The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Impulse: the latest news and inspirational stories from and for entrepreneurs

>> Entrepreneurship >> Impulse

De la start-up à la scale-up

Entrepreneurship

EY - De la start-up à la scale-up

Le fait que le trophée jusqu’à présent décerné à ‘l’Entreprise Prometteuse de l’Année®’ soit désormais remis à la ‘scale-up de l’année’ n’est que l’un des nombreux changements susceptibles de faire de 2018 l’année des scale-ups. L’occasion idéale pour demander à deux experts en quoi consistent exactement les scale-ups et surtout, comment encourager leur développement en Belgique ?

EY - Scale-ups: Jurgen Ingels & Stefan Olivier

Située à proximité du siège d’EY à Diegem, la société B-Hive soutient les start-ups actives dans les fintechs et les met en contact avec de grands acteurs du secteur financier.

Nous avons rencontré Stefan Olivier, Markets Leader EY et expert en scale-ups, et Jurgen Ingels, Co-Founder de B-Hive. Il y a quatre ans, Jurgen Ingels a lui-même vendu sa talentueuse start-up fintech Clear2Pay, et investit depuis lors dans des start-ups et entreprises européennes à fort potentiel de croissance via un fonds propre (Smartfin Capital).

Il y a huit ans, il a également créé Start-ups.be. Il est à présent grand temps selon lui de nous intéresser aux scale-ups :« Je suis convaincu à 100 % que ceux qui n’ont que le mot ‘start-up’ à la bouche aujourd’hui ne parleront plus que de scale-ups d’ici trois ans. »

Une multitude de start-ups, mais très peu de scale-ups

Contrairement aux start-ups, le terme ‘scale-up’ est encore relativement méconnu. De manière générale, les scale-ups se définissent comme des entreprises qui réalisent au moins 1 million de chiffre d’affaires.« Ce chiffre doit aujourd’hui être revu à la hausse », précise Jurgen Ingels.« Pour moi, une entreprise en croissance ne devient une scale-up que lorsqu’elle engrange un chiffre d’affaires de 3 millions. »

« La Belgique a vu naître une multitude de start-ups ces dernières années, mais seules 5 % d’entre elles atteignent le statut de scale-ups. Cette croissance soutenue n’est pas encore évidente dans notre pays. Elle requiert en effet non seulement l’ambition de sortir du peloton et de piquer un sprint de croissance, mais aussi de posséder l’énergie nécessaire pour pouvoir réaliser cet exploit », ajoute Stefan Olivier.

Moteur de prospérité

« Je ne pense pas que nous comptions 100 scale-ups en Belgique à l’heure actuelle. Pour l’instant, il faut facilement 15 millions d’euros pour pouvoir prétendre au statut de scale-up.

Or, les fonds disponibles en Belgique sont insuffisants pour pouvoir supporter de tels risques, ce qui entraîne de facto un départ des entreprises vers les États-Unis ou le Royaume-Uni où elles trouvent les fonds nécessaires. La plupart des scale-ups emploient entre 30 et 40 collaborateurs, ce sont des entreprises relativement modestes et faciles à déplacer », selon Jurgen Ingels.

« Ce sont les scale-ups qui constituent les véritables moteurs de la prospérité, pas les start-ups. »
- Stefan Olivier

Stefan Olivier déplore les difficultés rencontrées par les scale-ups en Belgique.« Tant les politiques que la société encensent les start-ups, modèles idéaux d’entrepreneuriat et de valeur ajoutée pour la communauté.

Mais les start-ups ne constituent qu’une base pour les scale-ups. Ce sont ces dernières qui se développent à partir des start-ups, qui forment le véritable levier de création de valeur ajoutée. Elles génèrent bien plus d’emplois, de connaissances, de clients, etc. Ce sont les scale-ups qui constituent le vrai moteur de la prospérité, pas les start-ups. »

Le bien le plus précieux pour les scale-ups

Les difficultés ayant trait au financement n’expliquent pas à elles seules le manque de scale-ups dans notre pays, selon Jurgen Ingels.« Il est très difficile de réussir à vendre une nouvelle technologie aux entreprises belges.

La Suède, par exemple, est très réceptive aux nouvelles technologies. Le temps qu’une entreprise belge convainque les Belges conservateurs de l’utilité de son produit ou ses services, une entreprise suédoise aura déjà réalisé 15 millions de chiffre d’affaires et conquis une large part de marché avec la même idée. A peine lancés, vous accusez déjà un temps de retard. »

« Les entreprises vraiment prometteuses sont celles qui parviennent à comprimer le temps. »
- Jurgen Ingels

Selon Jurgen Ingels, le temps est d’ailleurs le bien le plus précieux pour les scale-ups :« Les entreprises réellement prometteuses ne sont pas celles qui disposent du plus gros budget, du meilleur produit, de l’équipe la plus efficace ou de la plus grosse part de marché, mais bien celles qui parviennent à maîtriser le facteur temps. Dans cet univers digital rapide, il faut en effet pouvoir commercialiser un produit sur-le-champ. »

Un écosystème d’entrepreneurs de la deuxième génération

EY - Scale-ups: Jurgen Ingels

« Comment les scale-ups potentielles peuvent-elles dès lors s’assurer une maîtrise certaine du temps ? » Jurgen Ingels formule la question qui nous brûlait les lèvres et y répond :« En les insérant dans un écosystème d’entrepreneurs de la deuxième génération. Des personnes qui connaissent déjà le chemin.

