Préparer aujourd’hui les réseaux électriques de demain

Les avantages de la gestion des données des Smart grids pour les consommateurs

  • Partagez

La réduction des coûts liés à la maîtrise de la consommation d’énergie

À l’échelle du foyer, les technologies Smart grids se matérialisent sous la forme de compteurs évolués (Smart meters) qui communiquent quotidiennement les données de consommations d’électricité, de gaz et d’eau au pas horaire de manière automatique au gestionnaire de réseau de distribution. Les données sont analysées par des logiciels et peuvent ainsi être suivies par les consommateurs sur des supports digitaux comme les smartphones, tablettes, TV connectés ou PC. Il leur est ainsi plus facile de comprendre leur consommation et d’agir sur celle-ci en connaissant, par exemple, les équipements ou les habitudes les plus énergivores ou en décidant de consommer à des heures où l’énergie est moins chère, etc.

Un exemple d’outil de suivi de la consommation électrique est la plateforme “Watt et moi”, lancée en 2012 par ERDF et Grand Lyon Habitat pour l’affichage des données de consommation d’électricité récoltées à partir du compteur Linky d’ERDF. L’utilisateur peut de manière intuitive utiliser le logiciel à l’interface simplifiée pour lui permettre de mieux gérer sa consommation électrique.


Maintenance de Linky (www.erdf.fr)

Les compteurs communicants donnent également des informations sur l’état du réseau au gestionnaire du réseau public de distribution. En cas de panne, l’information peut lui être transmise dans des délais très courts.
Le diagnostic est facilité et certaines interventions peuvent être traitées à distance, ce qui améliore considérablement le confort des foyers.

Les consommateurs davantage soucieux d’utiliser leurs appareils électriques en dehors des pics de consommation prennent part également à l’amélioration de la qualité du réseau. Plus responsabilisés par leur consommation, ils peuvent davantage choisir de consommer pendant les heures creuses et participer ainsi au lissage des courbes de consommation et limiter les pics de demande énergétique.

Un geste citoyen pour l’environnement

Les particuliers ont un rôle à jouer pour atteindre l’objectif d’augmentation de 20 % de l’efficacité énergétique fixé dans le 3e  paquet énergie pour 2020. En maîtrisant mieux leur consommation et en la réduisant, ils participent à cet effort. Une étude analysant le comportement des consommateurs européens et américains montre que l’accès en temps réel aux informations de consommation (grâce aux compteurs communicants et dispositifs d’information associés) sensibilise le consommateur et serait directement à l’origine d’une réduction de sa consommation de l’ordre de 5 % à 15 %.

De plus, en facilitant la gestion de l’énergie électrique, les Smart grids pourraient encourager le développement de la voiture électrique, en facilitant l’installation de borne de recharge à domicile alimentant de manière optimisée les véhicules. Ainsi, l’augmentation de l’usage de la voiture électrique participerait à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Par ailleurs, en connaissant plus finement les besoins des consommateurs, les Smart grids permettent de solliciter au mieux et avec réactivité des énergies vertes à la disponibilité parfois aléatoire (éolien, solaire, etc.). Les fournisseurs pourront donc proposer plus facilement un mix d’énergie électrique plus respectueux de l’environnement.


Des enjeux s’appuyant également sur le développement de services innovants

Les services développés autour de la consommation d’électricité

Les compteurs communicants s’accompagnent de nouveaux services  liés directement à la consommation électrique et à la maintenance du réseau comme par exemple les factures calculées sur la consommation réelle et les interventions réalisées à distance.
D’autres projets voient également le jour autour de l’utilisation des données, comme la mise à disposition d’environnements Android ou iOS pour permettre aux développeurs de créer des applications et des appareils de domotique pour maîtriser par exemple l’ajustement de la lumière ou le contrôle à distance du chauffage. Beaucoup d’acteurs privés se sont d’ores et déjà positionnés sur ce marché mais les solutions actuellement existantes restent relativement coûteuses et ne s’adressent qu’à une minorité de foyers. Cependant, de nouvelles applications open source inversent cette tendance et démocratisent aujourd’hui le secteur de la maison connectée.

Un exemple de dispositif actuellement commercialisé est le boitier connecté Smappee relié à une application disponible sur Android et iOS. Il permet aux consommateurs de suivre leur consommation et d’obtenir un résumé de celle-ci en temps quasi réel pour tous les appareils de la maison et ainsi ils peuvent détecter lesquels sont les plus énergivores. A l’aide de prises de courant connectées, vendues en supplément, l’utilisateur peut allumer ou éteindre à distance les appareils électriques qui y sont branchés.


Annexe : Exemple d’application

Les Smart grids également en dehors du domicile

En 2020, le ministère de l’Écologie prévoit 2 millions de véhicules électriques en circulation en France. La recharge de ce type de voiture sera facilitée par l’utilisation des Smart grids qui permettent de mettre en place des stations de recharge alimentant de manière optimisée les véhicules. En dehors du domicile, les Smart grids participent donc à l’urbanisme et aux services innovants de la ville de demain.

Par ailleurs, les réseaux intelligents permettent, également, aux véhicules électriques d’être utilisés comme réserve d’énergie pour soutenir le réseau électrique en période de pic de consommation ou en cas d’urgence (intempérie, coupure de câble, etc.). C’est le cas du projet Vehicle-to-Grid (V2G ou VtoG) ou “du véhicule vers le réseau” qui consiste à réinjecter l’électricité contenue dans les batteries d’une voiture électrique pendant les périodes de stationnement (90 % du temps de vie d’un véhicule) dans le réseau quand celui-ci en a besoin. Pour ce faire, la voiture électrique communique à travers le Smart grid. Certains industriels comme Nissan se lancent déjà sur cette piste mais l’absence de cadre réglementaire précis freine le développement des V2G.

De consommateur à producteur, une chaîne de valeur inversée

L’exemple de la voiture utilisée comme “pile électrique” laisse entrevoir le décloisonnement des rôles de producteur/ consommateur d’électricité. Aujourd’hui, les foyers produisent de plus en plus leur propre électricité en utilisant par exemple des panneaux solaires. L’utilisation des compteurs communicants, qui enregistrent à la fois les index de production et de consommation, facilite et encourage la revente de l’électricité produite par un particulier à des collectivités ou des foyers voisins. En conséquence, les gestionnaires de réseau prennent en considération le phénomène grandissant et modernisent leur réseau pour l’adapter à cette nouvelle charge.


Contact :

Laurent Vagneur
Ernst & Young Advisory - Strategy Marketing Innovation
Tél. : +33 1 46 93 64 89

Ce article a initialement été publié sur le site SMART GRIDS – CRE