Observatoire des politiques publiques

Sondage exclusif : une majorité de Français ne sait pas en quoi consistent les fonds européens

  • Partagez

53 % des personnes interrogées estiment que les fonds européens permettent de réduire les inégalités entre régions européennes.

Les personnes interrogées par l’Ifop pour Acteurs publics et EY souhaitent que les fonds européens financent en priorité l’emploi, la sécurité et la transition énergétique. Pour près de 60 % des Français, ces transferts financiers permettent de rendre l’Europe plus concrète.

Mieux mobiliser les fonds européens pour augmenter la valeur ajoutée de l’UE

Marie Brunagel, executive director EY « secteur public »

Les Français ont depuis plusieurs années un rapport ambivalent avec l’Union européenne (UE), entre attachement à l’appartenance de son pays à l’UE et scepticisme à l’égard de son fonctionnement et de son action. Cette ambivalence semble liée à un manque de visibilité sur les actions de l’Europe. Les fonds européens sont un axe fort de la politique de l’Union, pourtant peu visible ou méconnu du grand public. Consistant en l’octroi de crédits alloués aux États membres pour le financement de projets régionaux, ils visent trois objectifs principaux : la réduction des écarts de richesse et de développement entre les régions européennes, l’accompagnement et l’harmonisation des mutations de l’espace rural et le développement de la pêche et de l’aquaculture tout en préservant la ressource et la biodiversité marines.

EY - Sondage exclusif : une majorité de Français ne sait pas en quoi consistent les fonds européens

Le sondage Ifop pour Acteurs publics et EY s’est justement focalisé sur la question des fonds européens. Il en ressort une profonde méconnaissance de ces dispositifs d’action européenne et le souhait qu’ils soient consacrés en priorité à l’emploi et à la lutte contre le chômage. Trois quarts des Français ont entendu parler des fonds européens, mais seul un quart sait de quoi il s’agit.

Réduction des inégalités entre régions européennes

L’analyse des résultats du sondage met en évidence une méconnaissance des moyens alloués par l’Union européenne pour le financement de projets concrets. De manière plus détaillée, seules 25 % des personnes interrogées savent vraiment en quoi les fonds européens consistent, tandis que 51 % en ont entendu parler mais ne savent pas vraiment de quoi il s’agit. Enfin, 24 % n’ont jamais soupçonné leur existence.

EY - Sondage exclusif : une majorité de Français ne sait pas en quoi consistent les fonds européens

De fortes disparités apparaissent cependant. La question fait en effet l’objet d’un important clivage socioculturel qui fragmente la population française. Les cadres et professions intellectuelles supérieures (34 % de réponses « oui, et vous savez de quoi il s’agit ») et les retraités (32 %) savent plus précisément ce à quoi renvoient les fonds européens que les employés (16 %) et les ouvriers (14 %), tandis que les sympathisants du Parti socialiste (34 %) et de La République en marche (34 %) en sont plus familiers que les partisans du Front national (22 %).

La réduction des inégalités entre les régions est reconnue par un Français sur deux comme l’une des visées des fonds européens. Au-delà de l’indicateur de notoriété, les finalités des fonds européens sont peu identifiées par les Français. Pour près de 60 % d’entre eux, l’allocation de financements européens aux pays membres permet de rendre l’Union européenne plus concrète (58 %) – ce que l’on peut considérer comme l’une de ses finalités – et de favoriser la coopération entre les pays européens (59 %). La moitié des personnes interrogées reconnaît parallèlement les prérogatives des fonds européens visant à réduire les inégalités entre les régions européennes (53 %) et à améliorer leur compétitivité (50 %). En revanche, l’amélioration de la compétitivité des entreprises ne fait pas partie (à juste titre) de leurs objectifs pour 61 % des répondants.

Thématiques économiques et sécuritaires

Ce panorama permet de confirmer le manque de visibilité de l’action de l’Union européenne, malgré l’allocation de 960 milliards d’euros pour la période 2014-2020 à travers les fonds européens. Dans une conjoncture où la demande perdure à un niveau élevé sur le marché du travail, l’emploi et la lutte contre le chômage (39 % de citations au total) apparaissent comme le domaine dans lequel le budget de l’Union européenne devrait être utilisé en priorité à l’avenir, appuyé par les segments les plus précaires (58 % de citations chez les chômeurs, 52 % parmi les personnes appartenant aux catégories socioprofessionnelles les plus modestes).

EY - Sondage exclusif : une majorité de Français ne sait pas en quoi consistent les fonds européens

Il devance alors de manière assez nette l’environnement, la transition énergétique (25 %), la sécurité intérieure (25 %) et la sécurité extérieure, la défense (22 %), tandis que la compétitivité des entreprises (11 %), la justice (9 %), les technologies de l’information et de la communication ou le numérique (2 %) comme les transports (2 %) figurent en fin de classement. Cette prédominance des thématiques économiques et sécuritaires n’est pas sans rappeler la hiérarchie des préoccupations nationales des Français. Elle montre dès lors l’intériorisation de la nécessité d’une institution supranationale et la volonté de s’inscrire dans une action commune avec ses partenaires.

Esteban Pratviel, chef de groupe au département “Opinion et stratégies d’entreprises” de l’Ifop

Sondage Acteurs publics/EY réalisé par l’Ifop pour l’Observatoire des politiques publiques auprès d’un échantillon de 995 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par ­questionnaire auto-administré en ligne (CAWI – Computer Assisted Web Interviewing) du 7 au 9 août 2017.