Je cite un exemple : votre scale-up a urgemment besoin de fonds, mais vous ne savez pas où vous les procurer. Vous cherchez donc en premier lieu du côté des meilleurs venture capitals. Vous frappez à la porte de l’un d’entre eux et êtes accueilli par un junior. Votre idée est bonne, et ce junior vous dirige vers son chef, qui à son tour vous oriente vers quelqu’un d’autre.

Le temps que vous rencontriez le partenaire de ce fonds, plusieurs mois se seront déjà probablement écoulés. Si, en revanche, vous faites partie d’un réseau d’entrepreneurs de la deuxième génération et parvenez à les convaincre d’emblée, ils vous présenteront directement à ce partenaire. »

En quête des meilleures ressources humaines et matérielles

L’équipe avec laquelle vous travaillez constitue une autre condition de succès pour devenir une scale-up, estime Stefan Olivier.« Votre équipe doit offrir à tout moment un niveau maximum de pertinence et de valeur ajoutée. Vous devrez par conséquent chercher de nouveaux talents en permanence. »

« Les Belges aiment l’expression “On ne change pas une équipe qui gagne”. C’est pourtant précisément ce qu’il faut faire. »
- Jurgen Ingels

« Cela va à l’encontre des habitudes belges, évidemment », relève Jurgen Ingels.« Les Belges aiment l’expression “On ne change pas une équipe qui gagne”. C’est pourtant précisément ce qu’il faut faire. Les personnes dont vous avez eu besoin pour lancer votre entreprise ne sont pas celles qui la feront croître.

Nous les Belges, ne remplaçons pas facilement ces personnes qui sont là depuis le tout début. Nous les formons pour relever les nouveaux défis, car “elles sont bonnes après tout”. Une scale-up ne vous laisse pourtant pas le temps pour cette courbe d’apprentissage. Vous devez donc vous défaire de ces personnes et les remplacer par quelqu’un de meilleur. »

« La même règle s’applique d’ailleurs aux systèmes de l’entreprise », poursuit Stefan Olivier.« Vous devez investir dès aujourd’hui dans les systèmes que vous utiliserez demain. Ces systèmes ne constituent peut-être pas votre core business, mais ils sont la base d’une gestion solide de votre entreprise. »

« Cela ne signifie pas non plus que vous devez y passer trop de temps », prévient Jurgen Ingels.« Si 80 % du marché utilise un système donné, pourquoi diable iriez-vous développer quelque chose par vous-même ou consacrer du temps à la recherche d’un autre produit ? Contentez-vous de prendre ce qui est disponible sur le marché et recommandé par votre réseau d’entrepreneurs, et concentrez-vous ensuite sans délai sur votre cœur de métier. »

Nouvelle organisation pour scale-ups

EY - Scale-ups: Stefan Olivier

Pour offrir aux scale-ups de Belgique un soutien vital, Jurgen Ingels a créé l’ASBL Scale-Ups.eu il y a six mois.« À travers Scale-Ups.eu, nous souhaitons réunir des entreprises en croissance et des entrepreneurs expérimentés dans un écosystème, afin de partager des connaissances et du savoir-faire et de permettre de comprimer le temps », explique Jurgen Ingels.

« Nous travaillons aussi avec EY dans cette optique, car la plupart des scale-ups se posent des centaines de questions pratiques auxquelles EY peut répondre instantanément. »

Stefan Olivier :« Nous avons par exemple lancé le programme EYnovation, avec des services spécifiquement dédiés aux start-ups et scale-ups, comme la résolution de problématiques IP, les recrutements à l’étranger, le financement de la croissance, les impositions internationales, etc. D’autre part, nous leur proposons également l’EY Growth Navigator, un produit qui nous permet de réaliser rapidement une évaluation d’une entreprise. Nous nous penchons notamment sur le niveau de solidité des systèmes de support au sein d’une entreprise. Seront-ils à même de supporter sa croissance ?

Premier festival pour les scale-ups

Scale-Ups.eu organise par ailleurs cet hiver le premier festival consacré aux scale-ups : SuperNova.« Une façon de positionner la Belgique sur la carte. Il existe déjà de par le monde d’innombrables festivals dédiés à la digitalisation, mais pratiquement rien en Belgique qui soit consacré aux scale-ups en particulier.

Pendant quatre jours, nous réunirons non seulement les intervenants internationaux les plus talentueux de fédérations de grandes entreprises technologiques, mais nous présenterons aussi le meilleur de ce que la Belgique peut offrir à un public international d’investisseurs potentiels. Enfin, nous souhaitons faire découvrir les innovations technologiques les plus récentes au grand public, afin de susciter davantage d’enthousiasme pour cet univers parmi les Belges. »

La première édition du festival SuperNova aura lieu du 27 au 30 septembre 2018 au MAS d’Anvers. Vous trouverez bientôt plus d’informations sur www.Scale-Ups.eu.