3 minute read 15 Oct 2020
Le Private Equity face aux géants du Web

Le Private Equity face aux géants du Web

Authors
Laurent Capolaghi

EY Luxembourg Partner, Private Equity Leader

Entrepreneur, passionate and keen to assist our clients navigating the changing landscape of Private Equity.

Marie-Laure Mounguia

EY Luxembourg Private Equity and Private Debt Partner

Extensive experience in Private Equity and Private Debt. CFA charter-holder and Réviseur d’Entreprises. Co-chair of the LPEA Private Debt Technical Committee. Practicing yoga and hiking.

3 minute read 15 Oct 2020
Related topics Private equity

Le 6 octobre 2020, le président américain Donald Trump retirait son masque, triomphant à sa sortie de l’hôpital bien que toujours infecté par le coronavirus. L’économie américaine, et avec elle l’industrie du Private Equity, n’ont pas pour autant pris des allures de vainqueurs. 

L
es résultats du troisième trimestre 2020 montrent un Private Equity américain qui subit de plein fouet les conséquences économiques de la pandémie. Les transactions axées sur le numérique font toutefois de la résistance avec un volume relativement stable et des évaluations boostées par la nouvelle normalité qu’imposent les mesures sanitaires. Il n’est pas surprenant que dans le pays qui a vu naître les géants de l’internet, ce soit encore le numérique qui tire les évaluations vers le haut. Le lien n’est pourtant pas sans ambiguïté. L’émulation est menacée par l’appétit monopolistique de ces géants qui ne laissent pas toujours de place aux « success stories » entrepreneuriales dont raffolent les fonds de Private Equity.

Des résultats mitigés au troisième trimestre 

Le Private Equity américain semble fonctionner au ralenti en cette fin d’année 2020. Le nombre et le montant des transactions au troisième trimestre ont diminué de respectivement 16%* et 21%* comparés à la même période l’année dernière. Mais la tendance pourrait se renverser aux trimestres suivants. Les annonces de transactions à venir se sont multipliées. Le marché de la dette privée contribue à maintenir le cap. Les injections de liquidités de la réserve fédérale maintiennent les taux d’intérêt bas et poussent encore davantage les investisseurs à chercher du rendement dans les fonds de dette. Par ailleurs, le ministère américain de la justice a revu ses lignes directrices en matière de fusions-acquisitions en reconnaissant les maisons de Private Equity comme des acteurs pouvant contribuer à sa politique anti-trust. En effet, les fonds de Private Equity ont souvent l’expertise et les capitaux nécessaires au rachat d’actifs, se trouvant en position monopolistique et devant être désinvestis suite à des fusions de groupes. Enfin, la perspective des élections présidentielles apporte son lot d’incertitudes sur la stabilité fiscale, ce qui pourrait créer un peu de remous sur la place financière. 

Le numérique, un enjeu d’investissement majeur

Alors que les résultats de l’investissement non coté sont en demi-teinte, un secteur se démarque : celui du numérique. Bien que certains changements soient plus susceptibles de durer que d'autres, les profonds bouleversements provoqués par la pandémie ont mis les entreprises sous pression pour faire du numérique une priorité absolue. Déjà entamée avant la crise sanitaire, cette transformation est devenue une composante essentielle du programme de création de valeur des maisons de Private Equity. La pandémie profite particulièrement aux entreprises s’étant positionnées sur la digitalisation des espaces privées type « smart home » et des petits commerces. Pitchbook prévoit une croissance de près de 17%** de ce secteur d’ici 2023. Mais d’autres sous-secteurs d’investissement tels que la digitalisation de la santé et la cybersécurité sont aussi prometteurs. Les technologies apportent de nouvelles opportunités de rendement qui n’intéressent pas seulement les fonds spécialisés dans ce domaine. Les grands noms du Web et des télécommunications ont bien compris l’enjeu et pourraient éclipser les start-ups qui se lancent sur cette chasse gardée.  

Opportunités et menaces aux pieds des géants de l’internet 

Avec des capitalisations boursières qui dépassent le PIB de la plupart des pays européens, les géants de l’internet ont une force de frappe indéniable lorsqu’il s’agit des avancées technologiques. Ils allouent d’importants capitaux à la recherche et au développement, ce qui en fait des partenaires indispensables à l’innovation. Mais dans le même temps, ils érigent d’importantes barrières pour de potentiels nouveaux entrants. Ils sont aussi extrêmement présents sur le marché des transactions. Selon le rapport du Congrès américain sur les positions monopolistiques de ces géants, ces derniers sont à l’origine de plusieurs milliers d’opérations de rachats de start-ups réalisées dans le seul but de tuer dans l’œuf toute concurrence. Sur le court terme, les géants du Web représentent bien souvent une solution de sortie pour les fonds de Private Equity investissant dans le numérique et font parfois partie des premiers partenaires financiers des fonds de Venture Capital. Sur le long terme, toutefois, ils pourraient finir par tuer la poule aux œufs d’or en éliminant systématiquement toute concurrence. Ainsi l’Amérique libérale à la fois championne de l’innovation numérique et terreau privilégié du Venture Capital pourrait bien avoir besoin d’un renforcement de sa politique anti-trust pour préserver ses atouts.

Laurent Capolaghi
Partner, Private Equity Leader, EY Luxembourg

Marie-Laure Mounguia
Senior Manager, Private Equity, EY Luxembourg 

* Pitchbook Q3 2020 US PE Breakdown
** Pitchbook H1 2020 Internet of Things
*** EY article “How private equity can define a business strategy for a digital world” 2 October 2020

Summary

Après des années d’embellie, la crise sanitaire jette une ombre sur les résultats du Private Equity américain. Dans cet environnement changeant, l’investissement dans le numérique semble être le nouvel eldorado. Mais dans ce domaine, les géants du Web sont incontournables. Leur main mise sur le marché du digital en font à la fois des partenaires privilégiés et une menace pour l’entrepreneuriat et l’innovation. 

About this article

Authors
Laurent Capolaghi

EY Luxembourg Partner, Private Equity Leader

Entrepreneur, passionate and keen to assist our clients navigating the changing landscape of Private Equity.

Marie-Laure Mounguia

EY Luxembourg Private Equity and Private Debt Partner

Extensive experience in Private Equity and Private Debt. CFA charter-holder and Réviseur d’Entreprises. Co-chair of the LPEA Private Debt Technical Committee. Practicing yoga and hiking.

Related topics Private equity