La gestion du cyberrisque dans le nouveau secteur canadien du cannabis

  • Partager

De récents événements de cybersécurité ont souligné les répercussions sur les activités d’exploitation, l’automatisation des processus, la protection des données et la vie privée. Ces incidents ne se limitent pas à un seul secteur, à un seul emplacement géographique, à une seule taille ou à une seule échelle. Il est donc nécessaire de revenir en arrière et de revoir les fondements de questions telles que la gouvernance et l’hygiène. Les cyberattaques sont de plus en plus courantes, sévères et sophistiquées.

Les événements de cybersécurité affectent les résultats financiers, la marque et la réputation des entreprises et se répercutent dans tout notre écosystème. Tous les cadres devraient s’en préoccuper.

Le sondage mondial sur la sécurité de l’information d’EY a révélé comment les cadres canadiens gèrent les cyberrisques aujourd’hui. Certaines des observations sont surprenantes :

  • 16 % des répondants croient que leur conseil d’administration a une connaissance suffisante de la sécurité de l’information pour bien évaluer les cyberrisques.
  • 89 % des répondants disent avoir besoin de financement additionnel pour protéger leur organisation.

L’une des principales caractéristiques du secteur du cannabis et des activités qui l’entourent est l’accès des entreprises à de la propriété intellectuelle en grande quantité, à un grand nombre de travaux de recherche, de données personnelles, de données sur les patients et d’informations financières sensibles, qui font des entités du secteur des cibles particulièrement intéressantes aux cyberattaques. Les violations peuvent perturber les activités d’exploitation et les pirates informatiques peuvent menacer de divulguer des données sensibles, de voler des données, de provoquer des pannes de système ou de bloquer l’accès aux données jusqu’à ce qu’une rançon soit versée. De tels incidents minent la confiance envers toute entreprise et nuisent à sa réputation; pour celles qui représentent un nouveau marché, le risque est encore plus grand.

La question à se poser est la suivante : sur quels aspects les entreprises du secteur du cannabis devraient-elles se concentrer pour gérer efficacement le cyberrisque? Que votre organisation développe des capacités de gestion du cyberrisque en interne ou s’appuie sur un service géré par une tierce partie, nous avons identifié les cinq principaux facteurs de succès pour une organisation du secteur du cannabis qui se veut cyberrésiliente.

 

Télécharger la version imprimable de La gestion du cyberrisque dans le nouveau secteur canadien du cannabis

 

Télécharger la version imprimable de
La gestion du cyberrisque dans le nouveau secteur canadien du cannabis
(3.5 MB).