L’indice Canadian Mining Eye continue à reculer au T4

Des professionnels sont disponibles pour discuter des résultats du secteur des mines et métaux les plus récents

  • Partager

(Montréal, le 23 février 2015) L’indice Canadian Mining Eye a reculé de 12 % au cours du T4 de 2014, après une baisse de 15 % au cours du trimestre précédent. Pourtant, selon EY, avec la diminution des prix du pétrole, les sociétés minières bénéficieront de la baisse des apports et des frais de transport dans un contexte de faiblesse des prix du métal, ce qui les aidera à protéger les marges.

«La faiblesse persistante dans les prix du métal, combinée à une situation macroéconomique mondiale incertaine, a déclenché une nouvelle baisse des prix des marchandises, dit Zahid Fazal, associé de Certification et leader de l’équipe sectorielle des Mines et métaux chez EY au Québec. Mais comme les investisseurs demeurent prudents, les sociétés restent centrées sur l’amélioration de la productivité sur le plan des coûts, de la main-d’œuvre et des investissements.

Dans la foulée des prix du métal qui persistent à être faibles, l’indice Canadian Mining Eye : Q4 2014 souligne l’avènement des tendances suivantes :

  • Les prix de l’or sont censés se stabiliser et tendre à la hausse avec une volatilité accrue en raison de l’achat de valeurs refuges par les investisseurs et les banques centrales.
  • Le secteur des métaux de base fera probablement face à un marché toujours faible. Cela devrait mener à des activités prudentes de fusions et acquisitions.
  • Les grandes sociétés devraient renforcer leurs activités de base, leurs bilans et leurs liquidités par la rationalisation des coûts, la consolidation des actifs essentiels, l’amélioration de l’efficacité opérationnelle et des placements disciplinés.
  • Les entreprises devraient financer le développement de nouveaux projets et des acquisitions attrayantes grâce aux flux de trésorerie d’exploitation et à la cession d’actifs non essentiels plutôt qu’à la dilution des capitaux propres et à une dette coûteuse.

Le rapport d’EY présente aussi une entrevue avec George Paspalas, président et chef de la direction, MAG Silver, où il discute de son point de vue sur le secteur.

L’indice Canadian Mining Eye suit la performance du secteur minier canadien des 100 sociétés intermédiaires et juniors canadiennes inscrites à la TSX et à la TSXV avec des capitalisations boursières entre 2,1 milliards de dollars canadiens et 160 millions de dollars canadiens.

L’équipe canadienne du secteur des mines et métaux est disponible pour présenter de l’information sur les constatations du rapport. Pour joindre une porte-parole, ou pour plus d’information, veuillez communiquer avec un membre de notre groupe canadien Relations publiques.

– 30 –

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers et les diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

EY est fière de célébrer 150 ans au Canada. Pour en savoir davantage, visitez le site ey.com/ca/fr. Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr.