Bonne situation commerciale des PME, mais la crise de l’euro suscite une forte inquiétude

  • Partagez

Les PME suisses se montrent robustes face au marasme conjoncturel d’ampleur mondiale et à la crise de la dette souveraine qui sévit en Europe. 92 pour cent des entreprises évaluent positivement la situation commerciale actuelle, deux PME sur trois font même part d’une satisfaction sans réserve. La crise du franc semble donc pour le moment avoir été bien maîtrisée.

GENÈVE, LE 24 JANVIER 2012 – La situation commerciale des PME en Suisse s’est nettement améliorée. Le moral n’est pas au beau fixe pour autant, comme en témoignent les résultats du « Baromètre des PME 2012 » d’EY. Ainsi, 37 pour cent des entreprises s’attendent à une détérioration de la situation économique en Suisse alors qu’elles ne sont que 18 pour cent à tabler sur une reprise. Et même plus d’une PME sondée sur deux prévoit un ralentissement de la conjoncture mondiale. Trois PME sondées sur quatre estiment, en outre, que la crise de l’euro empirera encore dans les mois à venir. Les entreprises ont pour principales inquiétudes la crise de la dette en Europe et la pénurie de personnel qualifié.

Prévisions commerciales optimistes pour l’essentiel
Dans l’ensemble, les perspectives commerciales des PME suisses demeurent positives : 28 pour cent s’attendent à une amélioration de leur propre situation commerciale dans les six prochains mois et 13 pour cent prévoient une dégradation. « Les PME suisses sont actuellement bien positionnées. La situation commerciale et en matière de commandes est très satisfaisante », déclare Alessandro Miolo, Partner, Responsable de la région Suisse alémanique chez EY. Le contexte de 2011 a été tout sauf favorable. On pointera notamment la crise de la dette en Europe ainsi que la fermeté du franc dont les répercussions ont fortement pesé sur la situation. La plupart des PME ont malgré tout dressé un bilan globalement positif de l’année 2011. « Grâce à leur position exceptionnelle sur le marché international et à la forte demande domestique, les entreprises ont pu, jusqu’à présent, faire face à des conditions-cadres particulièrement difficiles. »

Pour 2012, le scepticisme s’invite toutefois au sein des PME : « Toutes les perspectives pour 2012 comportent une part importante d’incertitude. La crise de la dette européenne est une épée de Damoclès suspendue au-dessus de l’économie », affirme Pierre-Alain Cardinaux, Partner, Responsable de la région Suisse romande chez EY. « Elle freine la propension à l’investissement et pèse sur la croissance. » En revanche, si la crise de la dette devait s’amplifier, les conséquences seraient considérables. Et Pierre-Alain Cardinaux de souligner : « Une intensification de la crise de la dette entraînerait un effondrement de la conjoncture que les PME suisses ressentiraient également nettement. »

Les investissements et l’emploi devraient continuer à progresser
Pour le moment, les indicateurs des PME suisses pointent toutefois encore vers la croissance : 19 pour cent des PME souhaitent accroître leur budget destiné aux investissements, alors que 9 pour cent seulement prévoient de le réduire. Quant aux autres entreprises, elles souhaitent maintenir leur niveau d’investissement constant. Durant le semestre précédent, la propension à l’investissement était toutefois encore bien plus perceptible. La situation est comparable en termes d’emploi : 15 pour cent des PME souhaitent engager du personnel supplémentaire alors que 9 pour cent d’entre elles prévoient de réduire leurs effectifs. « En fin de compte, nonobstant de sombres perspectives, l’on peut s’attendre à une nouvelle croissance légère du nombre d’employés au sein des PME suisses », affirme Alessandro Miolo au sujet du résultat du sondage.

Inquiétudes relatives à la dette publique en Europe
Les PME suisses observent avec beaucoup de scepticisme les efforts entrepris par les pays de la zone euro afin de dégager une solution à la crise de la dette souveraine qui frappe l’Europe : moins d’un sondé sur quatre (23 pour cent) pense que l’extension du Fonds de secours de l’euro a permis de résoudre les principaux problèmes dans un premier temps. Trois managers sur quatre craignent que le pire de la crise de la dette soit encore à venir. Enfin, près d’un manager sur deux (46 pour cent) estime que la Suisse sera amenée à devoir contribuer de manière considérable à la dette d’autres pays de la zone euro.

A propos de l’étude
Le « Baromètre des PME » est une étude semestrielle réalisée par EY, reposant sur un sondage effectué auprès de 700 petites et moyennes entreprises (PME) en Suisse. L’enquête téléphonique a été réalisée en janvier 2012 par un institut de sondage indépendant (Valid Research, Bielefeld) pour le compte d’EY. L’étude peut être téléchargée sur www.ey.com/ch.

 

Bref portrait d'EY
EY est l’un des leaders mondiaux dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, des transactions et du conseil. Nos 152’000 collaborateurs, répartis dans le monde entier, partagent les mêmes valeurs et un engagement inébranlable en faveur de la qualité. C’est en aidant nos collaborateurs, nos clients et les communautés auxquelles nous appartenons à donner le meilleur d’eux-mêmes que nous faisons la différence. En Suisse, EY SA est l’une des premières sociétés d’audit et de conseil. Avec ses 2’000 collaborateurs répartis sur 10 sites, elle propose également des services dans les domaines de la fiscalité et du droit ainsi qu’en matière de transactions et de comptabilité. Pour de plus amples informations, rendez-vous sur notre site Internet www.ey.com/ch

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited (EYG), chacune d’entre elles étant une entité juridique séparée. EYG, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients.