The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera ?

La révolution technologique en cours transforme le corps humain en une gigantesque base de données. Les entreprises du secteur des Life Sciences sauront-elles saisir cette opportunité ?
Écrit par Pamela Spence, directrice mondiale du secteur des Life Sciences chez EY

Avec le développement des nouvelles technologies, les entreprises du secteur des Life Sciences peuvent traiter des quantités inédites de données offertes par le corps humain. Elles deviennent de fait des entreprises technologiques. A l’inverse, en accédant aux informations de santé générées par les consommateurs, les entreprises technologiques deviennent des acteurs du secteur de la santé. Ces deux mondes se mêlent, fusionnent.

Quant à l'omniprésence des outils de partage sur mobile et en P2P, elle transforme les patients en super-consommateurs dont les comportements viennent nourrir l'écosystème de la santé.

Les entreprises du secteur des Life Sciences ont déjà commencé à appréhender ce nouvel environnement tiré par la demande, en se tournant vers des modèles axés sur les résultats de santé. Elles doivent maintenant réfléchir à la façon de s'associer aux plateformes numériques qui, en temps réel, recueillent, analysent et partagent de manière intégrée les données de santé.

Pour atteindre cet objectif, elles doivent collaborer et nouer des partenariats avec les autres acteurs de leur écosystème, les patients, les professionnels de santé, les établissements de soins, les régulateurs, les payeurs, les entreprises de grande consommation et les entreprises technologiques qui, tous ensemble, forment le secteur des Life Sciences 4.0 dont les modèles économiques reposeront sur la collecte et la valorisation des données de santé par les plateformes digitales.

Dans le dernier volume de notre série Progressions, intitulé Life Sciences 4.0 : securing value through platform-based businesses (Life Sciences 4.0: générer de la valeur grâce aux plateformes), nous étudions comment les changements technologiques, les attentes croissantes des patients et, plus globalement, de tous les acteurs de la santé, bouleversent le secteur, les modèles économiques, l’offre de produits et de services. Des changements qui entraînent la fusion des disciplines de la santé et des technologies et aboutissent à la création du secteur des technologies de la santé.

01

Pourquoi les plateformes peuvent créer de la valeur ?

Unlock the power of data

Nous entrons dans une quatrième révolution industrielle, où les rapides avancées technologiques permettent de générer et de diffuser des données à une vitesse inédite. Tandis que de nouvelles technologies permettent aux individus de consulter et de communiquer leurs données de santé, ceux-ci demandent davantage de contrôle sur leur parcours de santé et ce, tout au long de leur vie. Ils réclament également de nouveaux produits et de nouveaux services de santé, plus adaptés à leur pathologie.

Adapter les modèles économiques

Dans ce contexte, les entreprises du secteur des Life Sciences doivent adapter leur modèle économique, en plaçant l'innovation au centre de leur processus de création de valeur. Mais ces innovations devront être efficaces, rentables et donc utiles pour les patients/consommateurs, les professionnels de santé, les régulateurs et les payeurs.

Pour y parvenir, l’innovation devra reposer sur des résultats cliniques, être accessible et permettre la personnalisation des soins. L'innovation s'appuiera également sur un flux de données de plus en plus diversifié, de plus en plus dense, bien plus complet qu’un dossier médical électronique.

Créer des plateformes de données agiles

Afin de réussir dans ce nouvel environnement, les entreprises du secteur des Life Sciences ont besoin de nouveaux moyens pour exploiter rapidement et en toute sécurité les différentes sources de données afin de les combiner et de les associer aux données scientifiques et cliniques. En tant qu'interfaces favorisant l'échange d'informations entre l’ensemble des parties prenantes, les plateformes sont un moyen de parvenir à cet objectif.

Dans le domaine de la santé, les plateformes émergeront de deux façons. À proximité immédiate des consommateurs, les entreprises développant différents produits, applications ou outils s'associeront pour créer des plateformes de soins répondant à des besoins de santé spécifiques. A ces plateformes individuelles de soins s’ajouteront celles développées par les entreprises mondiales spécialisées en technologies, en intelligence artificielle et en analyse des données qui combineront leurs compétences pour devenir des agrégateurs, des super-plateformes capables d’apporter des solutions au plus grand nombre, quelles que soient les pathologies.

NUMÉRIQUE

Les plateformes de santé, brique par brique
Les données de santé seront agrégées et structurées de manière à alimenter à la fois les plateformes à vocation thérapeutique spécifique, et les plateformes à visée généraliste.

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera

Saisir les opportunités offertes par les technologies de la santé

Même si les entreprises du secteur des Life Sciences ne stockent actuellement qu'une faible quantité de données liées aux résultats cliniques, ces données sont déjà incroyablement riches. Si ces entreprises associaient ces données cliniques à des informations environnementales, comportementales et financières, elles pourraient devenir les principales détentrices de données, voire les premiers fournisseurs de technologies de santé.

NUMÉRIQUE

Une nouvelle équation pour la création de valeur
La valeur future (FV) est stimulée par l’innovation (I), particulièrement lorsque cette dernière est appliquée à la production de produits et de services hautement personnalisés. Elle est également étroitement corrélée à la qualité et la quantité des données accessibles sur le marché, la chaîne d’approvisionnement et les clients finaux.

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera
02

Comment les plateformes peuvent aider le secteur des Life Sciences à capter de la valeur ajoutée ?

Capture the value

Des start-up digitales du secteur de la santé et les entreprises technologiques en place utilisent leur expertise en ingénierie et en traitement des données pour créer de nouveaux produits et de nouveaux services pour les médecins et les patients/consommateurs. Une étude récente menée par EY sur les brevets déposés aux Etats-Unis par les principaux acteurs technologiques témoigne des efforts d’investissement réalisés par les géants du secteur dans le domaine de la santé.

NUMÉRIQUE

Demandes de brevet effectuées aux États-Unis en matière de santé par les géants de l’industrie technologique

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera

Les entreprises du secteur des Life Sciences ont également lancé leurs propres programmes exploratoires, en utilisant l'IA et d'autres outils digitaux pour améliorer ou optimiser le recrutement des essais cliniques, découvrir de nouveaux médicaments et développer les interactions avec les médecins et les patients.

Ces initiatives sont importantes. Toutefois, une récente étude d’EY indique que même des découvertes cliniques capitales risquent de voir leur retour sur investissement diminuer face aux payeurs qui demandent de plus grandes preuves d’efficacité en vie réelle. En outre, parce que les entreprises du secteur des Life Sciences investissent trop souvent en silo, le risque de sous-investissement dans les nouvelles technologies est élevé. Pourtant, ce n’est qu’en investissant que les entreprises pourront transformer leur modèle économique et pérenniser leurs activités.

NUMÉRIQUE

Mesurer les rendements des nouveaux médicaments
Le nombre de médicaments dont le rendement atteint au moins 50% des prédictions de ventes baisse à mesure que la pression sur les remboursements augmente. Cette tendance accentue le poids exercé sur le business model pharmaceutique traditionnel, dont la principale caractéristique est l’innovation de rupture.

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera

Repenser le modèle économique

Les entreprises du secteur des Life Sciences adoptent traditionnellement l'un des quatre modèles économiques suivants :

  1. Innovateur pionnier : développeur de produits très innovants.
  2. Gestionnaire de maladie : développeur de produits et solutions dédiés à la gestion de maladies chroniques.
  3. Producteur efficace : développeur de produits à moindre coût aussi performants que ceux de la concurrence.
  4. Gestionnaire de style de vie : développeur de produits de prévention et d'entretien global de la santé vendus directement au consommateur.

Les plateformes peuvent s’insérer dans chacun de ces modèles économiques, permettant ainsi aux entreprises de répondre aux exigences changeantes de leurs clients et de se démarquer sur un marché ultra-concurrentiel.

Afin de tirer pleinement parti des avancées permises par les plateformes, de nouvelles compétences sont requises :

  1. Engagement client : dans les secteurs autres que la santé, les principales plateformes ont établi des liens directs avec les clients via des outils Cloud ou sur mobile. Cette relation directe reste un rêve lointain dans le secteur des Life Sciences, mais les entreprises se concentrant sur des maladies rares ont montré comment entretenir des relations très interactives avec de nombreux échanges de données avec les patients.
  2. Personnalisation : la personnalisation est l'une des principales opportunités offertes par la richesse des données de santé. Pour transformer leur modèle économique, les entreprises du secteur des Life Sciences doivent personnaliser leur offre en tenant compte des comportements individuels, des styles de vie, de la tolérance au risque et de l'incertitude.
  3. Maîtrise des données : la quantité de données désormais disponible a explosé, que ce soit les résultats cliniques, les données de remboursement ou les données en temps réel générées par les capteurs mobiles. Pour optimiser la valeur de ces données, les entreprises doivent briser les silos et s'associer à des entreprises spécialisées dans leur analyse.

Si certaines entreprises du secteur des Life Sciences peuvent décider de développer et de posséder leurs propres plateformes, d'autres pourront utiliser des plateformes digitales créées par d'autres. Autre option : s'associer à des plateformes globales pour traiter une pathologie donnée.

NUMÉRIQUE

Saisir les nouvelles opportunités offertes par les plateformes de soins
Quatre business models émergent d’ores-et-déjà du creuset de la transformation, et avec eux, les compétences clés que les entreprises doivent développer pour se transformer.

