4 minute read 16 Sep 2020
La rentrée du Private Equity

La rentrée du Private Equity

Authors
Laurent Capolaghi

EY Luxembourg Partner, Private Equity Leader

Entrepreneur, passionate and keen to assist our clients navigating the changing landscape of Private Equity.

Marie-Laure Mounguia

EY Luxembourg Private Equity and Private Debt Partner

Extensive experience in Private Equity and Private Debt. CFA charter-holder and Réviseur d’Entreprises. Co-chair of the LPEA Private Debt Technical Committee. Practicing yoga and hiking.

4 minute read 16 Sep 2020
Related topics Private equity

Avec plus de 750 milliards de dollars à investir*, le Private Equity semble hors d’atteinte alors qu’un ralentissement économique devient inévitable.

E
n effet, selon les dernières estimations de la Commission européenne, l’activité économique de l’Union européenne devrait ralentir de 8.3%** d’ici la fin de l’année 2020 avant de retrouver le chemin de la croissance en 2021. L'impact du covid-19 sur le monde du capital-investissement a toutefois fait écho à ce qui s’observe dans les entreprises de tous les secteurs. Adaptation continue des lieux de travail aux règles sanitaires, généralisation du télétravail, digitalisation des contacts avec les investisseurs mais aussi gestion de la trésorerie et plan de continuité des affaires en périodes successives de confinement sont désormais la norme. Le Private Equity comme le reste du monde vit une rentrée historique. Mais si les circonstances sont sans précédent, certaines tendances de fonds se dessinent déjà. Les chiffres du premier semestre sont prometteurs et laissent présager une certaine résilience de l’industrie qui continue de miser sur le long terme, en donnant une portée extra-financière à ses investissements. 

Un premier semestre prometteur

Malgré la pandémie, les levées de fonds ont chuté de seulement 10% au premier semestre 2020 en comparaison avec l’année précédente. La région France et Bénélux fait preuve de résistance. Elle a commencé l’année avec 4,5 milliards d’euros levés et devrait la clôturer à 11 milliards d’euros selon les estimations de Pitchbook***. Les levées profitent principalement aux très grands fonds qui attirent les capitaux d’investisseurs quasiment insatiables tels que les sociétés d’assurance et les fonds de pension. Le contexte actuel est moins favorable aux nouveaux entrants, les investisseurs ayant tendance à se réorienter vers des gestionnaires expérimentés qui se sont déjà fait un nom sur le marché. Au cours des dernières années, la région France et Bénélux a également su fonder des bases solides pour le développement du Venture Capital. Ainsi les levées de fonds se sont maintenues à un niveau élevé malgré les défis des confinements. La fin de l’année risque d’être plus difficile à négocier mais dans l’ensemble, la confiance des investisseurs dans le Private Equity reste inchangée, la majorité d’entre eux n’envisageant pas de modifier leur exposition à la classe d’actif.

Protéger les capitaux et miser sur le long terme

Alors que l'économie tente de se redresser, les gouvernements et les entreprises évaluent les conséquences long terme de la pandémie. Allouer efficacement les capitaux, qu’ils s’agissent de ceux du contribuable ou de l’investisseur privé, est primordial. Dans ce contexte, le Fonds européen d’investissement (FEI) a récemment annoncé avoir débloqué 100 millions d’euros afin de soutenir les acteurs du Venture Capital et les sociétés innovantes impactés par la crise du coronavirus. Ce faisant, le FEI envoie un signal fort aux économies en considérant les gestionnaires de Venture Capital comme des intermédiaires financiers fiables capables de faire la différence dans la relance économique. En effet, l’objectif du FEI est clair. Il s’agit d’apporter des liquidités au tissu de petites et moyennes entreprises européennes qui forme le ciment de l’économie réelle, afin de créer de l’emploi durable et de favoriser l’innovation. Les fonds de Venture Capital sont parmi les mieux armés pour détecter les opportunités qui prospèreront dans ce monde changé.

Donner une portée sociale à l’investissement

Soutenir la croissance économique n’est pas suffisant. Il est également temps pour l'industrie de redéfinir ce à quoi ressemble le succès. Il est maintenant plus important que jamais d’articuler la valeur non financière créée au cours d’un investissement en termes d’impacts humains et environnementaux. Sans être naïf, l’investisseur se doit d’être bienveillant, voire exemplaire, lorsqu’il s’agit d’évaluer l’empreinte climatique et l’impact social de ses capitaux. De plus en plus, les gestionnaires de fonds recherchent des infrastructures qui peuvent les aider à identifier, suivre, mesurer et rendre compte d'un large éventail d'externalités. Être en mesure de démontrer les mesures prises à ce jour, ainsi que la voie à suivre pour imaginer comment une entreprise peut aider à relever les défis mondiaux et à répondre aux besoins de la société, peut les aider à réfléchir plus largement aux opportunités de création de valeur. La pandémie a particulièrement éprouvé les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise (ESG) en montrant l’importance d’une coordination publique et internationale de la santé, en affichant des images de villes moins polluées quand les habitants travaillent de chez eux, et en ciblant de manière disproportionnée les minorités par des licenciements généralisés. Cet ensemble de conséquences collatérales inattendues tendent à redéfinir les contours de l’investissement responsable en adoptant une vision large de la notion de succès.

* EY PE Pulse August 2020
** EIF Working Paper 2020/64
*** Pitchbook 2020 France & Benelux Private Capital Report

Summary

L'industrie du Private Equity reconnaît qu'elle est au milieu d'un changement capital. La pandémie de covid-19 n'est pas un défi mineur, mais c’est une occasion exceptionnelle pour le modèle du Private Equity de se démarquer en tant que moteur d’une croissance durable.

About this article

Authors
Laurent Capolaghi

EY Luxembourg Partner, Private Equity Leader

Entrepreneur, passionate and keen to assist our clients navigating the changing landscape of Private Equity.

Marie-Laure Mounguia

EY Luxembourg Private Equity and Private Debt Partner

Extensive experience in Private Equity and Private Debt. CFA charter-holder and Réviseur d’Entreprises. Co-chair of the LPEA Private Debt Technical Committee. Practicing yoga and hiking.

Related topics Private equity