Le recul de l’indice Canadian Mining Eye est moins marqué au T1 2015

Des professionnels sont disponibles pour discuter des résultats du secteur des mines et métaux

  • Partager

(Montréal, le 28 mai 2015) L’indice Canadian Mining Eye a reculé de 1 % au cours du T1 de 2015, après une baisse de 12 % au cours du T4 2014. En raison de la léthargie du contexte macroéconomique mondial, la plupart des intervenants se concentrent sur le contrôle des dépenses, puisque la diminution de la teneur en minerai exercera une pression continue sur les coûts.

«Des facteurs comme la fluctuation des prix des produits de base, les bilans de plus en plus lourds et l’arrêt de l’exploration sont autant de défis auxquels les sociétés minières sont confrontées, de dire Zahid Fazal, leader du secteur des mines et métaux d’EY au Québec. Mais les défis donnent également naissance à des possibilités, comme en témoignent les nombreuses sociétés minières qui s’efforcent de rationaliser les stocks, d’optimiser le fonds de roulement, de se départir d’actifs non essentiels et d’accorder davantage la priorité à la gestion de portefeuille.»

L’indice Canadian Mining Eye: Q1 2015 souligne l’avènement des tendances suivantes :

  • Les actions des sociétés productrices de métaux de base ont enregistré des rendements négatifs en raison de la faiblesse de la demande de la part de la Chine.
  • L’indice des prix du minerai de fer a chuté de 28 %, pour s’établir à 51,40 $US, son niveau le plus bas depuis 2005.
  • Les sociétés cherchent à réduire les dépenses en immobilisations, à diminuer les coûts et à raffermir leur bilan si elles veulent survivre dans ce contexte de dégringolade des prix des produits de base.
  • L’écart d'évaluation entre les sociétés qui mettent en valeur les gisements de métaux précieux et celles qui produisent ces métaux a permis d’intensifier l’activité de fusions et acquisitions.
  • L’activité de financement par prise ferme a connu un nouvel essor en janvier, lorsque le prix de l’or était à son sommet.

L’indice Canadian Mining Eye suit la performance du secteur minier canadien des 100 sociétés intermédiaires et juniors canadiennes inscrites à la TSX et à la TSXV avec des capitalisations boursières entre 2,1 milliards de dollars canadiens et 160 millions de dollars canadiens.

L’équipe canadienne du secteur des mines et métaux est disponible pour présenter de l’information sur les constatations du rapport. Pour joindre une porte-parole, ou pour plus d’information, veuillez communiquer avec un membre de notre groupe canadien Relations publiques

- 30 -

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers et les diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

EY est fière de célébrer 150 ans au Canada. Pour plus de renseignements, visitez ey.com/ca. Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/fr.