The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Données de santé

7 propositions
pour changer de perspectives

Avec des institutions publiques (Bpifrance Le Hub), privées (EY, G5 Santé, Cegedim) et le think thank Renaissance Numérique, le LIR - IMAGINONS LA SANTE a pris l’initiative d’organiser pour la première fois en France une journée internationale de travail, afin de partager les connaissances publiques et privées sur l'usage et l'exploitation des données de santé. Cette première édition du Healthcare Data Summit a mis au jour trois grands défis français à relever pour opérer un véritable changement d’échelle dans son approche des données de santé : la collaboration, l’innovation et la formation.

On estime qu’à l’horizon 2020, le volume de données disponibles pourrait atteindre 2,3 milliards de giga-octets, tandis que le nombre d’objets connectés devrait atteindre les 80 milliards. La Haute Autorité de Santé (HAS) recense d’ores et déjà plus de 50 000 applications de santé.

Avec la constitution de bases de données massives et leur traitement par des algorithmes capables de servir de soutien à la décision, émerge progressivement l’idée d’un parcours de santé optimal. De fait, chaque acte médical isolé devient un maillon parmi d’autres d’une chaîne de soin dont la coordination est enfin reconnue comme un élément clef de la prise en charge.

Longtemps en pointe en matière d’innovation et d’organisation, le système de santé français se fait aujourd’hui distancer par les pays nordiques et anglo-saxons sur la question de l’exploitation des données de santé. Afin de réfléchir à un modèle qui permette un véritable changement d’échelle en transformant la donnée en connaissance, les organisateurs et les partenaires ont réuni professionnels de santé, experts français et internationaux, chercheurs et responsables institutionnels au cours d’une journée de travail.

 

Une journée, trois débats

Le premier des trois débats de la journée portait sur le développement du numérique et l’utilisation des données pour améliorer la qualité et l’efficience des parcours de santé.

Le deuxième s’est concentré sur la question des nouvelles modalités d’évaluation des innovations, rendues possibles et nécessaires par la capacité à exploiter les données de vie réelle.

Enfin, la troisième série d’échanges a mis en perspective les opportunités offertes par l’intelligence artificielle dans l’analyse massive des données de santé.

De nombreux points de convergence sont apparus lors de ces échanges. Pour l’ensemble des acteurs, les données fournissent des outils supplémentaires pour le développement de parcours de santé qui remettent le patient au cœur, et constituent un véritable levier pour la sécurité sanitaire et l’efficience des organisations.

Une ambition, trois défis

Pour permettre à la France de réaliser un véritable changement d’échelle dans l’exploitation des données de santé et d’en tirer tous les bénéfices possibles pour les patients, trois défis prioritaires ont été révélés au cours des échanges et font émerger sept propositions concrètes.

Le défi de la collaboration

Les professionnels de santé, patients, acteurs publics, intégrateurs, géants du web, start-up du numérique, industriels de la santé et organismes de recherche doivent entrer dans une logique de collaboration.

Seules des solutions co-construites avec l’ensemble de ces acteurs trouveront leur marché et leur business model et pourront ainsi être déployées à grande échelle.

Les experts ont suggéré l’élaboration d’une véritable stratégie commune à tous les acteurs sur l’utilisation des données de vie réelle, le développement de plateformes de données intégrées et de méthodologies de collecte et d’exploitation adaptées à ces nouveaux types de données.

Les intervenants souhaitent également le développement d’un écosystème collaboratif pour permettre l’émergence d’innovations vraiment utiles.

Propositions

  • 1.Établir un schéma directeur national sur le rôle de chacun des acteurs et sur les partenariats publics-privés.
  • 2.Définir un cahier des charges national pour favoriser le développement d’outils de partage et d’analyse de données.
  • 3.Intégrer les acteurs du numérique dans le Conseil Stratégique des Industries de Santé.
  • 4.Mettre en place des hubs collaboratifs autour de plateformes de données communes et regroupant start-up, incubateurs d’idées, experts en nouvelles technologies, professionnels de santé et patients.

Le défi de l’évaluation et de la mise à disposition des innovations

Le second défi est celui de l’évaluation et de la mise à disposition des innovations. Les intervenants ont, en effet, relevé qu’avec l’augmentation du nombre de données disponibles et notre capacité nouvelle à créer des algorithmes capables de les analyser, des méthodologies alternatives aux essais thérapeutiques en double-aveugle émergent, qui pourraient être complémentaires et plus adaptées à une prise en charge personnalisée du patient.

Propositions

  • 5.Réduire les délais de déploiement des innovations organisationnelles et technologiques et de mise sur le marché des innovations thérapeutiques, en homologuant des méthodologies fiables d’exploitation des données en vie réelle pour en assurer le suivi.

Le défi de la formation aux outils numériques et à leurs usages

Les patients et les professionnels de santé doivent se former aux outils numériques et à leurs usages. Les patients, parce qu’ils sont eux-mêmes générateurs de données et que leur confiance sera indispensable au succès de projets liés à l’exploitation de leurs propres données de santé. Les professionnels de santé, parce que leurs pratiques risquent d’être bouleversées par les innovations numériques dans les dix prochaines années.

Propositions

  • 6.Organiser des voyages d’études à l’étranger afin de confronter les professionnels de santé, représentants des patients et acteurs publics à d’autres pratiques et modèles d’organisation.
  • 7.Établir un plan national de gestion prévisionnel des emplois et des compétences (GPEC) pour anticiper les besoins en compétences et en formation des professionnels de santé liés à l’utilisation des données et des outils associés mis à leur disposition pour améliorer l’efficience des soins et des parcours.

Les leviers qui permettront de relever ces défis seront au cœur des échanges qui seront organisés au cours des prochaines éditions du Healthcare Data Summit.

Contact

EY - Cédric Foray

Cédric Foray
Associé
EY-Parthenon