le plus solide et le plus tourné vers l’international, ce qui nous a permis d’évoluer rapidement. Grâce aux investissements consentis dans nos offshore shared services, nous avons, d’autre part, compose une équipe de plusieurs centaines d’experts spécialisés en ARP – un nombre non négligeable quand on sait que seules quelques dizaines de personnes par pays maîtrisent ces connaissances », souligne Deepak Swaroop. « Mais cela ne signifie pas que nous possédons une baguette magique pour tout résoudre miraculeusement. »

Pourquoi EY exploite-t-il la robotisation ?

Deepak Swaroop : « L’automatisation est ancrée dans notre quotidien depuis des années. Les shared services internes avec lesquels tout a commence forment une sorte de gigantesque centre de traitement au sein duquel nos GDS (Global Delivery Services) prennent en charge tous nos services (finances, IT, RH, gestion des risques, chaîne d’approvisionnement,…). La plupart de ces processus reposent sur des règles et des engagements. Si vous additionnez tous les processus similaires des différents pays, vous obtenez de grands volumes. Tout est réuni pour render l’automatisation plus attrayante : des quantités de production accrues, des processus réglementés et une activité répétitive. Voilà pourquoi nous nous sommes orientés vers l’offshore, dans l’idée de maximiser l’efficacité au fil des ans – grâce aux hommes ou à la technologie. L’ARP démontre aussi son intérêt à plus petite échelle : outre une réduction des coûts, elle offre d’autres avantages tels qu’une diminution des erreurs et des délais. »

De 0 à 7 000 collaborateurs en dix ans chez GDS et Automation Central – avec une récente croissance spectaculaire de spécialistes en ARP. L’automatisation fait-elle partie des services qui connaissent la plus forte croissance chez EY ?

Deepak Swaroop : « Oui et non. Oui parce que le nombre de spécialistes en ARP croît chaque année de 25 à 30 %. Je ne pense pas que d’autres branches chez EY aient enregistré une telle augmentation du nombre de collaborateurs. Mais est-ce le service qui connaît l’évolution la plus rapide ? Il ne s’agit pas d’un service autonome. Nous soutenons les autres services et operations d’EY. »

EY n’est pas le seul à utiliser les robots, les clients aussi.

Deepak Swaroop : « Absolument. Tout le monde en a entendu parler et en attend beaucoup. Vous pouvez actuellement télécharger et tester une version d’essai du logiciel, mais vous ne pouvez pas le transformer en un robot opérationnel au niveau de votre production. Nous constatons que de nombreux clients ne parviennent pas à passer du proof of concept à la production. Pour faire fonctionner l’ARP, vous avez besoin d’une infrastructure IT solide et de l’équipement nécessaire au monitoring des robots. Vous devez établir des protocoles efficaces et disposer d’un service desk capable d’intervenir en peu de temps et de manière adequate en cas de défaillance d’un robot. Vous devez répondre rapidement aux évolutions technologiques,… Faites le compte et vous réaliserez que l’implémentation de l’ARP comporte aussi ses défis et qu’elle ne se justifie que si vous pouvez développer une échelle suffisamment grande, comme l’a fait EY – nous avons toutes les clés en main pour travailler correctement avec des robots : de manière structurée et avec des collaborateurs chevronnés qui maîtrisent le sujet. »

Infaillible

Quelle est la prochaine étape ?

Deepak Swaroop : « Il s’agit désormais de passer de projets pilotes à un système opérationnel dans un environnement contrôlé. Tout ne se passe pas toujours comme prévu, même dans les grandes entreprises. Si vous pensez que l’ARP supprimera toutes les difficultés, vous faites erreur. L’ARP n’est pas une baguette magique. Elle vous permet de passer le processus au crible, voire de le remodeler. D’un autre côté, elle offre naturellement une foule d’avantages. Après cet exercice, de nombreux clients décident de ne plus externaliser certaines de leurs tâches, mais de les confier à l’ARP pour reprendre le contrôle. Parmi les avantages, notons la réduction des coûts, mais surtout l’amélioration de la qualité. L’ARP est d’une utilité incontestable dans le cadre de tâches répétitives sujettes aux erreurs humaines. Sa rapidité et sa disponibilité 24 h/24 et 7 j/7 comptent aussi parmi ses atouts. Nous constatons que le cycle est considérablement écourté, notamment durant les périodes de clôture comptables ou financières – traditionnellement sources de stress et d’erreurs. »

Comment voyez-vous l’avenir de l’ARP ?

Deepak Swaroop : « Ces dernières années, l’automatisation robotique des processus (ARP) a commencé à détrôner le travail traditionnel. Elle devient, en effet, une alternative rentable et attrayante. Une étape logique, selon moi. Soutenus par la technologie, les hommes ont longtemps suivi les processus. Nous entrons désormais dans un monde où la technologie, soutenue par les hommes, suit les processus. Ce glissement intéressant nous permet de déléguer une grande partie de nos services à l’ARP. L’apport humain peut toutefois encore faire la différence et représenter une réelle valeur ajoutée dans certaines situations. »

« Avec la mise en place d’Automation Central (AC), nous appuyons maintenant sur l’accélérateur. Nous avons un site en Inde et un aux Philippines. En juin 2017, je composerai une équipe de 500 ingénieurs spécialisés en automatisation et nous miserons résolument sur la technologie et les économies d’échelle. Nous avons définitivement emprunté une nouvelle voie. »

Qui est Deepak Swaroop ?

« Depuis mes bureaux londoniens, je travaille en tant qu’associé chez EY depuis 2002. J’étais auparavant partenaire chez Arthur Andersen & Co. Ces dix dernières années, j’ai développé les offshore shared services d’EY en Inde, en Chine, en Pologne, en Argentine et aux Philippines. Mon role actuel consiste à gérer nos services facilitaires au sein du réseau GDS (Global Delivery Services). GDS emploie 7 000 collaborateurs dans cinq pays et soutient tous les services d’EY à travers le monde. Automation Central repose sur cette base solide. »

…et qu’est-ce qu’Automation Central ?

« L’automatisation et la robotisation – mieux connues sous le concept d’automatisation robotique des processus (ARP) — rythment l’activité de nos sites offshore. Je dirige également depuis peu Automation Central, d’où nos experts numériques soutiennent les départements locaux d’EY dans l’automatisation des processus. Les points d’attention ? Les économies d’échelle, la technologie et la transformation. Automation Central a récemment ouvert des sites en Inde, aux Philippines, aux États-Unis et sur le continent européen. »

Les robots créent des opportunités pour l’homme

Selon Deepak Swaroop, la relation entre le travailleur et le robot s’annonce de bon augure pour l’avenir : « Les robots ne remplacent pas les hommes, mais gomment les imperfections. Le siècle dernier, toutes les formes d’automatisation ont conduit à la création d’emplois et non à leur suppression. La situation actuelle peut certes effrayer parce qu’elle va modifier votre manière de fonctionner, mais l’apparition des machines agricoles n’avait-elle pas elle aussi angoissé la population ? Croyez-moi : les homes gagneront en efficacité. On voit émerger de nouvelles fonctions, qui demandent de nouvelles compétences. Je le constate chez nos jeunes auditeurs, qui voient pour eux un emploi plus riche en défis. Ils sont parfaitement conscients que leur sens de la créativité est irremplaçable. Nous tirons désormais un trait sur le travail fastidieux et répétitif. »