Observatoire des politiques publiques

Sondage exclusif : les Français sont de plus en plus convaincus par l’intercommunalité

  • Partagez

Plus de 6 personnes interrogées sur 10 se disent favorables à la montée en puissance des regroupements de communes, tandis qu’une sur 2 acte la perte d’influence et de pouvoir de l’échelon communal, selon un sondage Ifop pour Acteurs publics et EY. Les métropoles suscitent toutefois quelques craintes.

Dix jours avant le congrès des maires de France et quelques mois après l’entrée en vigueur des différentes lois qui ont bouleversé l’organisation territoriale, Acteurs publics et EY ont souhaité s’intéresser à l’essor des structures intercommunales et cerner les représentations que s’en fait la population. Le sondage réalisé par l’Ifop dans cette perspective montre que les Français accueillent d’un œil plutôt bienveillant le changement initié par ces groupements de communes, mais commencent déjà à identifier ­certains effets négatifs qu’il convient d’appréhender.

Bien qu’ils concurrencent mécaniquement d’autres échelons de territoires comme les communes ou les départements, auxquels les Français ont démontré leur attachement, ces derniers portent un regard positif sur les groupements de communes ou intercommunalités. À l’heure où la couverture du territoire par les intercommunalités est achevée, 61 % des personnes interrogées déclarent être favorables à ce que leur commune se joigne à d’autres et transfère ses compétences à une “suprastructure”, tandis que 39 % s’y montrent opposées.

EY - Sondage exclusif : les Français sont de plus en plus convaincus par l’intercommunalité

Davantage de moyens

L’adhésion à l’appartenance de sa commune à une intercommunalité plus grande est même majoritaire quelle que soit la taille de l’unité urbaine de résidence : 59 % des habitants des communes rurales y sont favorables, contre 62 % des personnes résidant dans des agglomérations de 100 000 habitants et plus ou 61 % de celles de l’agglomération parisienne, pourtant moins fragilisées par le manque de moyens municipaux.

Les Français constatent dès lors une perte d’influence et de pouvoir de leur commune. Une courte majorité d’entre eux (52 %) l’évoquent, tandis que 34 % parlent plutôt d’une influence et d’un pouvoir comparables. À une nette majorité (60 %), ils vont même jusqu’à pronostiquer une disparition prochaine des communes, avec lesquelles ils ont pourtant développé un lien fort, s’accommodant des bénéfices qu’ils pourraient en retirer.

EY - Sondage exclusif : les Français sont de plus en plus convaincus par l’intercommunalité

Près de deux tiers des personnes interrogées déclarent notamment que la montée en puissance des groupements de communes ou intercommunalités signifie davantage de moyens (68 %) ou une meilleure utilisation de ces moyens (64 %) à l’échelle de la structure intercommunale. Notons toutefois que la plus grande professionnalisation des compétences, bien que perçue de manière majoritaire (59 %), est la conséquence qui suscite le moins d’adhésion.

Métropoles : quelques effets pervers

Les personnes interrogées pointent toutefois certains effets pervers du développement des intercommunalités et encouragent à ne pas oublier les territoires périphériques et ruraux. Alors que les pouvoirs publics y ont accordé beaucoup d’importance ces dernières années, comme en témoigne le projet de développement de la métropole du Grand Paris, les métropoles en particulier suscitent des inquiétudes parmi les Français.

EY - Sondage exclusif : les Français sont de plus en plus convaincus par l’intercommunalité

Encouragées par les différents pouvoirs à se mettre en place à l’échelle nationale, les métropoles sont des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créés par la loi de réforme des collectivités territoriales de 2010, et dont les pouvoirs ont été renforcés par loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (Maptam). Il s’agit de la forme la plus intégrée d’intercommunalité et il en existera 19 en France au 1er janvier 2018.

Les personnes interrogées projettent et relient aux métropoles les difficultés rencontrées par les territoires ruraux notamment, et attendent une intervention publique pour les pallier. Ainsi, 88 % d’entre elles déclarent que les métropoles devraient être davantage solidaires financièrement des villes moyennes et des territoires ruraux, tandis que 77 % considèrent qu’elles concentrent la richesse et assèchent les territoires périphériques et les zones rurales alentour.

EY - Sondage exclusif : les Français sont de plus en plus convaincus par l’intercommunalité

Dans ce contexte, 83 % attendent une intervention de l’État pour “corriger” cette situation et réduire les inégalités entre les métropoles et les autres niveaux de collectivités. Enfin, il est à noter que le fait que les richesses, l’innovation et les emplois attirés par les métropoles soient bénéfiques pour les territoires alentour est souligné par 63 % des Français. Mais il s’agit toutefois du registre sur lequel ils sont le plus partagés.

Esteban Pratviel, chef de groupe au département “Opinion et stratégies d’entreprises” de l’Ifop

Sondage Acteurs publics/Ernst & Young réalisé par l’Ifop pour l’Observatoire des politiques publiques auprès d’un échantillon de 1 006 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI – Computer Assisted Web Interviewing) du 13 au 16 octobre 2017.