Principaux risques auxquels font face les entreprises de télécommunications canadiennes : rapport d’EY

Les entreprises de télécoms doivent gérer la banalisation de la connectivité et le manque de confiance, entre autres risques

  • Partager

(Montréal, le 4 juin 2019) La façon dont le secteur canadien des télécommunications gère les nouveaux risques – comme l’accroissement de l’offre de connectivité, l’érosion de la confiance organisationnelle et la transition au numérique en interne – aidera à équilibrer les besoins à court et à long terme des entreprises face à la pression inévitable exercée par la nécessité de changement, selon un nouveau rapport d’EY.

Le rapport Les principaux risques dans le secteur des télécommunications en 2019 Canada explique qu’en raison de l’évolution des exigences des clients, des outils numériques et des pressions sur les coûts, les entreprises de télécoms n’ont d’autre choix que de réinventer leurs services, leurs modèles d’affaires et leurs activités pour améliorer leurs sources de revenus et leur prix de base.

«Même si les revenus sectoriels au Canada devraient croître plus rapidement que dans le reste du monde, les entreprises de télécoms ne peuvent plus continuer comme si de rien n’était, a déclaré Francis Guimond, leader du secteur des technologies, médias et divertissement  d’EY pour le Québec. Comprendre et atténuer les nouveaux risques, alors que les entreprises de télécoms se transforment en entreprises numériques plus souples et adaptables aux besoins particuliers de leurs clients, sera essentiel pour devancer les concurrents qui sont de plus en plus nombreux.»

La liste qui suit – établie par les leaders d’EY – présente les principaux risques auxquels font face les entreprises de télécoms canadiennes :

  1. Banalisation de la connectivité en raison de l’inefficacité de la stratégie de croissance et de diversification.
  2. Érosion de la confiance organisationnelle en raison de la sous-estimation des changements en matière de confidentialité et de sécurité.
  3. Déploiement d’initiatives numériques internes compte tenu des obstacles que représentent les systèmes de TI existants et les compétences de la main-d’œuvre.
  4. Caractère inadéquat de la souplesse organisationnelle exacerbé par le manque de travailleurs compétents.
  5. Incapacité à alléger le fardeau des dépenses en immobilisations tout en dégageant un rendement du capital investi dans l’infrastructure.

Les recherches montrent que, si 51 % des entreprises de télécoms estiment que les lacunes au chapitre des compétences numériques sont l’un des principaux obstacles à la transformation, seulement 3 % d’entre elles considèrent que le perfectionnement et la rétention de la main-d’œuvre sont une priorité stratégique absolue, ce qui met en lumière la nécessité de se concentrer sur les questions de main-d’œuvre interne.

Sur le plan des dépenses en immobilisations, le déploiement du réseau 5G devrait faire passer l’intensité du capital à 21 % d’ici 2023 à l’échelle mondiale, un des facteurs ayant une incidence sur le rendement du capital investi dans l’infrastructure.

«Les exigences des consommateurs, qui veulent avoir accès à des services de meilleure qualité et plus rapides et à plus de confidentialité et de sécurité seront satisfaites par les entreprises de télécoms  en investissant dans de nouvelles technologies et en changeant la culture de l’entreprise», déclare M. Guimond. Toutefois, l’intégration de nouveaux outils numériques dans les systèmes désuets existants doit être réalisée de façon rentable, ce qui n’est pas un problème facile à résoudre. La première étape pour les entreprises de télécoms canadiennes consiste à définir clairement leurs principaux risques et la manière dont elles ont l’intention de les gérer pour assurer le succès durable de leurs activités.» 

– 30 –

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Depuis plus de 150 ans au Canada, nous offrons les points de vue et les services de qualité qui contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers ici et dans diverses économies du monde entier. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr ou suivez-nous sur Twitter : @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst &Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr.