The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Impulse: the latest news and inspirational stories from and for entrepreneurs

>> CFO >> Impulse

Investir dans les marchés internationaux : un rôle clé pour le département Finance

CFO

EY - Investir dans les marchés internationaux : un rôle clé pour le département Finance

Les résultats du baromètre CFO révèlent que le département Finance suit au plus près le phénomène d’internationalisation. Il évalue la pression financière des thèmes actuels dans les entreprises et confirme qu’il n’est pas simple de repousser les frontières. Harmoniser les processus, prendre le train digital en marche et veiller à l’amélioration des performances sont des opérations cruciales.

Ludovic Deprez, EY director au sein du département Financial Accounting Advisory Services, nous éclaire sur la cartographie des risques liés à l’internationalisation. Et le moins que l’on puisse dire est que les défis à relever sont légion.

Contact

EY - Ludovic Deprez

Ludovic Deprez
Director Financial Accounting Advisory Services
+32 (0)2 774 6183
LinkedIn logo

Pas de croissance internationale sans stratégie, pas de stratégie sans Finance

Plus de 90 % des CFO interrogés déclarent être actifs sur le plan international. Un contexte dans lequel l’exportation de produits joue un rôle prépondérant. Le marché interne a en effet tendance à être saturé, les entreprises se tournent dès lors également vers les marchés internationaux.

Dans une entreprise, le département financier joue un rôle de plus en plus important quand il s’agit de mesurer la performance, ce qui implique d’apporter une réponse aux questions clés sur la maîtrise des risques et le return on investment. Sans retour financier, pas de feu vert. Le département Finance joue donc un rôle significatif dans le processus décisionnel, même si la vision et la stratégie d’une entreprise restent les fils conducteurs.

EY - CFO Barometer: L’internalisation augmente-t-elle le degré de priorité de la contribution du département Finance ?

De nombreux défis, du cashpooling à la due diligence

Les entreprises qui s’engagent sur la voie des reprises et qui ont besoin de liquidités pour investir font appel à une structure de cashpooling. Pour assurer une gestion fluide, elles transfèrent l’argent d’entités étrangères sur le compte principal en Belgique. Un compte central unique est en effet plus intéressant pour bénéficier de taux avantageux auprès des banques et libérer des fonds.

L’intégration financière après une acquisition requiert les resources nécessaires afin d’augmenter la valeur des acquisitions. En cas d’allocation insuffisante de personnel et de moyens, les us et coutumes locaux risquent de ne pas être respectés, ce qui peut inciter les collaborateurs à quitter l’entreprise.

Le département Finance joue un rôle significatif dans le processus décisionnel, même si la vision et la stratégie d’une entreprise restent les fils conducteurs.

Il est donc primordial de soutenir les lignes d’activités locales. Le support IT local est-il suffisant ? Comment continuer à respecter la culture de l’entreprise ? Quelle est l’approche clients des travailleurs locaux ? Prendre la peine d’apporter des réponses précises à ces questions permet d’attirer des (nouveaux) clients et de les conserver.

Un audit de due dilligence portant sur les aspects financiers, juridiques et fiscaux clarifie les règles du jeu. Le département Finance est et reste le maillon entre le management et le patrimoine de l’entreprise.

Miser sur l’efficacité rapporte, y compris pour les tâches du personnel

Après la crise financière en 2010, bon nombre d’entreprises ont remis en question leurs revenus et dépenses. Les produits et services ont été évalués. Certains départements ont malheureusement procédé à des licenciements.

Pour l’heure, soit dix ans plus tard, il est question de croissance. Avec à la clé plus d’administration, de support, de régions et pays servis. Ce surcroît de travail peut être exécuté par le même nombre de collaborateurs si l’entreprise mise dûment sur la digitalisation.

En période de croissance, il n’est pas toujours nécessaire de recruter de nouveaux collaborateurs. Les tâches professionnelles peuvent être redistribuées ou remplacées par la Robotics Process Automation (RPA).

La crainte que suscite le terme robotics (des ordinateurs qui reprennent ces processus) est injustifiée. Les RPA sont des tâches standard qui codent le flow intégral. Les gens pensent que du travail disparaît, alors que les nouvelles technologies simplifient les tâches et créent de nouvelles possibilités d’emploi.

Des systèmes IT adaptés et centralisés, avec des big data comme composants clés

65 % des CFO interrogés confirment que l’infrastructure IT évolue avec la croissance de leur entreprise. Force est pourtant de constater que de nombreuses entreprises n’ont pas encore pris le pli de la digitalisation. L’implémentation d’un nouveau système IT induit encore souvent six mois de « travail dans l’ombre », avec l’ancien et le nouveau système fonctionnant en parallèle.

Dans le cadre de la centralisation de services, la comptabilité et le controlling s’en sortent généralement le mieux. Les recrutements et le paiement des salaires se prêtent parfaitement à la centralisation, car ils relèvent d’un même processus. Les taxes, entre autres, sont en revanche définies au niveau local.

EY - CFO Barometer: Quelles nouvelles technologies peuvent contribuer a soutenir la croissance internationale de votre entreprise ?

La visualisation des big data se profile en tant que nouvelle technologie extrêmement précieuse. C’est logique, car chaque entreprise sait qu’elle est assise sur une montagne de données, tant financières qu’opérationnelles.

Mais il est tout aussi important d’exploiter utilement ces données. Une entreprise qui tire les bonnes conclusions du reporting peut recueillir des informations importantes et établir des liens cruciaux.

Le risk management propre à l’internationalisation : une priorité

Le risk management constitue une priorité des CFO qui opèrent à l’international. Cela signifie que les prévisions établies subissent l’influence négative des risques potentiels.

Une entreprise instaurera par exemple des contrôles en vue de bloquer des dépenses budgétaires excessives et ce, tant au niveau local que central. Une manière d’éviter des dépenses qui ne s’inscrivent pas dans le plan global de l’entreprise.

EY - CFO Barometer: Quels sont les principaux risques que le département Finance doit gérer dans le contexte de l’internationalisation ?

Dans le cadre de l’internationalisation, les risques financiers (85 %) figurent eux aussi parmi les principaux risques à surveiller. Le contrôle des dépenses reste essentiel dans tous les départements d’une entreprise.

Bien entendu, il importe également de surveiller les risques de conformité, juridiques ou opérationnels, entre autres. La maîtrise des processus juridiques ou opérationnels permet en effet d’éviter des amendes ou des frais de fonctionnement inutiles.

La croissance internationale implique que tout le monde dans l’entreprise doit rester à l’affût des occasions et défis. Tous les départements peuvent ainsi collaborer à une croissance fructueuse.

On peut donc affirmer que la croissance internationale requiert une solide préparation. Les risques doivent être répertoriés au maximum. De plus, tout le monde dans l’entreprise doit rester à l’affût des occasions et défis. C’est la meilleure garantie de croissance fructueuse à l’étranger.