Le Canada accuse du retard par rapport à d’autres pays pour ce qui est de son état de préparation au système bancaire ouvert, selon un rapport d’EY Canada

Le Canada se classe au huitième rang sur dix pays, au chapitre de l’innovation, de la confiance, de l’adoption et de la réglementation

  • Partager
  • Le Royaume-Uni, la Chine et les États-Unis sont mieux préparés que le Canada au système bancaire ouvert.
  • Les questions de cybersécurité et de protection des données sont au premier rang des préoccupations des Canadiens.
  • Les banques peuvent contribuer à accélérer l’adoption du système bancaire ouvert par la conscientisation des consommateurs.

(Montréal, le 5 février 2019) L’Open Banking Opportunity Index d’EY révèle que le Canada est à la traîne à l’échelle mondiale quant à sa capacité de prospérer dans un environnement bancaire ouvert, et se place au huitième rang après le Royaume-Uni, la Chine et les États-Unis.

«Le système bancaire ouvert se développe sûrement, mais lentement, au Canada, affirme Anthony Rjeily, leader du numérique, Services financiers d’EY Canada. Il permet aux consommateurs de communiquer leurs données à des fournisseurs tiers et d’avoir facilement accès à une plus grande variété de services financiers. Si les avantages pour les clients sont énormes, les possibilités pour les banques le sont encore plus. Certaines investissent déjà dans ce domaine, mais de nombreuses autres doivent commencer à réfléchir à la façon d’en tirer le meilleur parti.»

Dans le classement de l’indice, qui présente une évaluation du rendement des pays d’après quatre piliers généraux, le Canada figure au cinquième rang sur le plan de l’innovation, grâce à un secteur des FinTech florissant, aux placements privés et à l’appui du gouvernement aux entreprises en démarrage, mais perd du terrain en ce qui concerne la confiance des consommateurs (huitième rang), la possibilité d’adoption (dixième rang) et le contexte réglementaire (dixième rang).

«Le système bancaire ouvert ne pourra être implanté que si les clients sont sûrs que leurs données sont en sécurité, et il faudra encore rassurer de nombreux Canadiens au sujet de la transmission de leurs renseignements en ligne, ajoute Anthony Rjeily. Cela est particulièrement vrai pour la génération des aînés, la génération Y étant plus habituée au concept.» 

Une évaluation de la confiance en ligne sur les médias sociaux, blogues et forums révèle que 31 % des consommateurs sont favorables au système bancaire ouvert, contre seulement 9 % qui n’y sont pas. Les préoccupations liées à la cybersécurité et à la protection des données sont évoquées dans respectivement 41 % et 15 % de toutes les réponses négatives.

La confiance des consommateurs est partiellement responsable de la lenteur de l’adoption. Seulement 18 % des adeptes du numérique au Canada utilisent au moins deux services de FinTech, et seuls 44 % des utilisateurs de téléphones intelligents ont adopté les services bancaires mobiles.

«La mise en place d’un contexte réglementaire adéquat pour gérer les renseignements personnels des clients et le concept de consentement est l’un des éléments clés pour accélérer l’adoption du système bancaire ouvert – et c’est ce sur quoi travaille à l’heure actuelle le Comité consultatif sur un système bancaire ouvert du Canada, précise Anthony Rjeily. Toutefois, la réglementation n’est pas un prérequis pour un système bancaire ouvert sain. Les banquiers peuvent réaliser des progrès notables en coordonnant des initiatives internes, en ouvrant leurs plateformes aux innovateurs et en faisant proactivement la promotion numérique auprès des consommateurs.»

Consultez les points saillants canadiens de l’Open Banking Opportunity Index d’EY. 

– 30 –

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Depuis plus de 150 ans au Canada, nous offrons les points de vue et les services de qualité qui contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers ici et dans diverses économies du monde entier. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr ou suivez-nous sur Twitter : @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst &Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr.