Perspectives 2017 dans le secteur canadien de l’assurance de dommages

  • Partager

Sommaire

Le secteur canadien de l’assurance de dommages poursuivra son évolution effrénée en 2017, dans un contexte où des facteurs d’ordre économique, politique, technologique, commercial et réglementaire se conjuguent pour transformer profondément les règles du jeu. Ces multiples facteurs perturbateurs continueront d’exercer des pressions sur les assureurs sur les plans de la croissance, de la rentabilité, de la conformité et de la gestion des risques.

Les progrès technologiques ont pour effet d’accroître les attentes des clients à l’égard de l’offre de produits d’assurance novateurs et de modèles d’affaires reposant sur le numérique. La croissance de la demande de solutions technologiques et les menaces provenant de nouveaux acteurs de l’économie numérique inciteront les assureurs à rehausser leurs capacités numériques en 2017. Les sociétés d’assurance de dommages feront de plus en plus appel au numérique pour recruter de nouveaux clients, leur vendre encore plus de produits et services, et améliorer les interfaces entre les agents/courtiers et la clientèle.

L’AssurTech viendra elle aussi brouiller les cartes en 2017, des entreprises en démarrage novatrices ayant adopté une approche orientée client pour combler les lacunes dans l’offre actuelle des produits et services d’assurance. Les assureurs y voient aussi bien une occasion à exploiter qu’une menace. Ils veilleront également à améliorer l’expérience client en ligne, tout en s’appuyant sur les technologies pour fournir des produits et des processus d’assurance simplifiés, améliorés et plus abordables ainsi que de nouveaux modèles d’affaires.

Les progrès technologiques (maison intelligente, économie de partage, voiture sans conducteur, drone, cybersécurité, et produits et services d’assurance reposant sur des technologies à base de capteurs) ont favorisé l’émergence de divers risques inédits qui ne manqueront pas d’avoir une incidence sur le secteur de l’assurance de dommages. Ainsi, la plupart des sociétés d’assurance feront de l’amélioration de leurs capacités d’analyse de données une priorité en 2017, car l’analytique avancée peut les aider à se prémunir contre un bon nombre de ces risques et à répondre aux attentes changeantes de leurs clients.

Malgré de tels progrès technologiques, bon nombre d’assureurs restent aux prises avec des plateformes technologiques désuètes et des activités inefficaces qui nuisent à l’atteinte de leurs objectifs stratégiques, tout en les empêchant de répondre aux besoins évolutifs de leurs clients.

Conjuguées à l’incertitude politique qui prévaut sur de nombreux fronts, la faiblesse et l’instabilité de l’économie mondiale ont des répercussions sur l’économie canadienne, et les assureurs n’y échappent pas. Étant donné la croissance anémique, les faibles taux d’intérêt, l’instabilité dans le secteur de l’énergie et la montée appréhendée du protectionnisme aux États-Unis, les conjonctures économique et politique auront sans nul doute une incidence sur les assureurs en 2017. En outre, les sociétés d’assurance de dommages doivent composer avec de faibles rendements de placement, la stagnation des tarifs et l’augmentation des coûts liés aux sinistres, y compris la hausse du nombre de sinistres liés à la multiplication des catastrophes naturelles. Autant de facteurs qui minent les rendements et justifient la modification des fondements mêmes de la structure de coûts de base, tout en amenant les assureurs à devoir se concentrer sur une croissance rentable et à réaliser des gains d’efficacité.

Comme tout cela s’inscrit dans un cadre réglementaire en transformation, il est clair que, pour bien des assureurs, 2017 sera marquée par de nouveaux changements ainsi que par une réévaluation stratégique des activités de base et des modèles d’affaires. Sur le plan de la réglementation, les changements faisant suite à l’émergence de risques inédits influant sur la protection des consommateurs, le capital, la cybersécurité et l’économie de partage se traduiront par des hausses de coûts pour les assureurs.

Somme toute, 2017 s’annonce comme une année de perturbations et de changements. Les assureurs qui tireront leur épingle du jeu au cours des prochaines années sont ceux qui sauront comprendre à quel point ils seront touchés par les changements dans leur environnement externe et trouver des solutions stratégiques grâce auxquelles ils pourront tirer parti des possibilités offertes sur un marché aussi dynamique.

Incidence des facteurs externes sur le marché canadien de l’assurance de dommages en 2017

(1 = faible incidence, 10 = forte incidence)

 
Technologies

Technologies

Des innovations comme la chaîne de blocs, les technologies numériques, l’AssurTech, l’économie de partage, les drones, l’automatisation des processus par la robotique, les capteurs de mesures et l’analytique ont profondément transformé le secteur de l’assurance. Comme les répercussions peuvent se faire sentir à chacune des étapes de la chaîne de valeur en assurance, les assureurs doivent être au fait des possibilités et menaces découlant de ces innovations. Les progrès technologiques permettent aux assureurs proactifs de réaliser de nouveaux gains d’efficacité dans l’ensemble de leurs activités, de la souscription à l’administration des contrats d’assurance jusqu’à la gestion des sinistres et des risques. De nouvelles technologies intelligentes telles que l’intelligence artificielle, la télématique, la voiture sans conducteur et la chaîne de blocs ne manqueront pas de changer la donne.

 
Incertitude économique et politique

Incertitude économique et politique

Les faibles taux d’intérêt et la stagnation de la croissance au Canada auront pour effet de maintenir les pressions qui s’exercent sur les assureurs, et les politiques économiques de la nouvelle administration fédérale américaine pourraient influer globalement sur l’économie.

 
Attentes de la clientèle

Attentes de la clientèle

L’effet conjugué des changements démographiques, réglementaires et technologiques se traduira par l’augmentation des attentes à l’égard d’une expérience client plus personnalisée et harmonieuse faisant davantage appel au numérique. La simplification des produits et une orientation financière globale deviendront des prérequis, tandis que les assureurs s’efforceront de se doter d’une stratégie véritablement orientée client.

 
Catastrophes

Catastrophes

Les catastrophes d’origine naturelle ou humaine représentent une menace constante pour les sociétés d’assurance de dommages, qui doivent déjà composer avec de faibles rendements de placement, l’incertitude économique et la stagnation des tarifs.

 
Cyberrisques

Cyberrisques

La prolifération des cyberattaques devrait entraîner une forte hausse de la gamme des produits et services d’assurance contre les cyberrisques en 2017. Pour conserver leur position de leader, les assureurs seront eux-mêmes exposés à des pressions visant à les amener à se doter de systèmes de cybersécurité robustes.

 
Main-d’œuvre

Main-d’œuvre

Comme de nombreux professionnels de l’assurance prendront leur retraite au cours des prochaines années, les assureurs devront attirer des membres de la génération Y capables d’en assumer la relève. Pour assurer leur avenir, ils devront recruter des scientifiques des données, des experts en cyberrisques et des professionnels du cybermarketing, entre autres.

Priorités stratégiques de 2017

Pour les sociétés d’assurance de dommages canadiennes, l’effet conjugué des changements sur les plans économique, réglementaire, technologique et commercial s’accompagnera de nouveaux défis stratégiques. De telles forces perturbatrices ont une incidence considérable sur les attentes des clients et stimulent la demande de nouveaux produits et services. Dans un environnement numérique en évolution rapide, la capacité d’adaptation s’avère déterminante. Cet environnement n’est pas sans présenter certains défis dans un secteur traditionnellement lent à adhérer aux innovations. Par ailleurs, les investissements requis pour stimuler l’innovation entrent en concurrence avec la nécessité de réaliser des gains d’efficacité et d’assurer la conformité au cadre réglementaire en expansion.

C’est ainsi que le secteur de l’assurance de dommages est aux prises avec la compression des marges et la baisse des revenus de placement, ce qui complique davantage la prise des décisions de placement. Les assureurs devront donc se tourner vers des technologies favorisant l’optimisation des coûts, libérant ainsi les ressources financières pour procéder à des investissements stratégiques.

Dans le contexte actuel, il est essentiel que des transformations organisationnelles s’opèrent dans le secteur de l’assurance, de façon à ce que celui-ci puisse composer avec les forces inédites auxquelles il fait face.

Feuille de route stratégique orientée vers une croissance rentable :

 

Télécharger la version imprimable de Perspectives 2017 dans le secteur canadien de l’assurance de dommages

 

Télécharger la version imprimable de
Perspectives 2017 dans le secteur canadien de l’assurance de dommages
(1,01 Mo).