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera
03

Comment les entreprises peuvent s'associer à de nouvelles plateformes de soins ?

One platform to rule them all

Des nombreuses plateformes de soins axées sur le bien-être et liées au développement de solutions de fitness et de nutrition existent. Nous commençons à assister à l'émergence de plateformes dédiées à la gestion de maladies chroniques comme le diabète ou l'asthme. Mais ces initiatives isolées sont encore désordonnées. Certes, des technologies intéressantes apparaissent, mais elles ne s'intègrent pas toujours à l’écosystème. Lorsque ce sera le cas, les plateformes pourront avoir l’ambition de transformer la prestation de santé.

Le développement des plateformes ne fait que commencer

A terme, de nombreuses plateformes de soins devraient être créées pour soigner une même pathologie. On peut imaginer que leur degré d’expertise devrait progresser au fil du temps, grâce à l’arrivée de nouvelles technologies capables de traiter un nombre croissant de données. On peut également penser que ces plateformes seront ensuite regroupées dans des agrégateurs, dans des super-plateformes capables d’atteindre des objectifs de santé plus globaux.

Cette hypothèse repose sur la participation de toutes les parties prenantes, tous secteurs confondus, qui mettront leurs ressources à disposition pour créer des plateformes de soins fonctionnelles. Les collaborations devront réunir des entités publiques et privées mais aussi des organisations évoluant dans les secteurs de la santé, de la grande consommation, des technologies et du secteur des Life Sciences.

Créer les plateformes de soins de demain

Pour mieux comprendre les ruptures en cours provoquées par les nouvelles technologies, et notamment le développement de partenariats jusqu’ici inédits, EY a interviewé plus de 25 dirigeants du secteur des Life Sciences et a étudié plus de 150 partenariats numériques entre des entreprises du secteur des Life Sciences et d'autres parties prenantes depuis 2014.

Parce qu’aucune base de données externe ne recense les partenariats numériques déjà existants, EY a donc créé sa propre base en passant au crible les rapports d'entreprises, les communiqués de presse et les études d’experts pour détecter et recenser les partenariats pertinents. Notre étude dévoile l’existence d’un réseau complexe de relations qui émerge entre des start-up évoluant dans les secteurs de la biopharmacie, des technologies médicales et de la santé digitale, et les entreprises technologiques.

Avec cette enquête, EY a également pu étudier le développement de ces partenariats ainsi que les domaines thérapeutiques ciblés. Sur près de 90 partenariats se concentrant sur un seul domaine thérapeutique, la moitié porte sur la mise en place de plateformes axées sur le diabète ou les maladies respiratoires. Ils sont 14 % à se consacrer à des produits ou des services dans le domaine de l’oncologie.

Les plateformes doivent-elles être indépendantes ?

Les entreprises du secteur des Life Sciences ont toutes les raisons de s’intéresser au développement des plateformes. Ces nouveaux outils doivent, en effet, leur permettre d’accélérer leur développement commercial et d’améliorer leur savoir-faire.

Toutefois, pour des raisons réglementaires, déontologiques et pratiques, les entreprises du secteur des Life Sciences doivent collaborer avec des plateformes indépendantes.

NUMÉRIQUE

Collaborer pour créer des plateformes de soins : dans quels domaines se nouent ces partenariats stratégiques ?

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera
04

Comment les plateformes peuvent valoriser les soins de santé ?

Share the treasure

Les plateformes de soins fiables deviendront une réalité seulement si les entreprises du secteur des Life Sciences s'associent aux payeurs, aux professionnels de santé, aux consommateurs et aux patients pour développer une vision commune.

NUMÉRIQUE

Aligner les objectifs des parties prenantes
Dans le monde de la santé, chaque acteur a ses priorités. Dans le futur, leur succès se mesurera en fonction de leur capacité à trouver un dénominateur commun entre leurs objectifs et ceux des autres membres de leur écosystème.

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera

Avec ces plateformes de soins, les entreprises du secteur des Life Sciences vont contribuer à l'augmentation de la qualité de la prestation de santé, à la réduction de leur coût total et, surtout, à l'amélioration globale des résultats cliniques à long terme.

NUMÉRIQUE

A l’heure de la rupture des modèles traditionnels, la valeur sera plus largement partagée entre les parties prenantes de l’écosystème
Pour affirmer leur leadership dans le futur, les entreprises doivent adopter dès maintenant un business model qui partage la valeur créée avec les payeurs, les médecins et les consommateurs.

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera

De nouveaux modèles de paiement

Les plateformes peuvent faciliter le développement de modèles de paiement alternatifs permettant un partage plus large des risques entre les payeurs, les médecins et les consommateurs. Trois nouveaux modèles émergent :

Les modèles fondés sur l'abonnement : ils autorisent le développement d’une santé « à la carte » selon les options choisies par abonnement. Ces modèles permettent aux médecins de passer plus de temps avec des patients aux pathologies complexes. Avec cette formule, les entreprises du secteur des Life Sciences peuvent développer des services améliorant l’observance ou incitant à des changements de comportement.

Les modèles basés sur des cohortes de population : dans ce modèle, un montant fixe est versé à un médecin ou à un groupe de médecins pour chaque patient inscrit qui leur est attribué au cours d'une période définie. L’objectif de ce modèle est de créer des incitations standardisant les protocoles de traitement afin de fournir des soins à moindre coût au plus grand nombre. La plupart des produits biopharmaceutiques ou médico-technologiques ne sont pas inclus dans ce type de modèles en raison de la complexité liée à la définition des produits et services devant être inclus. Toutefois, des exemples dans les domaines du diabète et de la maladie rénale en phase terminale méritent d'être analysés.

Pay-as-you-live : sur le marché de l'assurance, le modèle PAYL (Pay-As-You-Live, ou « payez comme vous vivez ») est une nouvelle tendance. Il récompense les clients adoptant des comportements sains. En échange de la fourniture de données à l'assureur via des objets connectés ou des téléphones portables, les consommateurs sont encouragés à changer leur comportement, par des primes inférieures ou des solutions personnalisées réduisant le risque de maladies chroniques. Même si la plupart des modèles PAYL actuels sont liés au bien-être, ils pourraient être adaptés au traitement de maladies et impliquer non seulement les assureurs, mais aussi les entreprises du secteur des Life Sciences.

05

A l’aube d’une nouvelle ère, quel modèle pour le secteur des Life sciences ?

Ready for the #TransformativeHealth?

Tous secteurs confondus, les ruptures technologiques récentes ont bouleversé le classement Fortune 500. Selon les prévisions réalisées par EY, entre 47 et 81 % des entreprises de ce classement pourraient être nouvelles d'ici 2023. De fait, selon ces hypothèses, sur les 18 entreprises du secteur des Life Sciences actuellement présentes dans ce classement, seulement quatre d'entre elles pourraient encore y figurer d'ici 2023.

Même si de nombreux dirigeants du secteur des Life Sciences s'interrogent encore sur le retour sur investissement de ces nouvelles technologies, ces nouvelles interfaces peuvent être un moyen d'exploiter les bouleversements technologiques actuels. Dans ce contexte, grâce à leurs connaissances scientifiques et cliniques, les entreprises du secteur des Life Sciences ont un rôle important à jouer dans le développement de ces plateformes de santé.

NUMÉRIQUE

Dans un monde en pleine transformation, la volatilité du Fortune 500 augmente

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera

Créer de la valeur à l'ère de la convergence

Tandis que les entreprises tentent de répondre à des exigences client changeantes, leur part de marché évoluera selon le modèle économique choisi : innovateur pionnier, gestionnaire de maladie, producteur efficace ou gestionnaire de style de vie. Pour réussir, les entreprises doivent se démarquer en investissant sur le long terme, en recrutant de nouveaux talents, notamment dans le secteur numérique.

NUMÉRIQUE

La création de valeur atteindra un niveau optimal lorsque les entreprises du secteur seront en mesure de répondre aux besoins de l’ensemble de leurs consommateurs
A long-terme, le choix du business model impactera directement la part de marché totale des entreprises du secteur. Cependant, leur capacité à s’adapter à l’évolution des besoins de leurs consommateurs sera également un facteur clé de succès. Un effort qui se traduira par une quête croissante de données fiables et structurées.

EY - Quand le corps humain sera la plus importante base de données, qui en profitera

Une révolution sur le long terme

La convergence des modèles en cours créera de nouveaux modèles économiques et de nouvelles opportunités pour les entreprises du secteur des Life Sciences. En effet, les quatre modèles traditionnels pourraient évoluer, fusionner ou disparaître complètement en fonction des nouvelles attentes des clients et des changements technologiques. À l'avenir, les entreprises du secteur des Life Sciences seront davantage en mesure d'exploiter les données pour établir leur stratégie commerciale, anticiper les besoins des patients et, donc, valoriser leur offre.

Les entreprises du secteur des Life Sciences disposent d'une marge de manoeuvre limitée pour adopter les plateformes de soins et participer à leur développement. Elles disposent de plusieurs atouts pour y parvenir. Mais si elles veulent rester des acteurs majeurs du système de santé, il faut qu’elles développent une relation de confiance avec les payeurs, les patients et les médecins pour améliorer l'expérience de santé.